Nouvelles Du Monde

Procès pour espionnage : « Ne trahissez pas le BND » – Politique

Procès pour espionnage : « Ne trahissez pas le BND » – Politique

2024-04-17 19:31:23

Carsten L. veut clarifier quelque chose. Jusqu’à présent, il était toujours assis tranquillement dans une boîte en verre, mais maintenant il s’avance pour la première fois vers le microphone. L. est jugé à Berlin depuis décembre. L’accusation : trahison. L’employé du Service fédéral de renseignement (BND) aurait vendu des secrets d’État à la Russie, notamment des positions sur des systèmes d’armes occidentaux en Ukraine et des détails sur la manière dont l’Occident surveille une application de communication de la milice mercenaire Wagner. Il a été arrêté peu avant Noël 2022. Depuis, Carsten L. est resté silencieux sur ces allégations. Mais ce mercredi, il souhaite présenter sa version des faits au tribunal.

Il laisse cependant la préface à son défenseur Johannes Eisenberg. Son explication pourrait être résumée brièvement et succinctement : L’accusé voulait seulement aider la République fédérale.

L’affaire est aussi explosive que complexe. Le parquet fédéral accuse l’homme de 53 ans d’avoir divulgué les documents secrets au service secret russe FSB par l’intermédiaire d’un messager, l’homme d’affaires Arthur E. Il est également inculpé ici à Berlin. Cet Arthur E., 33 ans et au portefeuille haut en couleur allant des mines de diamants aux cryptomonnaies, est aussi le principal témoin à charge.

Arthur E. a déjà témoigné devant le tribunal en janvier. Lui et L. se connaissent, pour autant que leurs descriptions concordent, grâce à une connaissance mutuelle de Weilheim en Haute-Bavière. Selon E., les contacts avec des cercles sinistres à Moscou se sont produits par hasard grâce à un ami homme d’affaires russe. C’est Carsten L., un homme du BND, qui aurait déclaré qu’il avait quelque chose « pour la Russie, pour votre ami ».

Lire aussi  Le Times a "cassé" le réseau avec une caricature des "colombes" Poutine et Kim Jong-un, baignant dans le sang : "Tu ne m'arrêteras pas, farceur" -

L. traite le témoin Artur E. de « causeur »

E. a déclaré qu’il s’était rendu à Moscou avec les documents, pensant qu’il travaillait finalement pour le BND, et qu’il les avait remis là-bas à deux Russes. Ce n’est que plus tard qu’il a compris qu’il s’agissait d’agents du FSB. Ils lui ont fait pression pour qu’il fasse davantage. Ce qu’il fit ensuite. C’est, en gros, sa version.

La version de L est qu’Arthur E. est un « parleur ». Dans la famille L., on l’appelait seulement « blabla », explique l’avocat Eisenberg. Quelqu’un qui parle beaucoup mais ne tient pas ses promesses. Selon son récit, L., membre du BND, espérait que E. pourrait utiliser ses contacts pour l’aider dans l’une de ses tâches officielles. Non pas lorsqu’il s’agit de trahir le BND, mais au contraire : lorsqu’il s’agit de maintenir la sécurité des services de renseignement.

À l’époque en question, à l’été et à l’automne 2022, Carsten L. exerçait officiellement une double fonction au BND. Il travaillait encore au département « Reconnaissance technique », chargé par exemple de surveiller les radios des armées étrangères. Dans le même temps, il assumait déjà les tâches de son nouveau poste, qu’il allait bientôt assumer, celui de chef du département chargé des questions de sécurité du personnel. A cette époque, explique l’avocat de L, on soupçonnait qu’un employé du BND à Moscou était peut-être soumis à des pressions de la part des services secrets russes et collaborait avec eux. Arthur E., à son tour, a affirmé qu’il connaissait quelqu’un dans les cercles de sécurité de Moscou qui savait qui était sur la « masse salariale » des Russes dans les ambassades occidentales.

Lire aussi  Fermeture temporaire de l'aéroport international Vnoukovo de Moscou

L. est assis dans un costume sombre entre ses avocats et explique au juge président Detlev Schmidt comment cela s’est passé. E. lui a parlé de ses illustres contacts en Afrique : le commerce du diamant. “Des hauts responsables militaires, des présidents d’État”, se souvient L. C’est exactement le genre d’informateurs que recherche le BND : “Des gens qui se déplacent, qui ont des contacts. Des gens qui ont le cul dans le froc”. C’est pourquoi il l’a officiellement recruté comme informateur. Ils se rencontraient souvent, principalement dans les bars, parfois dans le bordel Artemis à Berlin.

“Je n’étais pas ravi de ça”

Le soir de la visite au bordel, E. a fait savoir qu’il avait eu ce même contact en Russie. Il a alors pensé, raconte Carsten L., que son nouvel informateur devait puiser dans sa source. Arthur E. s’est envolé deux fois pour Moscou à l’automne 2022 avec cette prétendue commande. Mais il n’a rien emporté avec lui, raconte L. : “Je n’étais pas ravi.”

Lire aussi  Réflexions sur l'intégration des droits fondamentaux dans la loi par les équipes de négociation de la réforme judiciaire

Ce mercredi, c’est beaucoup une question de timing, de réunions au cours desquelles, selon le parquet, des documents de trahison ont été remis – qui, selon L., soit n’ont pas eu lieu, soit se sont déroulées de manière complètement différente de celle du procureur fédéral et de ses collègues. dit l’accusé. Le président a également tendance à limiter ses questions à ces détails. L’enquête dure au total près de trois heures et demie, et L. ne s’impatiente que parfois lorsque les questions semblent inutiles. Arthur E. est assis derrière lui dans la vitrine et secoue la tête presque constamment.

Dans la matinée, l’avocat de Carsten L a conclu sa déclaration par une assurance : “L’accusé ne voulait pas et n’a pas trahi le BND.” L. veut sortir de la boîte en verre et parler jeudi aussi. Ensuite, les procureurs du procureur général souhaitent également lui poser des questions.



#Procès #pour #espionnage #trahissez #pas #BND #Politique
1713377364

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT