Nouvelles Du Monde

L’irréversibilité de la mondialisation | Nouvelles arabes

L’irréversibilité de la mondialisation |  Nouvelles arabes

L’irréversibilité de la mondialisation

Image : Shutterstock

Il y a un peu plus de trois décennies, la guerre froide prenait fin et les anciens pays du bloc soviétique entamaient leur transition vers des économies de marché, ce qui leur a permis de s’engager dans le reste de l’économie mondiale. La division du monde en trois segments – les économies capitalistes avancées, les économies socialistes planifiées et le « tiers monde » – est apparue de plus en plus dépassée. Ce n’était pas, comme le disait Francis Fukuyama, « la fin de l’histoire », mais c’était une percée économique et politique, et le début de l’ère contemporaine de la mondialisation. Cette ère est-elle en train de se terminer, comme beaucoup le suggèrent ?
Le visage de la mondialisation a considérablement changé depuis ces premières années. Alors que mondialisation économique et politique allaient initialement de pair, la mondialisation économique s’est rapidement imposée. Nous avons maintenant une économie mondialisée, mais sans système efficace de gouvernance mondiale. L’UE montre à quoi ressemble une économie intégrée dotée de mécanismes avancés de coordination des politiques. Mais les institutions censées le faire à l’échelle mondiale, telles que le Fonds monétaire international, la Banque mondiale, l’Organisation mondiale du commerce, l’Organisation internationale du travail et l’Organisation mondiale de la santé, manquent d’instruments adéquats pour la coordination des politiques économiques.
En conséquence, la divergence entre la mondialisation politique et économique non seulement s’accroît, mais commence également à ressembler à un affrontement. Une réaction politique contre le «mondialisme» dans de nombreux pays semble sur le point de défaire trois décennies d’intégration économique.
Mais les apparences peuvent être trompeuses.
Il est vrai que la mondialisation politique recule, sous l’impulsion de la pandémie de COVID-19, de la nouvelle guerre froide entre les États-Unis et la Chine et de la guerre chaude en Ukraine, qui a stimulé l’imposition de sanctions sévères à la Russie. Il est également vrai que ces chocs ont provoqué de graves perturbations économiques, entravant la production et la distribution de biens et de services, entravant le transfert de technologie, mettant à l’épreuve les arrangements financiers internationaux et sapant la coopération multilatérale.
En outre, l’opinion publique s’est de plus en plus tournée contre la mondialisation, que beaucoup blâment à tort pour des tendances telles que l’accélération de l’inflation et l’aggravation des inégalités de revenus. Cela a souvent conduit les décideurs politiques à éviter le pragmatisme au profit du populisme et du protectionnisme – les ennemis de l’ouverture économique mondiale.
Mais les politiciens, les commentateurs des médias et les économistes se sont empressés de prédire la fin de la mondialisation. En fait, la mondialisation économique n’a que temporairement perdu son élan. Malgré ses inconvénients, la mondialisation soutient la croissance économique, notamment en permettant le commerce transfrontalier, qui permet aux producteurs de profiter des économies d’échelle. Les chocs récents ont mis à rude épreuve, et non condamné, les chaînes d’approvisionnement mondiales.
De même, les flux de capitaux transfrontaliers, y compris les investissements de portefeuille et directs, favorisent l’efficacité en permettant aux ressources d’atteindre les endroits où elles peuvent être utilisées de manière plus rentable. Bien que la pandémie et la guerre en Ukraine affectent ces flux, le monde est suffisamment grand pour absorber l’épargne liquide. Un surplus de capital quelque part sera bientôt utilisé ailleurs.

Les défis en cascade auxquels l’humanité est confrontée peuvent être gérés, mais uniquement avec un leadership politique éclairé capable de fournir le type de vision stratégique nécessaire pour soutenir la mondialisation économique et atteindre l’équilibre social et écologique.

Grzegorz W. Kolodko

De plus, malgré l’apparente évolution de l’opinion publique contre la mondialisation, les liens qui la soutiennent, comme le tourisme et le sport, sont bel et bien vivants. Alors que ces sphères sont sous tension, le désir persistant des gens de voyager et de se connecter continuera de faciliter la demande et la croissance.
En définitive, la mondialisation économique est irréversible. Après cette période de turbulences — et les difficiles ajustements sociaux, culturels, démographiques et technologiques qu’elle implique — une plus grande ouverture l’emportera. Ce processus sera toutefois entravé tant que la mondialisation politique ne suivra pas.
Le monde risque actuellement de se scinder en deux blocs : l’un dirigé par les États-Unis et l’UE, et l’autre dominé par la Chine et la Russie. L’Economist Intelligence Unit prédit que ces blocs “vont s’ancrer dans le paysage géopolitique et utiliser des leviers économiques et militaires pour courtiser les pays qui ne sont alignés sur aucune des deux parties”.
Mais même si une telle scission se produit, la confrontation n’est pas inévitable. Les deux groupements peuvent s’affronter et coopérer pacifiquement, sans recourir aux « leviers militaires », qui, de toute façon, pourraient être rendus inutiles si les leviers économiques sont bien utilisés. La clé est une forme plus efficace de mondialisation politique.
L’UE sera critique ici; elle n’a pas à prendre parti dans la rivalité sino-américaine, et pourrait ainsi jouer un rôle central dans les deux blocs. La Chine, pour sa part, devrait saisir l’opportunité de renforcer sa position internationale.
Quant à la Russie, elle verra sa stature sensiblement amoindrie, du fait de son agression contre l’Ukraine. Néanmoins, le pays ne doit pas être exclu des échanges économiques mondiaux ; La Russie est tout simplement trop grande pour être ignorée, et encore moins « annulée ». Pendant ce temps, les pays africains, ainsi que l’Inde, joueront un rôle de plus en plus important dans le jeu géopolitique mondial.
Cela met en évidence une caractéristique inévitable de la mondialisation politique future : la multipolarité. Pour que les prochains sommets – du forum du G20 à Bali, en Indonésie, à la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques à Charm el-Cheikh, en Égypte – soient couronnés de succès, les participants doivent accepter que l’époque où une ou deux puissances pouvaient imposer leur volonté aux autres sont finis.
Des initiatives régionales, telles que le Partenariat économique global régional et le Cadre économique indo-pacifique pour la prospérité, peuvent également fournir un échafaudage politique pour la mondialisation économique. Les entreprises, alliées naturelles de la mondialisation économique, et donc ennemies de la démondialisation politique, devraient redoubler d’efforts pour soutenir ces processus.
La politique à courte vue ne peut être autorisée à l’emporter sur le pragmatisme économique que pour un temps limité. Les défis en cascade auxquels l’humanité est confrontée peuvent être gérés, mais uniquement avec un leadership politique éclairé capable de fournir le type de vision stratégique nécessaire pour soutenir la mondialisation économique et atteindre l’équilibre social et écologique.

Lire aussi  À surveiller lors de la 1re journée de l'UEFA Women's Champions League | Ligue des champions féminine de l'UEFA

Grzegorz W. Kolodko, ancien vice-Premier ministre et ministre des Finances de la Pologne, est professeur d’économie à l’Université Kozminski et auteur de « L’économie politique du nouveau pragmatisme : implications de la mondialisation irréversible » (Springer, 2022).
© Projet Syndicat

Avis de non-responsabilité : les opinions exprimées par les auteurs dans cette section sont les leurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d’Arab News

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT