Nouvelles Du Monde

Ukraine : le sommet de la paix réaffirme l’intégrité territoriale

Ukraine : le sommet de la paix réaffirme l’intégrité territoriale

Le sommet de la paix en Ukraine a réaffirmé l’intégrité territoriale du pays et appelé à l’inclusion de toutes les parties dans le processus de paix, soulignant la nécessité de soutenir l’Ukraine et critiquant les conditions imposées par la Russie.

Le communiqué final du Sommet de la paix en Ukraine, qui s’est tenu dans la station suisse de Burgenstock, renforce l’importance de l’intégrité territoriale du pays et appelle à l’inclusion de « toutes les parties » dans le processus de paix. Le document, largement soutenu par les participants, met en avant « les principes de souveraineté, d’indépendance et d’intégrité territoriale de tous les États, y compris l’Ukraine », cités par France-Presse (AFP).

Le président russe Vladimir Poutine a promis vendredi (14 juin) un cessez-le-feu immédiat en Ukraine et le début des négociations, à condition que Kiev retire ses troupes des quatre régions annexées par Moscou en 2022 et renonce à son projet d’adhésion à l’OTAN. Ces demandes ont été rapidement rejetées par l’Ukraine, les États-Unis et l’OTAN, car elles étaient considérées comme une imposition de capitulation.

Au cours du sommet, plusieurs dirigeants ont souligné la nécessité de continuer à soutenir l’Ukraine. La Première ministre italienne Giorgia Meloni a mis en garde Poutine contre la confusion entre paix et asservissement, affirmant qu’un tel précédent serait dangereux. Le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, a souligné l’aide de l’Espagne face à la crise alimentaire et a appelé à un soutien international continu à l’Ukraine.

Gitanas Nauseda, président de la Lituanie, a renforcé l’obligation de la communauté internationale de soutenir l’Ukraine et a insisté sur le fait que la paix ne sera possible qu’avec la restauration de l’intégrité territoriale ukrainienne.

Lire aussi  Porzingis et White mènent les Celtics à une victoire de 125-117 contre les Hawks

La Norvège a annoncé un soutien de 1,1 milliard de couronnes (103 millions d’euros) pour la reconstruction des infrastructures énergétiques ukrainiennes. La vice-Première ministre suédoise Ebba Busch a souligné que la défense de l’Ukraine était une priorité de la politique étrangère de son pays.

Le président de l’Équateur, Daniel Noboa, a défendu le « pouvoir transformateur du dialogue et de la coopération », tandis que la secrétaire aux Affaires étrangères du Mexique, Alicia Bárcena, a appelé à ce que les efforts de paix soient menés « sous l’égide de l’ONU », soulignant l’importance de négociations progressives pour instaurer la confiance.

13 pays refusent de signer la déclaration

Le sommet, qui a réuni une soixantaine de dirigeants mondiaux et des représentants de 90 gouvernements, s’est terminé par une déclaration commune appelant à la sécurité du transit nucléaire et maritime. Cependant, 13 pays leaders du monde en développement et les partenaires de la Russie dans certains forums ont refusé de signer le document. Parmi eux figurent le Brésil, l’Inde et l’Afrique du Sud, qui font partie, avec la Russie et la Chine, du groupe d’économies émergentes connu sous le nom de BRICS, ainsi que le Mexique. L’Arménie, Bahreïn, l’Indonésie, la Slovaquie, la Libye, l’Arabie saoudite, la Thaïlande et les Émirats arabes unis n’ont pas non plus signé le document.

Malgré les refus, 80 pays ont signé la déclaration, dont la plupart des pays de l’Union européenne, les États-Unis, le Japon, l’Argentine, le Chili et l’Équateur. À la fin de la deuxième séance plénière des dirigeants, tenue aujourd’hui, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a remercié les délégations pour leur participation et leur compréhension de l’importance d’assurer la sécurité des centrales nucléaires et autres installations nucléaires, soulignant la nécessité de rétablir la sécurité des centrales nucléaires. centrale électrique de Zaporizhzhia, capturée par la Russie.

Lire aussi  Espagne vs France : composition des demi-finales

Zelensky a également exprimé sa gratitude pour son soutien continu visant à garantir la sécurité de la navigation et à préserver la libre circulation des aliments, soulignant que la sécurité alimentaire est vitale non seulement pour les pays du Sud, mais pour tous les pays du monde. « Toute perturbation des marchés alimentaires est une voie directe vers le chaos souhaité par la Russie », a prévenu Zelensky.

Von der Leyen accuse Poutine de conditions « scandaleuses »

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a accusé le président russe Vladimir Poutine de proposer des conditions de paix « scandaleuses » et a averti que c’est l’Ukraine qui déterminerait les conditions d’une paix juste. Dans son intervention, Von der Leyen a souligné que Poutine ne prend pas au sérieux la nécessité de mettre fin à la guerre : « Il insiste pour céder le territoire ukrainien, même celui qu’il n’occupe pas actuellement. Il insiste pour désarmer l’Ukraine, la rendant ainsi vulnérable à une future agression, et aucun pays n’accepterait ces conditions scandaleuses.»

Von der Leyen a préconisé une paix juste qui réaffirme la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine, rétablissant la primauté du droit international et de la Charte des Nations Unies. « Lorsque la Russie se déclarera prête à la paix sur la base de la Charte des Nations Unies, le moment viendra pour elle de participer à nos efforts pour avancer sur le chemin de la paix. Et j’espère et je travaille pour que ce jour vienne bientôt », a-t-il ajouté.

Lire aussi  Travailleuse humanitaire volontaire espagnole tuée en Ukraine : dernières informations sur le conflit

Trudeau souligne le soutien financier et humanitaire à l’Ukraine

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a déclaré que l’Union européenne avait déjà fourni près de 100 milliards d’euros de soutien à l’Ukraine et que le G7 s’était également engagé à fournir davantage d’aide. Trudeau a assuré que le Canada sera toujours une voix forte en faveur de la paix, de la démocratie, de la liberté et de la primauté du droit international. Trudeau a également annoncé que le Canada allouerait 15 millions d’euros pour soutenir la réintégration des enfants déplacés rentrant en Ukraine et entend organiser, dans son pays, une réunion des ministres des Affaires étrangères pour analyser le coût humain de la guerre.

Le sommet, organisé par la Suisse à la demande du président ukrainien Volodymyr Zelensky, a réuni près d’une centaine de pays et d’organisations, mais aussi avec plusieurs absences, la plus significative étant la Russie, qui n’a pas été invitée. Le communiqué final réaffirme l’intégrité territoriale de l’Ukraine et appelle à l’inclusion de toutes les parties pour parvenir à la paix.

par:content_author : nn, avec des agences

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT