Nouvelles Du Monde

Niger: Six Months After Coup, Economic Struggles Continue

Niger: Six Months After Coup, Economic Struggles Continue

Au Niger, six mois après le coup d’État, le pays traverse une période difficile sur le plan économique en raison des sanctions de la Cédéao et de l’arrêt de l’aide internationale. Le Niger ne parvient plus aujourd’hui à rembourser certaines de ses dettes et accumule des arriérés de paiement. La situation se détériore également sur le plan sécuritaire. Pour tenter de trouver de nouveaux partenaires, Ali Mahamane Lamine Zeine, le Premier ministre nigérien, a récemment entrepris une longue tournée diplomatique qui l’a notamment mené en Russie et en Iran.

Publié le : 27/01/2024 – 10:32
Modifié le : 27/01/2024 – 10:42

Temps de lecture: 4 minutes

En Russie, où il s’est rendu avant son escale en Iran, M. Zeine a convenu d’intensifier sa coopération militaire avec l’armée nigérienne, confrontée à des groupes jihadistes. Concernant l’escale iranienne, en milieu de semaine, Téhéran est en pleine offensive de charme au Sahel et renforce, depuis deux ans, sa coopération avec les juntes au Mali et au Burkina, rappelait sur notre antenne Hamid Talebian, chercheur à la German Institute for Global and Area Studies et spécialiste de la politique de l’Iran en Afrique, joint par Sébastien Németh. Ce processus a commencé sous la présidence d’Ebrahim Raïssi, depuis l’été 2021. Celui-ci s’est rendu en visite au Kenya, au Zimbabwe et en Ouganda en 2023.

Lire aussi  Sofie Marhaug : – Mo sáhttá stáhtaministtar oaivvildit ahte ráđđehus lea oahppan Fovse-áššis ? – NRK Sapi

L’Iran est l’un des pays les plus sanctionnés au monde depuis des décennies, tandis que l’économie du Niger est affectée par de lourdes sanctions économiques et financières imposées par la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao), après le coup d’Etat militaire qui a renversé le président élu Mohamed Bazoum. “L’Iran est isolé sur la scène internationale”, rappelle Hamid Talebian. “Un peu comme durant la période où Mahmoud Ahmadinedjad dirigeait le pays. À cette époque, nous avions vu la même offensive diplomatique sur le continent africain, surtout l’Afrique subsaharienne et l’Afrique de l’Ouest, entre 2008 et 2012.”

Ces derniers mois, l’Iran a affirmé son soutien aux dirigeants ayant pris le pouvoir par un coup d’Etat au Mali, au Burkina Faso et au Niger. Son président, Ebrahim Raïssi, avait “fait l’éloge” en septembre “de la résistance de ces pays africains” face aux “politiques hégémoniques européennes” et au “colonialisme”. Le vice-président iranien, Mohammad Mokhber, en recevant Ali Mahamane Lamine Zeine mercredi, a salué la “réussite” de l’ancienne colonie française à “avoir établi un gouvernement indépendant” lors du coup d’État. “Une des raisons principales expliquant la volonté de rapprochement des Iraniens avec le Sahel, de discuter avec ces régimes de plus en plus autoritaires ou issus de coups d’États, c’est cette opportunité pour le pouvoir d’enclencher un processus d’alliances contre les pays occidentaux et notamment la France”, souligne Hamid Talebian. “Quand vous suivez les médias iraniens, vous voyez qu’ils traitent beaucoup l’évolution des relations entre Paris et le Mali, le Niger. Ils ont suivi de près le retrait de l’armée française, décrivant ce processus comme une humiliation du colonisateur, comme une nouvelle fin de la colonisation. Donc tout cela donne une opportunité pour accélérer la dynamique des alliances contre l’Ouest. Téhéran cherche donc à sortir de son isolement et gagner en crédibilité sur la scène mondiale.”

Lire aussi  La Russie rejette les affirmations selon lesquelles Moscou "n'est pas prêt à négocier avec l'Ukraine"

Plusieurs accords ont été signés dans les domaines de l’énergie, de la santé et des finances. “L’Iran se rapproche du Niger, car le pays possède près de 8% des réserves mondiales d’uranium. Téhéran souhaite accéder à ces ressources pour son propre programme nucléaire. Pour ça, le régime a besoin d’influence, besoin d’une relation plus forte, besoin de soutenir cette rhétorique anti-occidentale de la junte. Et en général, ça s’inscrit dans la stratégie de contournement des sanctions internationales. L’Iran voit qu’elles ne sont pas près d’être levées… Il y a aussi un intérêt diplomatique à se rapprocher des États africains, pour notamment obtenir des voix lors des votes aux Nations unies. Des liens plus étroits avec le continent peuvent potentiellement aider dans les forums internationaux… Enfin, l’Iran a un agenda religieux. Le Niger compte plusieurs millions de chiites, même si son dogme n’est pas forcément le même qu’à Téhéran. Mais Téhéran voit là un potentiel pour le prosélytisme mis en place dans la région. On l’a vu au Nigeria. Avant la révolution iranienne de 1979, il n’y avait aucun chiite dans le pays. Aujourd’hui, au minimum 2 à 3 millions de personnes se sont converties.” Des fidèles que le régime iranien peut vouloir exploiter, conclut le chercheur. (et avec AFP)

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT