Nouvelles Du Monde

Transports : la grève à Gräfenhausen se poursuit

Transports : la grève à Gräfenhausen se poursuit

2023-07-30 14:18:36

Lors de la deuxième grève des conducteurs en quelques mois dans la zone de service, les signes indiquaient initialement un accord rapide. Mais maintenant, il n’y a ni discussions ni argent. Les pilotes veulent persévérer.

Les chauffeurs ont collé le nom de leur employeur en grosses lettres blanches sur la bâche bleue de l’un des camions garés sur l’aire de service de Gräfenhausen, avec la mention “Pas d’argent” en dessous.

Les automobilistes qui font une pause sur l’aire de service, fermée aux camions depuis vendredi, et qui regardent curieusement la masse de camions bleus sur le parking qui est plein à craquer, peuvent voir immédiatement ce que font les chauffeurs. Ils attendent les arriérés de salaire de la société de transport polonaise, pour laquelle ils roulent sur les autoroutes allemandes. Ils n’ont pas vu d’argent depuis des mois, pas plus que leurs familles.

“Nous sommes des Géorgiens, des Kazakhs, des Ouzbeks, des Tadjiks ici”, explique Shukhrat Rarimov, lui-même originaire d’Ouzbékistan d’Asie centrale. L’homme au polo gris foncé serre les deux paumes l’une contre l’autre.

“Mais nous sommes si proches ici, si unis. Nous ne laisserons personne essayer de nous diviser.” C’est pourquoi ils veulent rester jusqu’à ce que le dernier ait reçu son argent. Vladimer Pilauris, un Géorgien, acquiesce. “Même s’ils me paient, je resterai ici jusqu’à la fin.” Rarimov passe un bras autour des épaules de son collègue. “Un pour tous, tous pour un. C’est comme ça qu’on fait.”

Lire aussi  EDF appelle ses clients à modérer leur consommation d’électricité  – Le Quotidien de la Réunion

Les pourparlers stagnent

Il y a à peine une semaine, il semblait que “Gräfenhausen 2”, la deuxième grève des chauffeurs longue distance d’Europe de l’Est de la même entreprise de camionnage en trois mois, pourrait se terminer très rapidement. Les premiers chauffeurs qui se sont arrêtés à Gräfenhausen mardi et mercredi de la semaine dernière et se sont mis en grève très rapidement sont parvenus à un accord avec l’entreprise dans le cadre de négociations individuelles, ont reçu leur argent et ont ensuite remis les véhicules et la charge aux représentants de l’entreprise. Elle n’attachait plus aucune importance à rester dans l’entreprise – ils n’avaient plus tellement confiance.

Mais après la première douzaine de pilotes, de plus en plus ont été ajoutés. Vendredi matin, la police estimait le nombre de véhicules à 130. Les chauffeurs estiment qu’il pourrait désormais y avoir près de 200 grévistes, et des chauffeurs se sont également arrêtés sur d’autres parkings, grâce à des téléphones portables mis en réseau entre eux. Mais Graefenhausen, c’est le lieu de la première grève historique, pour de nombreux conducteurs russophones un lieu où les collègues se sont réunis et se sont battus pour leur argent et leur dignité. On entend encore et encore les chauffeurs : “Nous avons fait notre travail et ne voulons toujours que ce qui nous est dû.”

L’espoir que l’entreprise de transport a tiré de la dégradation de son image et des conséquences de la première grève, qui a duré près de six semaines, était-il prématuré ? Tout d’abord, Anna Weirich du réseau de conseil “mobilité équitable” avait positivement noté la volonté de dialogue de l’entreprise. Mais en attendant, elle doit déclarer : “Il n’y a plus eu de transfert d’argent depuis lundi”. Les pourparlers stagnent également. Les conducteurs rapportent à l’unanimité qu’il n’y a actuellement aucune négociation, même après avoir remis plusieurs voitures aux représentants du transitaire en signe de bonne volonté.

Lire aussi  Liste des augmentations du prix du carburant dans les stations-service Pertamina et al au 1er février

Les politiciens et les syndicalistes ne voient également aucun progrès depuis la première grève. Dimanche matin, le ministre du Travail et des Affaires sociales de Rhénanie-Palatinat, Alexander Schweitzer (SPD), et la députée SPD et vice-présidente du parlement de l’État de Hesse, Heike Hofmann, se sont informés de la situation des chauffeurs sur place. . Matthias Körner de la Confédération allemande des syndicats (DGB) et Tiny Hobbs du syndicat Verdi sont également présents. “Ils ont tous remarqué que la situation n’avait pas changé depuis la première frappe”, explique Anna-Maria Boulnois de la DGB Hesse-Thuringe.

Aucun espoir de solution rapide

Lorsque Kairat Taganov du Kazakhstan sourit, sa bouche scintille de métal doré. Mais après plusieurs jours de grève, il trouve peu de raisons de rire. L’entrepreneur vit dans le luxe, les chauffeurs vivent dans leurs cabines pendant des mois, n’ont ni bain ni douche et doivent se confiner dans un tout petit espace. Et puis il n’y a même pas d’argent. « Quel genre de vie est-ce ? Nous sommes humains ! le père de quatre enfants s’excite.

Lire aussi  Ce sont les six voitures les moins chères en location privée | Voiture

Comme ses collègues, il répond avec gratitude aux nombreux signes de solidarité qu’ils ressentent – des camionneurs qui klaxonnent lorsqu’ils croisent les grévistes, aux syndicalistes, représentants d’églises et particuliers qui apportent spontanément des conserves, des boissons ou des produits d’épicerie.

“On nous a dit de venir en Pologne, c’est là que nous recevons notre argent”, rapporte Rarimov. Mais ce serait hors de question pour elle. “Nous aurons tout au plus un coup de pied.” Rarimov et ses collègues connaissent également les photos de la force de sécurité martiale avec laquelle Speditioner est venu à Gräfenhausen le vendredi saint pour récupérer son camion.

Alors combien de temps durera-t-elle, la deuxième grève à Gräfenhausen, qui n’est déjà plus, mais plus de deux fois plus grosse que la première ? Presque personne n’ose espérer une solution rapide pour le moment. Giorgi, un Géorgien mince aux cheveux gris avec une barbe pleine et un regard pensif, est avec nous depuis plus d’une semaine maintenant. Il est très calme, contrairement à beaucoup de ses compatriotes souvent impulsifs et fougueux. Mais il n’a pas besoin d’être bruyant pour montrer sa détermination : “On reste. La grève dure. Même si c’est à mort.”

dpa



#Transports #grève #Gräfenhausen #poursuit
1690729916

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT