Nouvelles Du Monde

Sachs se penche sur la conservation de la Constitution

Sachs se penche sur la conservation de la Constitution

JOHANNESBOURG – L’Afrique du Sud célèbre cette semaine les 30 ans de démocratie et sa Constitution louée, qui a fait ses preuves, reste un symbole de sa résilience.

Après les élections de 1994, le nouveau Parlement a pris ses fonctions et la tâche principale consistant à élaborer la Constitution était avant tout destinée à l’aube de la démocratie.

Les législateurs n’avaient que deux ans pour soumettre un projet final à la certification de la nouvelle Cour constitutionnelle.

Arriver à ce point et entreprendre ce processus ne s’est pas fait sans sang, sans sueur et sans larmes. L’Afrique du Sud a traversé ses moments les plus sombres, dans les années qui ont précédé ce moment, et la tâche qui attend l’assemblée constitutionnelle du Parlement dirigée par Cyril Ramaphosa était tout simplement monumentale.

Mais le Congrès national africain (ANC), qui constituait la nouvelle majorité au Parlement, n’a pas été pris de court. Le mouvement de libération, présent dans plusieurs pays, savait qu’il devait être prêt pour les négociations imminentes.

L’ordre d’intensifier les manifestations contre l’apartheid était venu du leader révolutionnaire de l’ANC, Oliver Tambo.

Il était en exil à Kabwe, en Zambie, dans les années 1980 et les forces sur le terrain suivaient son exemple. Bien entendu, cela s’est heurté à la plus grande hostilité et à la plus grande violence de la part de la police de l’apartheid et du parti national oppressif. Mais quelque chose devait céder, et très vite, cela céda.

Lire aussi  A politician from Karnataka meets Congress leaders after quitting the BJP

Quelqu’un qui se trouvait à Kabwe avec Tambo et d’autres était l’avocat et activiste Albie Sachs. Il a rapidement fait partie du comité constitutionnel de l’ANC, un groupe chargé de préparer les négociations sur l’élaboration d’une constitution, ce qui était soudainement en vue.

Sachs est souvent considéré comme le père de la Constitution, mais il nie toute paternité.

« Si vous faisiez réellement un véritable test de paternité de la Constitution, l’ADN qui ressortirait serait celui d’Oliver Tambo. In Exile, 1985, rassemble un groupe composé de Zola Sweyiye, du professeur Jack Simons, de Kader Asmal, de Ted Phakane, de Brigette Mabandla, de Jobs Jobodwana et d’Albie Sachs.

« Pallo Jordan était le penseur, il a eu l’idée. Parce qu’alors la grande bataille consistait à savoir quoi faire à propos des Blancs. Ils sont devenus le centre de toute cette affaire constitutionnelle. Comment pouvez-vous protéger les intérêts des minorités et nous disions non !

Le comité était initialement présidé par l’universitaire Jack Simons et comprenait l’avocat Penuell Maduna.

LA CONSTITUTION CRÉÉE POUR LES BLANCS ?

L’idée selon laquelle la Constitution sud-africaine a une forte influence eurocentrique est répandue.

Les critiques ont souligné à quel point il ne fait pas grand-chose pour répondre aux crimes du passé et offre des voies de réparation limitées. Certains pensent que cela est dû au fait qu’elle a été influencée par ceux qui ont perpétré les crimes et n’ont pas été tenus pour responsables.

Lire aussi  Vikram-S, la première fusée privée indienne, décolle du port spatial de l'ISRO

Mais Sachs n’est pas d’accord : « La Constitution a été élaborée en grande majorité par le peuple africain. Oliver Tambo, Pallo Jordan. Il a été fabriqué en Afrique à Lusaka. Ce n’était pas du tout eurocentré. Les Européens nous disaient de protéger la minorité blanche, ils inventaient toutes sortes d’idées comme le consociationalisme. Ce sont les dirigeants africains qui ont dit non ! Une personne, une voix, non raciale donc non sexiste, c’est ce que nous voulons.»

Sachs, qui est aujourd’hui juge à la retraite mais qui continue de bénéficier d’une reconnaissance dans le monde entier, a réfléchi à l’époque où la Constitution était mise à l’épreuve, sous le règne de l’ancien homme d’État Jacob Zuma.

« Je venais d’obtenir un diplôme honorifique à la Nouvelle Université de Lisbonne, j’allume la télé et il y a des nouvelles d’Afrique du Sud. Le président Jacob Zuma va faire une annonce. Je le connaissais depuis qu’il était mon principal représentant, au Mozambique, à Maputo, pendant de nombreuses années.

“Je l’admirais beaucoup, c’était un bon leader, et maintenant il parle et il dit ‘Je n’ai rien fait de mal, je n’ai rien fait de mal et je vais démissionner immédiatement’. Et j’ai eu deux émotions totalement contradictoires. En partie Joy, la constitution fonctionne. La Constitution dit que le président est responsable devant le Parlement et que s’il perd le soutien de la majorité parlementaire, il doit démissionner et il en est conscient. Je suis ravi. En partie, profondément désolé, je l’avais connu comme une personne courageuse et réfléchie, avec un rire charmant, une belle voix chantée et j’en suis arrivé là.

Lire aussi  Bilan du sommet de Paris : Des avancées positives et deux pays africains mis en avant

Au fil des années, certains de ceux qui avaient juré de respecter la Constitution sont devenus ses plus grands critiques.

Les déclarations de l’ancien député et ministre Lindiwe Sisulu, affirmant que « la Constitution n’est pas une écriture sacrée », ne sont qu’un exemple parmi d’autres. Après sa condamnation pour outrage au tribunal, Zuma a repris le même ton et s’est engagé à modifier la loi suprême si son parti MK gagnait les élections.

Sachs affirme que certaines attaques sont compréhensibles d’un point de vue psychologique.

«Certains d’entre eux reconnaissent qu’ils ont mal agi, d’autres disent que c’est de l’histoire ancienne, et d’autres encore disent ‘non, ce n’est pas moi, c’est la Constitution qui nous dérange ou la Cour constitutionnelle’.

Mais il se dit fier de la loi suprême de l’Afrique du Sud qui est restée si ferme au fil des années.

#Sachs #penche #sur #conservation #Constitution

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

2024-05-19 08:00:00 L’homme accusé de tentative d’assassinat contre le Premier ministre Robert Fico (Smer) a été placé

ADVERTISEMENT