Nouvelles Du Monde

Tabou sur le sexe et le handicap, quotidien Junge Welt, 1er décembre 2023

Tabou sur le sexe et le handicap, quotidien Junge Welt, 1er décembre 2023

2023-12-01 02:00:00

imago images/Christian Spicker

La participation est obligatoire – également au Christopher Street Day à Berlin (27 juillet 2019)

En Allemagne, une personne sur dix est gravement handicapée. Cela représente environ 7,8 millions de personnes qui peuvent prouver un niveau d’invalidité d’au moins 50 pour cent sur leur carte d’identité de personne gravement handicapée. Même si leur proportion est élevée en Allemagne, l’approche inclusive de la diversité et la présence naturelle des personnes handicapées dans la société peuvent être améliorées. La Journée internationale des personnes handicapées, le 3 décembre, nous le rappelle également.

Le thème de la sexualité en particulier reste encore tabou. Le problème ici est généralement dû à un manque d’informations. Il existe encore une grande incertitude en ce qui concerne l’autodétermination sexuelle des personnes handicapées physiques et mentales. De plus, les personnes souffrant d’un handicap mental, en particulier, se voient souvent totalement refuser le droit à la sexualité. Il s’agit d’un besoin fondamental. Le désir humain d’amitié, d’amour et de tendresse n’est pas différent – ​​avec ou sans handicap. L’association Pro Familia, qui milite en faveur des droits sexuels et reproductifs, fait ici référence à l’article 2 de la Loi fondamentale : « Toute personne a droit au libre développement de sa personnalité », faisant ainsi référence au droit général à l’autodétermination sexuelle.

Lire aussi  Poutine parle de l'élection présidentielle américaine truquée et évoque à nouveau les fameux « 10 dollars »

«J’ai l’impression que les parents, les soignants et les employés des établissements de soins manquent souvent de connaissances sur la manière de soutenir les désirs sexuels des personnes souffrant d’un handicap physique ou mental. Beaucoup sont gênés et évitent de parler d’amour et de sexualité”, explique Dorothe Knupfer. Elle est éducatrice en réadaptation et éducatrice sexuelle et s’occupe de la reconnaissance des besoins sexuels dans les établissements de soins. Dans son établissement de soins berlinois, il existe depuis de nombreuses années un groupe de travail « Sexualité et handicap » pour un échange ouvert entre les employés. Elle constate néanmoins à plusieurs reprises que les soignants évitent certains sujets. De plus, ils se trouvent souvent dans une zone de tension entre, d’une part, le respect des souhaits et des besoins sexuels et, d’autre part, le respect des exigences de l’environnement.

Parce que de nombreuses personnes ne connaissent pas la situation juridique ou sont dépassées par les situations individuelles, l’éducateur sexuel parle des options et des approches lors d’ateliers, aborde les dangers ou enseigne aux résidents des techniques pornographiques. Elle explique par exemple la stigmatisation des femmes dans l’industrie du porno, pointe du doigt des plateformes fiables ou parle directement du désir individuel et des besoins sexuels. Ces conversations permettent de créer une prise de conscience, de créer une image fidèle de la réalité et de parvenir à une interaction respectueuse les uns avec les autres. Comme pour les personnes non handicapées, l’éducation sexuelle des personnes handicapées prend tout son sens à un stade précoce.

Lire aussi  «L'homme le plus sale du monde» décède en Iran à 94 ans quelques mois après le premier lavage | L'Iran

Comment les parents d’enfants handicapés peuvent-ils soutenir l’éducation sexuelle ? La question ici est de savoir dans quelle mesure il est possible d’en parler. D’une manière générale, il est important que les parents et les tuteurs acquièrent des connaissances sur l’éducation sexuelle, « nomment correctement les parties du corps et soutiennent les enfants handicapés dans leurs activités sexuelles – également afin de garantir qu’aucune violation des limites sexuelles ne se produise », poursuit Knupfer. Les limites de la honte personnelle sont généralement dépassées en raison de l’ignorance des limites de l’intimité.

Selon les informations actuelles du ministère fédéral (BMFSJ), une femme handicapée sur trois à quatre a été victime de violences sexuelles et de passages de frontières au cours de son enfance et de sa jeunesse. La nécessité de lever les tabous sur le thème du sexe est donc particulièrement pressante. Dorothee Knupfer le voit ainsi : « Cela commence par la simple intimité. Est-ce que tout le monde frappe avant d’entrer ? Nous voulons tous être traités avec respect et autodétermination – surtout en matière de sexualité.«



#Tabou #sur #sexe #handicap #quotidien #Junge #Welt #1er #décembre
1701371474

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT