Nouvelles Du Monde

Projet de réduction de l’éclairage public à Genève : polémique autour de la sécurité des habitants

Projet de réduction de l’éclairage public à Genève : polémique autour de la sécurité des habitants

Le canton de Genève a initié un projet de réduction de l’éclairage public en mettant en place une phase de test dans quatre communes. Certains lampadaires ont été éteints afin de réaliser des économies d’énergie et de préserver la biodiversité, mais cela suscite des inquiétudes parmi les habitants en termes de sécurité.

Ainsi, depuis quelques jours, Satigny a éteint certains lampadaires. En période de pointe, certains habitants expriment leur préoccupation quant au manque de visibilité. “La nuit, sans lumière, c’est plus effrayant”, souligne une habitante lors d’une intervention dans le 12h45, tandis qu’un autre estime que cela représente un danger accru pour les piétons.

Tous les lampadaires ne sont cependant pas éteints. “Le rond-point et les zones proches des passages piétons ont conservé leur éclairage, seuls les autres tronçons de route ont été éteints”, explique Christian Gorce, ingénieur cantonal.

L’objectif de cette phase test, qui devrait être étendue à l’ensemble du canton d’ici la fin de l’année, est de préserver l’environnement et de réaliser des économies d’énergie. “À terme, la stratégie d’extinction “OptimaLux” vise à éteindre la moitié des luminaires tout en maintenant allumée l’autre moitié pour des raisons de sécurité”, précise-t-il. Ces mesures devraient permettre des économies d’électricité équivalant à la consommation de 500 foyers par an.

Lire aussi  Shane envoie une lettre d'excuses à la fête de David : pas d'empathie, pas de paix !

Malgré cela, le projet suscite des inquiétudes parmi certains élus, notamment Céline van Till. La députée PLR en situation de handicap estime que le projet nuit aux personnes à mobilité réduite. “Malgré le fait que mon handicap ne soit pas visible, je ne peux pas marcher dans l’obscurité en raison de problèmes d’équilibre. En arrivant à l’arrêt de tram au Bachet, j’ai dû appeler un taxi pour parcourir seulement 500 mètres”.

Récemment, la députée a déposé une motion demandant une révision du projet. Elle propose notamment de prolonger la durée d’éclairage et de développer des alternatives telles que les LED et les marquages réfléchissants. Cette motion sera bientôt examinée par le Grand Conseil.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT