Nouvelles Du Monde

Opération de sauvetage réussie pour éviter une catastrophe écologique au large des côtes du Yémen

Opération de sauvetage réussie pour éviter une catastrophe écologique au large des côtes du Yémen

DJEDDAH : Les risques d’une catastrophe écologique et humanitaire au large des côtes du Yémen s’amenuisent à mesure que progresse l’opération menée par les Nations unies pour pomper plus d’un million de barils de pétrole brut d’un navire de stockage abandonné et les transférer dans un pétrolier de remplacement.

L’opération, d’une durée de trois semaines et d’un coût de 143 millions de dollars américains (1 dollar américain = 0,90 euro), a débuté mardi pour désamorcer ce que les experts ont qualifié de bombe à retardement. Si l’on avait laissé l’état du FSO Safer se détériorer davantage, d’énormes quantités de pétrole auraient pu se déverser dans la mer, causant des dommages environnementaux et économiques incalculables.

«C’est un grand soulagement de voir le début de l’opération de sauvetage tant attendue par l’ONU du FSO Safer en dégradation, ancré au large des côtes yéménites avec 1,14 million de barils de pétrole», a déclaré Ghiwa Nakat, directrice exécutive de Greenpeace MENA, à Nouvelles arabes ce vendredi.

Lire aussi  L'Américain moyen ne sait pas ce qu'est un 401K

«Nous en sommes au troisième jour et les progrès sont constants», a-t-elle assuré.

Une équipe internationale pompe le brut du Safer vers un autre navire — le Nautica, rebaptisé Yémen — acheté par l’ONU pour la mission de sauvetage. L’opération fait suite à des mois de travaux préparatoires sur place. Selon l’ONU, elle sera achevée en moins de trois semaines.

«Atteindre ce moment crucial dans le plan de l’ONU pour empêcher un déversement en mer Rouge est un exemple remarquable du pouvoir de la coopération internationale et de la diplomatie», a déclaré Achim Steiner, administrateur du Programme des Nations unies pour le développement, dans un tweet cette semaine.

Dans des commentaires adressés aux médias dimanche, Steiner a révélé qu’une fois le processus achevé, le Yémen serait relié à un oléoduc sous-marin qui achemine le pétrole brut depuis les gisements.

Les efforts pour mettre en place la mission de récupération du pétrole du Safer ont d’abord été retardés par la milice Houthie soutenue par l’Iran, qui contrôle le territoire maritime, et qui a refusé aux équipes de l’ONU l’accès au site. Des mois de diplomatie ont finalement permis d’entamer les travaux.

Lire aussi  Les recettes fiscales des collectivités territoriales du Maroc augmentent de 5,2% à fin mars 2023.

On s’attend toujours à des différends concernant la propriété du pétrole et du navire de remplacement dans lequel il est pompé. Néanmoins, de nombreux Yéménites considèrent les progrès réalisés sur la question du Safer comme un signe positif.

«J’espère que ce sera le début du processus de paix», a déclaré aux médias Fathi Fahem, le chef d’entreprise yéménite qui a proposé un navire de remplacement pour le Safer il y a deux ans.

Ce mardi, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a déclaré dans un communiqué: «Le transfert de pétrole de navire à navire qui a commencé aujourd’hui est la prochaine étape cruciale pour éviter une catastrophe environnementale et humanitaire à une échelle colossale.»

«Les Nations unies ont lancé une opération visant à désamorcer ce qui pourrait être la plus grande bombe à retardement du monde. Il s’agit d’une mission où tout le monde met la main à la pâte et qui est l’aboutissement de près de deux ans de travail politique, de collecte de fonds et d’élaboration de projets», a-t-il ajouté.

Lire aussi  Greg Bolan explique le day trading pour les débutants

Guterres a demandé 20 millions de dollars supplémentaires pour achever le projet qui comprendrait la mise au rebut du Safer et l’élimination de toutes les menaces écologiques qui pèsent encore sur la mer Rouge.
#Les #EAU #interdisent #les #exportations #les #réexportations #riz #pendant #quatre #mois
publish_date]

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT