Nouvelles Du Monde

Pourrions-nous survivre à une période glaciaire comme l’ont fait nos ancêtres préhistoriques ?

Pourrions-nous survivre à une période glaciaire comme l’ont fait nos ancêtres préhistoriques ?

2024-04-23 20:08:41

La dernière glaciation enregistrée sur notre planète est scientifiquement appelée Würm, mais est mieux connue du public sous le nom de période glaciaire. On estime qu’il a commencé il y a environ 110 000 ans et s’est terminé vers 9 700 avant JC. L’Holocène a alors commencé, ce qui est le cas. la période de climat tempéré réel.

Nous sommes dans une phase interglaciaire, mais il est intéressant de savoir si nous survivrons à une période glaciaire. C’est une curiosité qui dépasse l’hypothétique : plusieurs études, le dernier d’entre eux publié cette année, préviennent que le principal courant océanique qui régule le climat pourrait s’effondrer. En conséquence, l’Europe pourrait connaître une mini-ère glaciaire dans les décennies à venir.

Survivrions-nous à quelque chose comme ça ? La réponse se trouve dans les dernières avancées technologiques, mais aussi dans les études préhistoriques.

Regardez le climat du passé pour planifier notre avenir

De nombreuses études actuelles permettent d’anticiper les défis liés à différents scénarios climatiques. La connaissance permet d’adopter plus facilement des stratégies appropriées et les études paléoclimatiques sont une source d’information précieuse.

Les glaciations ont été associées à des changements dans les précipitations et la répartition des écosystèmes. Connaître ces relations permet planification stratégique et gestion des ressources.

Vers 25 000 avant notre ère, le « froid glaciaire maximal » s’est produit, mais les populations humaines n’ont pas disparu. Les études génétiques montrent que les humains ont survécu à la période glaciaire.

L’un des aspects les plus importants pour la survie est l’adaptabilité. Au cours de la dernière période glaciaire, nous avons eu la capacité de survivre à des conditions météorologiques extrêmes grâce à notre adaptation.

Lire aussi  Vacances d'hiver à la MJC du Rabe : Programme "Les agents secrets" et Vente de crêpes au profit de l'école

S’adapter pour survivre

Une fois établi, le changement climatique est devenu régulier et prévisible. Lorsque cela se produit, les êtres vivants développent des altérations pour s’adapter et gérer ces changements. Ceux-ci peuvent être physiologiques, génétiques ou comportementaux.

Un exemple est lié aux voies nasales des Néandertaliens et des Sapiens. Leurs nez étaient capables de réchauffer et d’humidifier l’air et leur permettaient d’en capter un volume suffisant.

À l’époque, l’air avait des niveaux d’oxygène inférieurs à ceux d’aujourd’hui. Chaque espèce a eu sa propre évolution anatomique, mais ils se sont tous deux adaptés. Ils ont survécu grâce à des adaptations qui leur ont conféré une grande force physique, tout en modifiant également leurs stratégies de survie. La nourriture, les fournitures et le logement ont été adaptés aux besoins.

Changements de comportement et de technologie

La consommation de la faune est devenue incontournable en raison du besoin de graisse pour générer de la chaleur interne.

L’usage de la chasse était intensif. Les restes de gros animaux leur permettaient même de vivre en dehors des grottes.

Ils n’ont pas seulement occupé des sites d’habitats traditionnels, tels que des grottes et des abris : ils se sont également permis d’établir des sites d’habitats en plein air. Cela a été démontré par les découvertes des cabines dans les régions les plus froides d’Europe centrale.

Sa technologie est devenue de plus en plus complexe. Le développement des outils était basé sur l’objectif d’obtenir de la viande et de la moelle.

Lire aussi  ZOTAC lancera un PC de jeu portable repoussant les limites et présentera des solutions informatiques centrées sur l'IA au COMPUTEX 2024

La moelle est la masse présente à l’intérieur des os, notamment les plus longs et les plus épais (tibia, fémur). Il est composé à 90% de matières grasses et est riche en oméga 3, minéraux et vitamines. Tout cela en fait un aliment précieux.

La moelle est également un combustible important pour les lampes. Le type de graisse qui compose la moelle ne produit pas de fumée lorsqu’il est enflammé. Cela permettait à nos ancêtres d’avoir de la lumière et de la chaleur à l’intérieur, avec l’avantage de ne pas salir l’air ni les murs.

Néandertaliens et Sapiens partageaient la même technologie. Différences dans les modes de chasse On ne peut les apprécier qu’à la taille des espèces chassées.

L’importance de bouger et de coopérer

Au sein de ces stratégies, nous trouvons également des déplacements. La vie nomade était basée sur la recherche de meilleures ressources. Toutes les activités d’entretien du groupe devaient être couvertes et, en même temps, garantir la chasse, la cueillette et la disponibilité de l’eau douce.

Dans ces mouvements, grâce à la glace glaciaire, des lieux jusque-là inhabités ont été colonisés. Nous citons, entre autres, en passant par le détroit de Béring qui relie la Sibérie à l’Alaska.

Les déplacements, à leur tour, ont rendu possible le métissage. La nécessité de s’adapter était pertinent dans le flux génétique entre les humains archaïques.

Mais c’est surtout la coopération et l’entraide entre humains qui ont permis la survie. L’intégration, les soins et le travail d’équipe sont devenus le principal avantage face à l’adversité.

Lire aussi  Découvrez les offres de vacances Samsung

Et que se passe-t-il aujourd’hui ?

À tout ce qui précède, il faut ajouter les avancées technologiques actuelles. Aujourd’hui, nous disposons d’avantages significatifs par rapport à nos ancêtres. Tout d’abord, nous disposons d’une infrastructure plus solide et plus efficace pour assurer le chauffage dans les environnements froids. Il existe également des systèmes très sophistiqués de stockage et de distribution des aliments, ainsi que des technologies de communication. Ceci est essentiel pour faciliter la coordination et l’échange d’informations.

La recherche en génétique et en biotechnologie fournit des outils pour améliorer la résistance et l’adaptabilité. Les cultures et le bétail pourraient être préparés à l’aide de ces outils pour créer des sous-espèces plus résistantes au froid. Dans le bon contexte, une source fiable de nutriments pourrait être garantie.

La conscience environnementale peut également être instructive. Cela doit nous permettre d’adopter des pratiques durables et de passer à des sources d’énergie propres.

Malgré les prédictions, il y aura toujours des défis uniques : il sera essentiel de combiner innovation, coopération mondiale et gestion des ressources naturelles. Nous ne pouvons survivre qu’en tant que société inclusive et travaillant en équipe.

En résumé, en nous basant sur la préhistoire, nous pouvons conclure que nous sommes mieux équipés et préparés que nos ancêtres qui ont vécu il y a plus de 25 000 ans. Grâce à eux et à la compréhension de notre passé, nous disposons aujourd’hui de précieuses leçons pour affronter l’avenir de notre espèce.



#Pourrionsnous #survivre #une #période #glaciaire #comme #lont #fait #nos #ancêtres #préhistoriques
1713934939

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT