Nouvelles Du Monde

Un juge texan donne son accord à une femme pour avorter

Un juge texan donne son accord à une femme pour avorter

2023-12-09 10:22:21

Une femme a intenté une action en justice pour avorter devant le tribunal. Il s’agit de la première affaire de ce type depuis que la Cour suprême a annulé le droit à l’avortement aux États-Unis. Cependant, la Cour suprême du Texas a annulé la décision le lendemain.

Au Texas, la loi autorise l’avortement dans des cas médicaux exceptionnels. Mais les règles sont très vagues. Sur la photo : des manifestants à Austin, au Texas, en mai 2022.

Brandon Bell / Getty

Kate Cox est enceinte d’un enfant qui va très probablement mourir. La semaine dernière, elle a appris de ses médecins que son fœtus était atteint de trisomie 18, une maladie génétique également connue sous le nom de syndrome d’Edwards.

Dans la grande majorité des cas, la trisomie 18 entraîne une fausse couche, une mortinaissance ou la mort de l’enfant au cours de la première année. Dans le même temps, la grossesse présente également des risques pour la santé de la mère et peut la rendre stérile.

Dans un texte du « Dallas Morning News », Kate Cox a décrit il y a quelques jours, ce qu’elle a ressenti lorsque les médecins lui ont posé le diagnostic. Elle a écrit qu’elle n’aurait jamais pensé qu’elle voudrait ou aurait besoin d’avorter. Mais elle est désormais enceinte de 20 semaines d’un bébé qui ne survivra pas et pourrait mettre sa santé en danger. Elle a écrit : « Je dois mettre fin à ma grossesse maintenant. »

Lire aussi  La dette publique américaine dépasse 31 000 milliards de dollars

Mais Kate Cox, 31 ans et déjà mère de deux enfants, vit au Texas. Aux États-Unis, la Cour suprême a annulé le droit national à l’avortement en juillet 2022. Depuis lors, les États membres ont défini eux-mêmes la législation : 13 États membres ont interdit l’avortement à presque toutes les phases de la grossesse.

La loi sur l’avortement aux États-Unis ressemble à un patchwork

Le premier cas du genre

Au Texas, la loi sur l’avortement est particulièrement restrictive. Les médecins ne sont autorisés à pratiquer un avortement que si la vie de la mère est en danger. Toutefois, selon les critiques, la réglementation est formulée de manière si vague que les médecins refusent de pratiquer un avortement dans la grande majorité des cas, par crainte de poursuites.

Les femmes enceintes qui avortent illégalement ne peuvent pas être poursuivies en justice. Mais un médecin qui pratique un tel avortement encourt une peine de prison pouvant aller jusqu’à 99 ans et une amende pouvant aller jusqu’à 100 000 dollars.

Mais il était clair pour Kate Cox qu’elle devait faire quelque chose. Elle a écrit dans le « Dallas Morning News » : « Je ne veux pas que mon bébé naisse juste pour le voir souffrir. »

Lire aussi  Ce symptôme Covid peut vous tromper (et non vous faire comprendre que vous avez contracté l'infection)

Elle a contacté le Center for Reproductive Rights, qui défend le droit à l’avortement et représente les femmes devant les tribunaux sur ces questions, et a intenté une action en justice.

Un tribunal d’Austin s’est prononcé en sa faveur jeudi. La juge, Maya Guerra Gamble, a émis une injonction temporaire autorisant Cox à interrompre sa grossesse malgré l’interdiction de l’avortement. Pour Gamble, l’idée selon laquelle la plaignante voulait redevenir mère, mais que les lois du Texas garantissaient qu’elle pourrait perdre cette capacité, est “choquante et constitue une véritable erreur judiciaire”.

Selon le Center for Reproductive Rights, le procès de Cox est une première. Il s’agit du premier cas rendu public dans lequel une femme a intenté une action en justice alors qu’elle était enceinte – et a obtenu gain de cause pour un avortement.

L’État du Texas veut à tout prix empêcher les avortements

Ces derniers mois, plusieurs médecins, femmes et défenseurs de l’avortement ont fait campagne contre l’interdiction stricte de l’avortement au Texas. Le groupe est également représenté par le Centre des droits reproductifs.

Contrairement au procès personnel de Cox, le groupe appelle l’État à clarifier les conditions dans lesquelles les exemptions médicales s’appliquent. Ce procès constitue l’un des plus grands défis contre l’interdiction de l’avortement aux États-Unis. L’un des avocats a également représenté Kate Cox devant le tribunal.

Lire aussi  rewrite this title Les patients atteints de la maladie de Hansen et les bouddhistes sont tous deux mécontents des cadeaux du président pour le Nouvel An lunaire, avec une église et une croix.

Lors d’une audience en juillet, des femmes ont déclaré au groupe qu’elles avaient porté des bébés dont elles savaient qu’elles ne survivraient pas. Début août, un juge a décidé que l’interdiction de l’avortement au Texas est en réalité trop restrictive pour les femmes ayant des complications pendant la grossesse. Il faudrait autoriser des exceptions sans que les médecins aient à craindre des poursuites pénales.

Mais la décision du juge a été rapidement annulée. L’État du Texas a fait appel.

L’ordonnance d’interdiction temporaire accordée jeudi par la juge Maya Guerra Gamble ne s’applique qu’à Kate Cox. Il est valable 14 jours. Pendant ce temps, le médecin de Kate Cox est autorisé à procéder à l’intervention et n’a en fait à craindre aucune conséquence juridique.

L’État du Texas a également fait appel de cette décision. La Cour suprême du Texas a annulé vendredi la décision du tribunal inférieur autorisant l’avortement d’urgence, répondant à une demande du procureur général du Texas, Ken Paxton.

Le procureur général du Texas a écrit une lettre à trois hôpitaux où travaille le médecin de Cox. Il a expliqué qu’elle et le personnel de l’hôpital seraient confrontés à des conséquences juridiques s’ils pratiquaient l’avortement de Kate Cox.

Ce que Cox fera maintenant est inconnu. Son avocat a déclaré qu’elle ne fournissait pas de détails sur ses projets. Cox s’inquiète pour sa sécurité et celle de ses médecins.



#juge #Texas #autorise #une #femme #avorter
1702111946

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT