Nouvelles Du Monde

Santé : Réforme hospitalière : les Länder jouent pour gagner la montre

Santé : Réforme hospitalière : les Länder jouent pour gagner la montre

2023-11-28 18:06:00

Manifestation dans une salle d’isolement spéciale d’une clinique de Munich. Pendant la pandémie de Corona, les avantages des ressources en maladies infectieuses dans les hôpitaux sont devenus évidents.

Photo : dpa/Sven Hoppe

La réforme hospitalière semble définitivement dans l’impasse : vendredi dernier, le Conseil fédéral a renvoyé la loi sur la transparence hospitalière devant la commission de médiation. Les positions entre les gouvernements fédéral et étatique semblent s’être plus durcies que jamais. La loi visait en fait à créer les conditions d’une “transparence totale” – et à permettre aux patients de savoir facilement et sans recherches approfondies quelles cliniques dans leur région proposent quels services sont légitimes et de bonne qualité. Dans le débat sur cette nouvelle clarté, les hôpitaux ont cité leurs propres rapports de qualité (généralement plusieurs centaines de pages de texte) ou des répertoires de cliniques individuelles, y compris dans certains domaines médicaux. En fait, il y avait déjà eu cet été une version consensuelle de la loi sur la transparence des hôpitaux, à laquelle au moins 14 Länder ont accepté.

Cependant, comme c’est souvent le cas, la loi était ici un omnibus : elle contenait de nouvelles réglementations sur des sujets qu’on ne s’attendrait pas normalement à trouver là-bas. Cela a suscité un fort ressentiment de la part des hôpitaux, entre autres. Mais il s’agissait d’un projet omnibus annoncé, qui devait également transporter une aide en liquidités pour les hôpitaux à hauteur de 7,7 milliards d’euros.

Cependant, si la loi est maintenant renégociée, des difficultés supplémentaires pour le budget fédéral global entreront en jeu, ce qui pourrait signifier que les hôpitaux ne peuvent s’attendre qu’à moins d’argent, voire à aucune aide supplémentaire en liquidités à l’avenir. Cela signifierait la fermeture certaine de nombreuses cliniques. Une partie de l’argent désormais incertain provenant de la loi devrait de toute façon être due aux maisons en raison de l’augmentation des valeurs du scénario de base de l’État. Ces valeurs sont négociées chaque année dans les Länder entre les caisses d’assurance maladie et l’association des hôpitaux du Land.

Lire aussi  Les carrossiers avertissent que le coût des réparations automobiles va continuer d'augmenter en raison de sous-paiements des assureurs.

Les Länder s’opposent également à une loi qui prévoit un paiement accéléré des budgets de soins, même si les appels des hôpitaux à garantir leur solvabilité se font de plus en plus forts. En outre, la nouvelle transparence concernant les différences de qualité sera également retardée.

Jeudi dernier, lors de leur dernière série de consultations, les ministres de la Santé de la Fédération et des Länder ont reporté à la nouvelle année le projet de loi sur le cœur de la réforme, à savoir la loi sur l’amélioration des soins hospitaliers. Un « accord de principe » devrait être trouvé à la mi-janvier et le processus législatif devrait suivre.

Les associations d’assurance maladie, les organisations hospitalières et les hommes politiques ne sont pas les seuls à commenter le déroulement de la réforme. Les associations professionnelles médicales et les sociétés médico-scientifiques ont également leur mot à dire. L’une des plus grandes est la Société allemande de médecine interne (DGIM), qui a accueilli ces dernières semaines son 30 000e membre. D’un point de vue purement technique, les médecins en médecine interne travaillent dans plusieurs domaines ; ils peuvent se concentrer sur les maladies infectieuses, la médecine vasculaire, pulmonaire ou cardiaque, pour n’en citer que quelques-uns.

Lire aussi  Italie - Le nombre de morts suite à la tempête "Ciaran" s'élève à 13 en Europe

Pour la DGIM, son secrétaire général Georg Ertl a évalué mardi à Wiesbaden l’état de la réforme hospitalière. «Cela sera crucial pour nos sujets et nos patients», craint l’interniste et cardiologue de Würzburg, même s’il estime que les objectifs de la réforme sont corrects. La déséconomisation et donc la réduction des coûts, l’assurance qualité, la réduction de la bureaucratie mais aussi la stabilisation des services publics sous forme d’hôpitaux sont des idées que la DGIM prône depuis longtemps, entre autres au regard du souci d’existence de petites cliniques. « Nos patients âgés et multi-malades doivent être soignés aussi près que possible de leur lieu de résidence. Tout n’est pas possible en ambulatoire», explique Ertl. Il souhaite que les lois désormais nécessaires soient acceptées par la population. En matière de soins ambulatoires, la DGIM s’appuie davantage sur les pratiques des hôpitaux, qui auraient alors également accès à des ressources cliniques. Ertl est plus sceptique quant aux grandes structures ambulatoires envisagées dans la réforme.

D’autres aspects de la réforme, à son stade actuel, semblent encore inachevés. À l’avenir, le travail des hôpitaux sera structuré selon des groupes de services. Seuls ceux qui remplissent certaines conditions sont autorisés à proposer certains services médicaux. Par exemple, les assistants sont actuellement absents de la description des groupes de performance. “Trois infectiologues ne peuvent pas faire d’infectiologie, ils travaillent uniquement avec des collègues ayant suivi une formation spécialisée”, donne un exemple. Ce problème a également été signalé au ministère fédéral de la Santé via le groupe de travail des sociétés scientifiques et médicales : « Cela n’avait pas été remarqué auparavant. »

Lire aussi  Chaos des paiements : Booking.com indemnise les propriétaires

Les 30 000 membres ont également pris la parole lors de la conférence de presse de la DGIM. Sebastian Pointner de Kiel aime son travail et aimerait le faire jusqu’à sa retraite, “si les circonstances le permettent”. En ce qui concerne la réforme hospitalière, le médecin en formation espère que quelque chose changera : “On a compris que les forfaits par cas créent de fausses incitations.” Il ressent aussi l’augmentation du travail, ainsi que la perte d’empathie envers la part des médecins. Il convient de discuter des ressources limitées : la proportion de médecins plus âgés augmente et, dans le même temps, la moitié de tous les patients hospitalisés ont plus de 65 ans. Les attentes vis-à-vis de la réforme restent élevées, y compris de la part des salariés. Cependant, comme le résume l’interniste Ertl, l’impression demeure que « par vanité ou pour des raisons politiques, les gens prétendent désormais que rien ne se passe ». Ce n’est pas une manière de parvenir à la réforme nécessaire.

Devenez membre de la nd.Genossenschaft !

Depuis le 1er janvier 2022, le »nd« sera publié comme un journal de gauche indépendant, propriété du personnel et des lecteurs. Soyez là et soutenez la diversité médiatique et les positions visibles de gauche en tant que membre de la coopérative. Remplissez dès maintenant la demande d’adhésion.

Plus d’informations sur www.dasnd.de/genossenschaft



#Santé #Réforme #hospitalière #les #Länder #jouent #pour #gagner #montre
1701221112

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT