Nouvelles Du Monde

Offre d’adhésion à l’UE à l’Ukraine : une politique morale contre la démoralisation

Offre d’adhésion à l’UE à l’Ukraine : une politique morale contre la démoralisation

2023-11-09 09:28:00

Avec cette offre d’adhésion, l’UE veut envoyer à l’Ukraine un signal encourageant – et couper le souffle aux autres acteurs mondiaux.

Les couleurs s’harmonisent : UE et Ukraine Photo : Philipp von Ditfurth/dpa

Selon des enquêtes, le soutien de la population ukrainienne à l’adhésion à l’UE n’a jamais été aussi élevé – la guerre en a été le principal déclencheur. Une enquête parle de 90 pour cent en avril – il y a trois ans, ce chiffre était de 60 pour cent. Ce Image d’humeur et le fait que le président Volodymyr Zelensky n’ait signé la demande d’adhésion à l’UE que peu après février 2022 montre que l’UE est considérée comme un projet géostratégique.

Le fait que, alors que la guerre fait toujours rage dans le pays et que les tâches gigantesques dans le domaine de la corruption ne sont pas terminées, la Commission européenne recommande le début des négociations d’adhésion avec l’Ukraine (et aussi avec la Moldavie) montre que le L’UE est également devenue un projet géopolitique pour Bruxelles. Pourquoi? Contrecarrer l’influence des autres acteurs mondiaux (Russie, Chine, Arabie Saoudite) avant qu’il ne soit trop tard.

Lire aussi  Le port d'Odessa touché par des missiles russes au lendemain de l'accord sur les céréales, selon l'Ukraine

Ceci est également confirmé par le fait que Bruxelles a voté mercredi en faveur de la Géorgie comme pays candidat. Mais l’adhésion à l’UE n’apportera pas automatiquement la paix à l’Est ni un apaisement des relations avec la Russie voisine. L’accord d’association signé entre l’Ukraine et l’Union européenne (UE) en 2014 a démontré le contraire. Depuis, le pays a connu huit années de guerre à l’Est et bientôt deux années de guerre d’agression.

Mais Bruxelles s’empresse d’envoyer un signal fort à ses partenaires en Ukraine. La guerre au Moyen-Orient détourne l’attention internationale et Kiev craint d’être laissée seule par ses alliés politiques. Un feu vert pour les négociations d’adhésion agit comme un stimulant moral, même si les membres de l’UE ne sont même pas d’accord.

Le conflit sur les intérêts nationaux, dans lequel la Bulgarie joue contre la Macédoine du Nord, candidate à l’adhésion à l’UE, montre comment les choses peuvent fonctionner. Les chefs de gouvernement de l’UE doivent encore décider de l’élargissement de l’UE, et des pays comme la Hongrie et la Slovaquie sont extrêmement critiques à l’égard de l’adhésion de l’Ukraine à l’UE. Il y a aussi l’éternel débat sur la nécessité de réformer l’UE avant un éventuel élargissement – ​​ce qui est urgent. Voyons si le gouvernement fédéral continuera à représenter cette condition auprès de ses partenaires européens.

Lire aussi  Une solution au différend sur la technologie chinoise est en train d'émerger

Ce qui est positif, c’est que la voie géostratégique pragmatique de l’UE a donné aux pays des Balkans, dont certains étaient dans la salle d’attente depuis vingt ans, un rafraîchissement contre la « lassitude de l’élargissement » et que le processus dans les Balkans a été partiellement relancé.

Mais si l’UE ne veut pas perdre sa crédibilité, elle ne doit pas se contenter de s’en tenir à ses objectifs géostratégiques, mais doit également s’en tenir à ses bases économiques et politiques, y compris ses principes et ses lignes directrices. Autrement, si les candidats officiels à l’adhésion restent trop longtemps dans l’incertitude, d’autres acteurs mondiaux risquent de leur proposer des accords géostratégiques plus intéressants. Les Balkans occidentaux, y compris la Serbie, le montrent déjà.



#Offre #dadhésion #lUE #lUkraine #une #politique #morale #contre #démoralisation
1699604833

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT