Nouvelles Du Monde

Nouveau rapport pour la protection de la Constitution : les extrêmes se multiplient

Nouveau rapport pour la protection de la Constitution : les extrêmes se multiplient

2024-06-18 18:08:00

Dans son nouveau rapport annuel, l’Office pour la protection de la Constitution voit des dangers dans tous les domaines. La nouvelle maison d’édition de droite Antaios est désormais « une extrémiste de droite sûre ».

Le ministre de l’Intérieur Faeser et Thomas Haldenwang, président de l’Office fédéral de la protection de la Constitution, lors de la présentation du rapport de l’Office fédéral de la protection de la Constitution Photo : Kay Nietfeld/dpa

BERLIN taz | L’avertissement de Nancy Faeser est clair. “Nous devons défendre activement notre démocratie”, a déclaré mardi le ministre fédéral de l’Intérieur lors de la présentation du nouveau rapport annuel de l’Office fédéral pour la protection de la Constitution (BfV). La démocratie est « soumise à une pression considérable ». En fait, les services secrets enregistrent une augmentation du nombre d’extrémistes dans presque tous les domaines.

Selon le décompte du BfV, la scène d’extrême droite représente toujours le plus grand nombre de personnes : 40 600. Cela représente une autre augmentation de 1 800 personnes par rapport à l’année précédente. Parmi ces extrémistes de droite, 14 500 sont considérés comme étant orientés vers la violence. Les actes de violence sur place ont continué à se multiplier, a averti l’Office fédéral pour la protection de la Constitution Thomas Haldenwang. Les attaques contre les logements d’asile ont également de nouveau augmenté. Les manifestations d’extrême droite se sont multipliées, les événements musicaux ont atteint des sommets, mais surtout les petites soirées de chant. Il n’y avait presque plus d’événements d’arts martiaux.

11 300 membres de l’AfD font également partie de la scène d’extrême droite. Haldenwang a expliqué que son bureau souhaitait décider rapidement de la manière de traiter avec l’AfD. Il avait récemment fait savoir que les dates des élections n’étaient pas cruciales pour lui. Le bureau souhaite encore attendre les motifs écrits du jugement du tribunal administratif supérieur de Münster, qui a récemment déclaré légale la classification de l’AfD comme affaire présumée d’extrême droite. Selon Haldenwang, il est possible de le qualifier d’effort d’extrême droite confirmé ou de le conserver comme cas suspect. Un déclassement n’est « pas si probable ».

Lire aussi  Aux prud’hommes de Bobigny, les délais s’étirent et les justiciables désespèrent

Dans le rapport annuel, l’AfD est accusée d’avoir une « compréhension des gens souvent influencée par les origines ethniques », ce qui est en contradiction avec la Loi fondamentale. L’année dernière, « de nombreuses positions xénophobes et anti-musulmanes » ont également été exprimées dans les déclarations de l’AfD. De nombreux responsables et députés entretenaient également des liens « solides » avec des extrémistes de droite ; il s’agissait d’un « réseau opérationnel stratégique ».

La maison d’édition Neurecht Antaios désormais « sécurise un extrémiste de droite »

L’AfD relie ce réseau principalement à la scène de la nouvelle droite, où le BfV a à nouveau créé des faits : après les Identitaires, le groupe de réflexion « Institute for State Policy », le réseau « One Percent » et la jeunesse de l’AfD, il y a maintenant le porte-parole de la maison d’édition Antaios, Götz Kubitschek, l’a également qualifié de « certainement d’extrême droite ». L’Office pour la protection de la Constitution accuse l’éditeur de vendre des ouvrages comme ceux de l’identitaire Martin Sellner dans le cadre de son projet de « remigration » ou de propager le mythe complotiste du « Grand Échange ».

Il y a aussi une augmentation de la scène citoyenne du Reich, ici de 2 000 à 25 000 personnes. Dix pour cent d’entre eux sont orientés vers la violence. Mais le BfV ne compte que 1 350 des 25 000 citoyens du Reich comme extrémistes de droite. Les femmes représentent désormais près de la moitié de la scène, et cette population est également de plus en plus jeune, selon le bureau. L’année dernière, 200 citoyens du Reich se sont vu retirer leur permis d’armes, mais 400 l’avaient encore.

L’Office fédéral pour la protection de la Constitution estime que 37 000 personnes sont des extrémistes de gauche, dont 11 200 violentes, soit une légère augmentation. Ici aussi, les actes de violence se sont multipliés et de graves incendies criminels ont eu lieu, comme celui d’un pylône électrique à l’usine Tesla de Grünheide, a rappelé Haldenwang. Son rapport met en garde contre une nouvelle radicalisation de la scène : les réseaux existants se sont renforcés et le risque d’actes de violence graves a « à nouveau augmenté ». Ce n’est que par hasard qu’aucun décès n’a été enregistré lors des récentes attaques contre des policiers ou des extrémistes de droite.

Lire aussi  Austin's Walsh décroche deux top 10 à l'état et les plongeurs terminent chacun dans le top 15 - Austin Daily Herald

Il est également fait référence à de graves attaques perpétrées par des groupes autonomes du contexte « Antifa Ost » à Erfurt et à Budapest l’année dernière, après lesquelles plusieurs personnes se sont cachées pour éviter d’être extradées vers la Hongrie. Selon le BfV, on ne peut pas attendre de ces personnes qu’elles se détournent de la violence. Et : « Si la radicalisation de personnes ou de structures se poursuit sans entrave, un nouveau terrorisme de gauche pourrait émerger en Allemagne. »

Le BfV constate également une certaine radicalisation dans les manifestations pour le climat. La Dernière Génération n’est plus surveillée, mais l’alliance Ende Gelände est désormais classée comme « cas présumé d’extrémisme de gauche », qui a fait sensation avec des actions d’occupation dans des mines à ciel ouvert en Rhénanie et en Lusace. Selon le BfV, l’alliance compte désormais 70 groupes locaux. Il y a un « resserrement de plus en plus indépendant des formes d’action allant jusqu’au sabotage ». Une « lutte pour un changement systémique » est propagée dans les documents politiques. Ende Gelände a également participé aux manifestations contre l’évacuation de Lüzerath, qui ont donné lieu à des violences « massives ». Lorsque le groupe a été classifié par l’Office berlinois pour la protection de la Constitution il y a des années, il a souligné de manière agressive : « Bien sûr, nous voulons mettre fin à un système basé sur l’exploitation, la destruction du climat et la discrimination. »

Lire aussi  Vigevano, l'agresseur des urgences interpellé

Enfin, s’agissant de l’islamisme, l’Office pour la protection de la Constitution compte un effectif assez constant de 27 200 personnes. Ici aussi, les actes de violence se sont multipliés, surtout depuis la reprise de la guerre au Moyen-Orient, a déclaré Haldenwang. Le risque d’attentats islamistes reste élevé en Allemagne, notamment de la part d’auteurs individuels radicalisés. Mais des attaques orchestrées par l’EI, comme celle récente à Moscou, sont également possibles, a prévenu le chef du renseignement. Les groupes proches du Hizb ut-Tahrir, interdit, qui ont récemment attiré l’attention avec des manifestations en faveur d’un califat, apparaissent également « de plus en plus agressifs et extrémistes ».

« Un antisémitisme dégoûtant »

Haldenwang et Faeser ont également parlé d’une augmentation spectaculaire de l’antisémitisme depuis l’attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre 2023. C’est « dégoûtant » et doit « absolument être brisé », a déclaré Faeser. Le conflit au Moyen-Orient est repris par toutes les régions extrémistes, a ajouté Haldenwang.

Le mouvement « Boycott, Désinvestissement et Sanctions » (BDS), qui appelle au boycott économique d’Israël, est désormais mentionné pour la première fois dans le rapport annuel du BfV. L’Office fédéral pour la protection de la Constitution classe également ce groupe comme « cas présumé d’extrémisme » et atteste qu’il a des positions anti-israéliennes. Le droit d’Israël à exister est remis en question à plusieurs reprises lors d’événements.

Plus récemment, Faeser a également mis en garde contre les menaces extérieures. La Russie constitue une « menace hybride massive » par le biais de cyberattaques ou de désinformation. Cela a « atteint une nouvelle dimension » et « la colère et la haine » sont semées. La Chine et l’Iran sont également actifs dans ces domaines. Faeser a donc appelé à davantage de pouvoirs pour se défendre contre les cyberattaques.



#Nouveau #rapport #pour #protection #Constitution #les #extrêmes #multiplient
1718726632

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT