Nouvelles Du Monde

Pédiatres, de plus en plus de mineurs souffrant de “dépression des réseaux sociaux” – Médecine

Pédiatres, de plus en plus de mineurs souffrant de “dépression des réseaux sociaux” – Médecine

(ANSA) – ROME – Bombardés de publicités, surexposés au cyberharcèlement et avec de moins en moins de contacts en face à face, les enfants et adolescents qui utilisent trop les réseaux sociaux risquent des problèmes alimentaires et sexuels, mais aussi physiques. Pour confirmer les risques croissants de “dépression sociale”, une revue de la littérature scientifique menée par la Société italienne de pédiatrie a analysé 68 travaux menés de 2004 à 2022.

Publiée dans le Journal international de recherche environnementale de santé publique, la revue a identifié une association significative entre la dépression et l’utilisation des médias sociaux, principalement Instagram, Tik-Tok et Youtube, dans 19 études, soit 27% de celles examinées. . “Il n’est pas clair si l’utilisation des médias sociaux conduit à plus de dépression ou si ces symptômes dépressifs poussent les gens à rechercher davantage les médias sociaux.

Or, plus ils passent de temps sur les appareils numériques, plus les niveaux de dépression sont élevés, sans distinctions géographiques », explique Rino Agostiniani, conseiller du Sip.

Lire aussi  La ville française de Grenoble autorise les burkinis dans les piscines en cas d'inversion de politique

Non seulement les troubles du sommeil, la dépendance, l’anxiété, le peu d’activité physique, les problèmes de vision ou de posture, les maux de tête. Les médias sociaux et de nombreuses publicités pop-up peuvent modifier la perception de la sphère sexuelle. Mais l’influence sur les troubles du comportement alimentaire est aussi inquiétante, tant pour la plus grande exposition au marketing de la malbouffe, que pour la diffusion de messages pro-anorexie, “ne se limitant plus aux sites internet, mais transférés sur Snapchat, Facebook, Pinterest”. Le réseau facilite également la propagation du cyberharcèlement (détecté dans 15 études, 22%) avec une diffusion croissante de messages agressifs à travers des images et des vidéos.

“L’utilisation non autorisée des médias sociaux peut créer des problèmes tant du point de vue de la gestion des émotions que des difficultés relationnelles et scolaires”, déclare Annamaria Staiano, présidente du Sip. “Le dialogue avec les amis et les familles ainsi que l’activité physique sont les meilleurs antidotes contre l’overdose des réseaux sociaux et des chats en ligne” dans lesquels “les espaces virtuels remplacent le contact en face à face”, conclut Elena Bozzola, directrice du SIP. (MANIPULER).

Lire aussi  Un juge fédéral américain ordonne à l'Université d'État de Chicago de remettre des documents sur le séjour du président nigérian Bola Tinubu dans les années 1970

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Etes-vous un robot? | nageoire rouge

Il semble y avoir un problème… Notre algorithme de comportement d’utilisation pense que vous pourriez être un robot. Assurez-vous d’accéder à Redfin.com conformément à nos

ADVERTISEMENT