Nouvelles Du Monde

Patrouilles armées dans les synagogues, les mosquées et autour du domicile du Taoiseach

Patrouilles armées dans les synagogues, les mosquées et autour du domicile du Taoiseach

Les patrouilles armées dans les synagogues, les mosquées et autour du domicile du Taoiseach font l’objet de nombreuses discussions en Irlande. Alors que la sécurité des lieux de culte et des personnalités politiques est devenue une préoccupation croissante, ces mesures suscitent des débats sur la protection de la liberté religieuse et l’équilibre entre la sécurité et les droits individuels. Dans cet article, nous examinerons les raisons derrière ces patrouilles armées et les réactions qu’elles suscitent au sein de la société irlandaise.

L’opération de police a été lancée pour renforcer la sécurité de la Garda dans les zones qui pourraient être considérées comme des cibles potentielles de manifestations anti-immigration ou de violences de la part d’agitateurs d’extrême droite.

Un deuxième aspect de l’opération verra des unités de la Garda, armées et non armées, patrouiller dans des sites tels que des mosquées, des centres d’hébergement pour réfugiés, des bureaux de protection de l’immigration (IPO) et des synagogues à Dublin.

Les détectives chargés de surveiller spécifiquement le domicile du Taoiseach Leo Varadkar ont également été invités à confirmer qu’il n’y avait aucune activité suspecte ou menace potentielle dans la zone toutes les heures en raison de la nature très médiatisée du poste.

Lire aussi  Une étude révèle un risque plus élevé de décès prématuré chez les patients atteints d'une maladie inflammatoire à médiation immunitaire pédiatrique

Tandis que M. Varadkar dispose d’un chauffeur de la Garda et bénéficie d’une protection 24 heures sur 24 par des détectives, les unités armées locales se concentreront sur son domicile et ses environs pour détecter toute activité suspecte.

Une source a indiqué que l’opération sécuritaire a été lancée jeudi et se poursuivra pendant plusieurs semaines suite aux émeutes, destructions et pillages dans la capitale.

“Il y a déjà eu des manifestations au domicile du Taoiseach, mais le niveau de violence observé dans le centre-ville la semaine dernière signifie qu’il y a désormais de plus grandes inquiétudes quant à toute activité autour de la propriété”, a indiqué la source.

Gardaí est également au courant de messages partagés en ligne lors des émeutes de la semaine dernière, selon lesquels le domicile de M. Varadkar était une cible pour les personnes impliquées.

Un éminent agitateur d’extrême droite a également déclaré précédemment qu’il serait justifié de tuer le Taoiseach.

Un porte-parole de M. Varadkar a déclaré qu’il ne faisait aucun commentaire sur les questions de sécurité.

Un porte-parole de la Garda a également déclaré qu’elle ne commentait pas les questions de sécurité liées à un individu ou à un groupe, mais a ajouté que, dans le cadre de son engagement continu auprès des communautés minoritaires, la Garda « a rassuré tout groupe ou individu touché par les récentes crises nationales et internationales. événements”.

Lire aussi  Tony Cassidy annonce la sortie de "Play Nancy Spain"

Le porte-parole a ajouté : « Dans le cadre de l’opération Citizen, la gardaí dans toute la ville de Dublin continue d’effectuer des patrouilles à haute visibilité à pied, à vélo et dans les véhicules de la garda dans les endroits identifiés où se produisent des cas de comportement antisocial et d’infractions à l’ordre public.

“Cette opération se poursuivra tout au long du week-end prochain et du mois de décembre.”

Plusieurs équipes de la Garda, unité de maintien de l’ordre public, sont également déployées chaque jour dans la ville pour faire face à tout incident afin d’éviter des scènes similaires aux émeutes de la semaine dernière.

Jusqu’à présent, la Gardaí a arrêté une quarantaine de personnes liées à ces violences, tandis que les efforts se poursuivent pour identifier les autres personnes impliquées.

Une soixantaine de gardaí ont été blessés, tandis que plusieurs bus et véhicules de la garda ainsi qu’un tramway Luas ont été incendiés et des magasins pillés.

Lire aussi  Célébrités : Pink ressemble à la grande soeur de Britney Spears - Panorama

Le Bureau national des enquêtes criminelles (NBCI) se concentre également sur les meneurs des violences et tente d’établir qui a organisé et mobilisé les émeutiers.

Les violences ont éclaté le 23 novembre après que plusieurs personnes, dont de jeunes enfants, ont été poignardées devant une école de Parnell Square.

Une fillette de cinq ans a été grièvement blessée par arme blanche et reste hospitalisée sous assistance respiratoire.

Le suspect, un ressortissant algérien de nationalité irlandaise, reste sous garde armée dans un hôpital de Dublin et n’a pas encore été interrogé.

Plus tôt cette semaine, des comptes de réseaux sociaux associés à des agitateurs d’extrême droite ont publié des images d’un homme qu’ils ont identifié à tort comme le suspect.

Cet individu a depuis été placé sous surveillance de la Garda, craignant pour sa sécurité.

Certains des individus qui ont partagé des images de l’homme sont au centre de l’enquête menée par la NBCI, soupçonnés d’avoir joué un rôle dans l’organisation des violences du 23 novembre.

#Patrouilles #armées #dans #les #synagogues #les #mosquées #autour #domicile #Taoiseach

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT