Nouvelles Du Monde

Revue de Rebel Moon de Zack Snyder : une menace fandom

Revue de Rebel Moon de Zack Snyder : une menace fandom

Le problème d’essayer de créer des épopées de science-fiction originales dans la veine de Guerres des étoiles est que les classiques sont si présents culturellement que les films les plus récents ont toujours tendance à ressembler à de pâles imitations. Zack Snyder est loin d’être le premier réalisateur à prendre cette réalité comme un défi pour prouver comment, avec les bonnes idées, les bonnes stars et le bon studio, la roue pourrait être réinventée ou du moins intelligemment réimaginée. Mais Snyder est naissant Lune rebelle La franchise cinématographique – dont la deuxième partie vient de sortir sur Netflix – est si dérivée sur le plan narratif, émotionnellement inerte et trop longue qu’il semble que tout ce projet se contente de naviguer sur des vibrations molles plutôt que de se diriger vers une destination prévue.

Entre deux films (jusqu’ici) interconnectés qui, ensemble, durent un peu plus de quatre heures, l’histoire étant racontée en Rebel Moon – Première partie : Un enfant du feu et Deuxième partie : Le donneur de cicatrices il semble que cela devrait sembler plus complexe. Mais il y a une simplicité déconcertante dans presque tout ce qui définit Lune rebelleLe personnage principal héroïque de Kora (Sofia Boutella) et sa quête pour renverser un empire fasciste avec l’aide d’un groupe hétéroclite de combattants de la liberté venus de différentes planètes de la galaxie.

Partie un a présenté Kora comme un ancien soldat de l’Imperium caché sur la planète agraire Veldt après avoir été renié par son père adoptif, Balisarius (Fra Fee), dans le cadre de son plan visant à prendre le contrôle de l’empire. Après des années passées à suivre les ordres de Balisarius de tuer aux côtés de son amiral Noble (Ed Skrein), Kora connaissait les coûts que pouvait entraîner la résistance à la puissance de l’Imperium. Mais son amour pour le Veldt et ses habitants du sel de la terre, comme le cultivateur de blé Gunnar (Michiel Huisman), a suffi à la convaincre d’arrêter de se cacher. Un enfant du feu n’a jamais semblé vraiment intéressé à établir comment la petite rébellion de Kora pourrait devenir suffisamment formidable pour défier légitimement une puissance intergalactique. Mais le film a présenté d’autres guerriers vertueux comme le forgeron Tarak (Staz Nair), l’ancien général Titus (Djimon Hounsou) et l’assassin cyborg Nemesis (Doona Bae), dont les histoires inexplorées semblaient toutes être les mêmes. pourrait être des éléments essentiels d’un conte fascinant.

Lire aussi  Comment le Werder Brême commence sa courte préparation pour le match de Bochum !

La première Lune rebelle joué comme deux heures de raclement de gorge alors que Kora ralliait ses nouveaux alliés à la cause de Veldt entre des décors qui ressemblaient chacun au genre de séquences d’action légèrement imaginatives et ralenties pour lesquelles Snyder est connu. En concluant que Kora tuait apparemment Noble, le film semblait préparer le terrain pour Le donneur de cicatrices pour se lancer et enfin clarifier ce que Snyder essayait d’accomplir avec son analogue à peine voilé de Luke Skywalker. Mais plutôt que de pousser Lune rebellel’histoire de d’une manière significative, Le donneur de cicatrices au lieu de cela, il rechape le sol déjà établi par son prédécesseur.

Et même s’il passe du temps à faire signe à l’existence d’un univers plus vaste débordant de potentiel pour des histoires intéressantes, ces gestes sont maladroits au point de donner l’impression que Snyder n’a pas de vision solide pour cette franchise au-delà de sa capacité à imiter les choses. vous l’avez vu ailleurs, bien qu’exécuté avec beaucoup plus d’habileté. Vous pouvez presque entendre Snyder se remémorer à quel point il a été époustouflé par La matrice alors qu’un noble désorienté revient d’entre les morts Le donneur de cicatrices avec une série de tubes apposés sur diverses parties de son corps pâle enfermé dans une chrysalide gluante.

Noble n’est pas le plus gros problème du film, mais Le donneur de cicatrices le présente comme une figure semblable à Dark Vador alors qu’il étouffe ses subordonnés pour leur rappeler qui il est. De retour sur Veldt, le soulagement de Kora est rapidement anéanti alors que la nouvelle de la résurrection de Noble se répand, et il devient clair que l’Imperium a l’intention d’attaquer la planète pour son défi. Mais plutôt que de s’appuyer sur ce sentiment d’effroi imminent, Le donneur de cicatrices au lieu de cela, double son Sept samouraïs inspiration avec une série de séquences conçues pour souligner que les habitants du Veldt ne sont que de simples agriculteurs qui ont besoin de Korra et de ses alliés pour les protéger.

Lire aussi  Les meilleurs moments de Madrid Directo en 2023

Comme Le donneur de cicatricesLes agriculteurs de la région chantent des hymnes solennels tout en récoltant leurs récoltes, Snyder semble suivre les traces du Jeux de la faim des films, où la musique a joué un rôle important dans l’établissement d’un lien plus profond entre le District 12 et la région des Appalaches aux États-Unis. Mais quand on écoute réellement ce que disent les agriculteurs, le plus important à retenir est qu’ils seraient impuissants à se défendre contre l’Imperium parce que tout ce qu’ils savent faire, c’est travailler la terre avec des outils simples. Ces détails étaient déjà évidents dans le premier film, ce qui explique en partie pourquoi Kora les a épelés dans Le donneur de cicatrices c’est tellement idiot. En même temps, cependant, l’histoire du nouveau film est si mince qu’il est difficile d’imaginer que Kora ait grand-chose à dire à ses partisans, à part les avertir qu’ils ne survivront pas tous à la bataille à venir.

Boutella et ses co-stars font un effort admirable pour essayer de donner à ces personnages l’impression qu’ils sont pourrait être convaincant dans de meilleures circonstances. Vous pouvez voir des éclairs d’imagination authentique où le gang se réunit pour partager son histoire comme si cette connaissance pouvait contenir d’une manière ou d’une autre un secret qui les aiderait à vaincre Noble et Balisarius. Ce n’est pas le cas, mais cela change brièvement Le donneur de cicatricesL’attention s’éloigne de Veldt vers d’autres mondes plus inspirés dans des flashbacks qui ressemblent tous à des extraits de films plus excitants en gestation dans le subconscient de Snyder. Mais ces moments sont malheureusement brefs et n’ajoutent finalement pas beaucoup de contexte à l’histoire en question, qui s’éternise à un rythme glacial en raison du temps passé. Le donneur de cicatrices passe à se concentrer sur Kora et les autres, attendant essentiellement d’être attaqués.

Lire aussi  Yates et Chang à Newsmax : la Chine a aidé Moscou en Ukraine

Même dans son apogée explosive alors que l’Imperium descend sur Veldt, Le donneur de cicatrices a un air mal cuit car il n’est pas très clair comment cette seule bataille pourrait changer les choses à plus grande échelle. Dune a pu éviter ce problème en faisant d’Arrakis une planète particulièrement puissante grâce à ses précieuses ressources naturelles. Mais Le donneur de cicatrices il manque ce genre de construction du monde – le genre qui vous fait comprendre pourquoi les gens veulent des choses pour lesquelles ils sont prêts à tuer. Au lieu de cela, le film se termine sur un cliffhanger et une tournure qui n’est surprenante qu’en raison du caractère oubliable du personnage qu’il implique.

C’est loin d’être la note idéale pour le deuxième volet d’une franchise de films de science-fiction dont la production, jusqu’à présent, a coûté plus de 166 millions de dollars. Mais c’est un sujet sur lequel Snyder est à l’aise. Ironiquement, ce ne serait pas aussi décevant siRebel Moon – Deuxième partie : Le Scargiver était un point approprié à la fin d’une phrase. Snyder a clairement indiqué qu’il souhaitait continuer à lancer ces choses, et avec Netflix ayant l’a récemment signé pour un nouvel accord globalil semble très possible qu’il fasse exactement cela.

Rebel Moon – Deuxième partie : Le Scargiver met également en vedette Ray Fisher, Elise Duffy, Anthony Hopkins, Alfonso Herrera, Stuart Martin, Cary Elwes et Charlotte Maggi. Le film est désormais diffusé sur Netflix.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT