Nouvelles Du Monde

Nous avons désespérément besoin d’un renouveau spirituel dans le christianisme suédois – Dagen

Nous avons désespérément besoin d’un renouveau spirituel dans le christianisme suédois – Dagen

CHARISMATIQUE. Le christianisme suédois est devenu trop prudent à l’égard de la puissance de l’Esprit, écrit Sam Wohlin.

Cette fin de semaine qui nous attend, nous célébrons à nouveau la Pentecôte. Parfois, nous appelons cela le « temps de l’enlèvement ». Et non, il ne s’agit pas avant tout de mariages solennels avec de fortes expressions émotionnelles ou que la nature redevienne si belle sous le soleil printanier. Il s’agit plutôt de la présence et de la puissance du Saint-Esprit dans le monde. Ce qui transforme la vie des gens.

L’une des plus belles histoires de la Bible est celle où Jésus-Christ rencontre la Samaritaine au bord d’un puits. Ici, son désir le plus profond est touché. Jésus dit : « Si vous saviez ce que Dieu a à vous donner et qui vous dit : Donnez-moi à boire, vous le lui auriez demandé et il vous aurait donné de l’eau vive. » C’est une métaphore, une image de l’œuvre du Saint-Esprit au plus profond de l’être d’une personne. Quand nous goûtons à la bonté infinie de Dieu. Je fais moi-même partie de ceux qui ont été profondément touchés.

Quand j’étais jeune, j’avais pensé devenir entrepreneur, tout comme mon père. Mais lors d’une réunion en soirée lors de la grande conférence d’été de Nyhemsvekkan, alors que j’étais adolescent, j’ai reçu une salutation prophétique d’un intercesseur, que Dieu appelait au service. Cette nuit-là, ma vie a basculé. J’ai été tellement touché par la présence du Saint-Esprit. Et je n’ai jamais réussi à me débarrasser de ces mots qui m’ont profondément enfoncé dans le cœur. Cela m’a conduit à des années d’études théologiques et je peux maintenant me souvenir de 30 ans en tant que pasteur.

Lire aussi  Israël Gaza : l'ONU prévient qu'une attaque contre Rafah pourrait conduire à un « massacre »

Parfois, j’ai du mal à comprendre qu’une touche du Saint-Esprit puisse changer ma vie si radicalement. Mais l’expérience de la puissance et de la présence de l’Esprit change la vie. Je pense aux expériences fortes que cela m’a apporté. J’ai rencontré des gens en Asie qui étaient issus de différentes religions du monde, mais qui ont rencontré Jésus-Christ et qui travaillent aujourd’hui comme missionnaires pour différentes églises et organisations. Je me suis également réjoui avec la jeune chrétienté d’Afrique dans la danse et la joie de l’espérance du salut. En Suède également, qui est l’un des pays les plus sécularisés au monde, j’ai vu des gens touchés par la puissance et l’amour de Dieu. L’année dernière, ce sont notamment des personnes ayant un nouveau bagage spirituel. Souvent, je me retrouve – les larmes coulant sur mes joues – lorsque je vois comment Dieu touche les gens avec son amour.

Si les gens ne vivent pas d’expériences spirituelles dans notre communauté, alors peut-être que l’Église pourrait aussi bien le faire ?

— Sam Wohlin

Dans la ville où je vis, Karlstad, vivait autrefois l’évangéliste le plus influent du XXe siècle, Frank Mangs. De grandes foules étaient attirées par l’Évangile grâce à son ministère de prédication. Il écrit dans l’un de ses livres à propos de sa forte expérience du Saint-Esprit : « Tout mon monde intérieur, non, tout mon être, avec l’esprit, l’âme et le corps, a été balayé, secoué, traversé par un courant qui semblait être un flux matériel mais qui en réalité était quelque chose d’infiniment plus. Cela devint absolument décisif pour son ministère et sa vie. Il écrit souvent sur la chanson qui a surgi dans l’âme.

Lire aussi  Les gouvernements locaux deviennent de plus en plus dépendants financièrement de Pékin

Une autre auteure, Lillemor Hallin, écrit à propos de son expérience de l’Esprit : « J’ai aussi reçu le Saint-Esprit d’une manière très puissante. C’était comme si le ciel s’ouvrait et que l’eau coulait. Une joie immense m’habitait… théoriquement, j’avais toujours su que Dieu m’aimait. Mais c’est seulement maintenant que j’ai vraiment compris.

Je pense que le christianisme suédois est devenu beaucoup trop prudent et silencieux lorsqu’il s’agit de la présence et de la puissance du Saint-Esprit. Je sais qu’il y a eu parfois des exagérations – et pourtant je me demande si le manque d’accent mis sur l’œuvre de l’Esprit pourrait être l’une des raisons pour lesquelles tant d’églises dans notre pays luttent contre le retour en arrière ? Si les gens ne vivent pas d’expériences spirituelles dans notre communauté, alors peut-être que l’Église pourrait aussi bien le faire ? Je pense donc qu’aujourd’hui nous avons désespérément besoin d’un renouveau spirituel dans le christianisme suédois.

Sans le Saint-Esprit, Dieu se sent loin. Sans le Saint-Esprit, l’enseignement de la foi chrétienne devient obsolète. Sans le Saint-Esprit, notre travail devient une tâche fastidieuse. Sans le Saint-Esprit, la mission devient de la propagande. Sans le Saint-Esprit, la vie chrétienne devient anarchique. Sans le Saint-Esprit, le renouveau spirituel dont l’Église a besoin ne se produit pas. L’Église ne devient alors guère plus qu’une association sociale ou une institution religieuse.

Lire aussi  Le message de Bianca Censors de Mia Khalifa devient viral

Alors, quelles congrégations et quels dirigeants osent se relever – pour chanter des louanges, prier, rechercher le prophétique, prier pour les malades, demander des grâces, prêcher le salut avec audace et inviter à la communion avec Dieu ? Le Saint-Esprit est la source de la vie spirituelle. L’évêque anglican David Pytches écrit de manière éclaircissante dans son livre : Viens Saint-Esprit: “De nombreuses églises ont connu un renouveau, lorsque le corps du Christ découvre le secret d’une vie dans la puissance de l’Esprit.”

Eh bien, je sais que les fruits de l’Esprit, avec l’amour, la joie et la maîtrise de soi, sont également absolument essentiels pour l’Église. Vraiment. Néanmoins, je suis entièrement convaincu que le christianisme suédois a profondément besoin de la présence renouvelée de l’Esprit. Le professeur Gordon D. Fee écrit : « On lit l’apôtre Paul avec insouciance si l’on ne se rend pas compte que pour lui, la présence de l’Esprit, sous la forme d’une réalité vécue et vécue par soi-même, a été la question décisive du début à la fin. » Seigneur, renouvelle ton église ! Célébrons la Pentecôte !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT