Nouvelles Du Monde

Un plan est mis en place pour empêcher les nouveaux arrivants de dormir dans la rue

Un plan est mis en place pour empêcher les nouveaux arrivants de dormir dans la rue

Dans de nombreuses villes à travers le monde, le nombre de personnes sans-abri ne cesse d’augmenter, un problème qui touche de plus en plus de nouveaux arrivants. Face à cette réalité, un plan est mis en place pour empêcher les nouveaux arrivants de dormir dans la rue. Cette initiative vise à offrir un logement et un soutien aux personnes nouvellement arrivées afin de les aider à s’insérer dans la société et à reconstruire leur vie dans un environnement sécurisé.

Des mesures sont mises en place pour que les demandeurs d’asile qui se retrouveront sans logement fourni par l’État dans les prochains jours ne soient pas laissés dormir dans la rue, a déclaré le ministre de l’Enfance, Roderic O’Gorman.

S’exprimant à Dublin, le ministre a réitéré que l’État “est susceptible” de manquer de logements “pour toute personne cherchant une protection internationale dans les prochains jours”.

Vendredi soir, son département a averti que cela pourrait se produire au cours du week-end, mais un porte-parole a confirmé qu’hier et aujourd’hui, tous les demandeurs d’asile nouvellement arrivés qui avaient besoin d’un hébergement se sont vu proposer une place.

M. O’Gorman a déclaré que l’État devrait “manquer de logements”, car il a prédit qu’il “mettait en place des mesures ciblées permettant d’identifier ceux qui dorment dans la rue et d’y mettre un terme”.

Il a dit qu’ils travaillaient avec les services d’aide aux sans-abri et An Garda Síochána sur ce sujet.

Cependant, ce soir, le Dublin Regional Homeless Executive a publié une déclaration indiquant qu’il “n’a pas pour mission d’héberger les demandeurs de protection internationale”.

Il ajoute que « les services aux sans-abri à Dublin fonctionnent à pleine capacité ».

Plus tôt, M. O’Gorman a également déclaré que l’indemnité hebdomadaire de frais de 38,80 euros versée aux demandeurs de protection internationale “devrait être augmentée pour ceux que nous ne sommes pas en mesure d’accueillir”.

Augmentation du nombre de demandeurs d’asile vivant sous des tentes

Les commentaires de M. O’Gorman interviennent alors que le nombre de demandeurs d’asile hébergés par l’État dans des tentes a augmenté d’un peu plus de 180 en une semaine.

Lire aussi  Le nombre de divorces au Maroc en forte augmentation, selon un rapport du CSPJ

Le nombre de demandeurs de protection internationale vivant dans des hébergements fournis par l’État, y compris des hébergements d’urgence et des tentes, a dépassé les 26 000 pour la première fois à la fin du mois dernier.

Les chiffres les plus récents publiés par le département montrent que dimanche dernier, le nombre de demandeurs de protection internationale vivant sous des tentes s’est élevé à 620, contre 437 dimanche précédent.

Il s’agit du plus grand nombre de demandeurs d’asile vivant simultanément dans des tentes fournies par l’État.

Le Service d’hébergement de protection internationale gère trois installations d’hébergement sous tente ; le plus grand se trouve sur le terrain de l’ancien hôpital psychiatrique central de Dundrum dans le comté de Dublin, un autre voit des tentes militaires dressées à côté du centre de ravitaillement direct de Knockalisheen à Meelick dans le comté de Clare, et il y en a un troisième à la caserne Columb à Mullingar dans le comté de Westmeath.

Hébergement sous tente sur le terrain de l’ancien CMH à Dundrum

L’année dernière, à la même époque, le président Michael D. Higgins faisait partie de ceux qui avaient exprimé leurs inquiétudes quant à l’utilisation continue de telles tentes pour héberger les demandeurs d’asile en hiver, déclarant que cela « ne devrait pas se produire ».

À la mi-décembre de l’année dernière, tous les demandeurs d’asile avaient été évacués des tentes, mais la décision de « cesser » d’utiliser ces tentes a été annulée quelques semaines plus tard en raison du manque de logements.

Une décision de suspendre les offres d’hébergement à tous les demandeurs d’asile adultes nouvellement arrivés qui se présentaient sans enfants a été prise fin janvier, le ministre O’Gorman ayant déclaré qu’il n’y avait pas suffisamment de logements disponibles pour répondre à la demande.

Entre le 24 janvier et le 15 juin, un total de 1 542 demandeurs d’asile adultes ne se sont pas vu proposer de logement lors de leur première présentation, et ils ont souvent dû attendre des semaines, voire des mois, pour se voir proposer une place.

Lire aussi  Niveaux élevés de produits chimiques sucrés et fruités

Vendredi, un porte-parole du ministère de l’Intégration a déclaré qu’une fois de plus, “il n’y avait pas suffisamment de logements disponibles dans tout le pays pour les demandeurs de protection internationale” et qu’il “pourrait ne pas être en mesure de fournir un logement à tous les demandeurs de protection internationale” dans les prochains jours.

Si cela se produit, un porte-parole du ministère a déclaré que « des services de jour seront disponibles pour les demandeurs de propriété intellectuelle (protection internationale) non hébergés qui souhaitent en profiter » et que ces services « fourniront des tentes et des sacs de couchage, si nécessaire ».

Des tentes et des objets appartenant à des demandeurs d’asile ont été incendiés dans Sandwith Street à Dublin en mai.

Le 21 avril, la Haute Cour a estimé que le fait que le ministre O’Gorman n’ait pas assuré des « conditions matérielles d’accueil » à un demandeur d’asile sans abri était illégal.

Le 12 mai, des tentes et d’autres objets appartenant à des demandeurs d’asile sans abri ont été incendiés dans Sandwith Street à Dublin, à la suite d’un affrontement tendu entre des manifestants anti-immigration et ceux qui soutenaient les demandeurs d’asile.

‘Profonde préoccupation’

Cette semaine, la Commission irlandaise pour l’égalité des droits de l’homme (IHREC) a écrit au ministre O’Gorman pour exprimer sa « profonde préoccupation » face aux informations faisant état d’un manque d’hébergement d’urgence pour les demandeurs de protection internationale.

La commissaire en chef de l’IHREC, Sinéad Gibney, a averti que « tout refus d’hébergement par l’État expose (les demandeurs de protection internationale) à un risque élevé de se retrouver dans la rue, en particulier dans le contexte d’une activité accrue de ceux qui souhaitent fomenter un sentiment anti-immigrés ».

Un porte-parole du ministère a qualifié la situation actuelle d’« extrêmement difficile ».

« Les responsables du ministère travaillent intensément pour utiliser davantage de places-lits et, depuis janvier 2022, ont mis en service plus de 10 000 places-lits pour accueillir ceux qui arrivent en Irlande en quête d’une protection internationale.

Lire aussi  La flambée des bénéfices d'ESB est "absolument exaspérante" pour les ménages

“Divers problèmes indépendants de la volonté du ministère ont fait que les offres n’ont pas progressé et que les logements n’ont pas été conclus assez rapidement pour répondre à la demande.”

Outre les 26 000 personnes vivant actuellement dans des logements du Service d’hébergement de protection internationale, plus de 74 000 réfugiés ukrainiens ont cherché un logement auprès de l’État.

Il semblerait qu’un projet, annoncé en octobre, visant à construire des cabanes prêtes pour l’hiver et pouvant accueillir temporairement jusqu’à 950 femmes et enfants ukrainiens nouvellement arrivés sur le site de Glendalough, dans le comté de Wicklow, a été abandonné.

Un projet similaire a été mis en œuvre à Stradbally dans le Co Laois, mais il semble que personne n’ait encore été déplacé sur le site.

Le système au « point de rupture »

Le directeur du Centre Jésuite des Réfugiés a déclaré que le système d’hébergement est au point de rupture, puisqu’il y a actuellement 26 000 personnes dans les hébergements IPAS.

Eugene Quinn a déclaré que la dernière fois que l’Irlande n’avait pas pu accueillir des personnes, un certain nombre d’entre elles étaient à la rue et que cela pourrait se reproduire.

S’exprimant sur l’émission This Week de RTÉ, il s’est dit préoccupé par la sécurité des gens dans la rue, qu’ils soient sans abri, réfugiés ou demandeurs d’asile, car les risques sont énormes dans les rues, ainsi que l’environnement difficile des dernières semaines. .

“Les gens sont dans des tentes, des familles de cinq personnes dans des chambres individuelles dans des maisons, trois familles dans une maison à trois lits, des gens dans des groupes dans des bâtiments commerciaux reconvertis et il est désormais probable que les gens ne se verront pas proposer de logement d’ici la fin de cette semaine. ,” il a dit.

#plan #est #mis #place #pour #empêcher #les #nouveaux #arrivants #dormir #dans #rue

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT