UN Si la bouddhéité fait mal problème appelé Pityinger, qui, selon Puzsér, est passé du statut d’opposant à celui d'”assistant du NER”.

Lire aussi  Le pouvoir économique de votre carte de bibliothèque

Róbert Puzsér, critique et publiciste, a montré ses compétences dans un nouveau genre et a répondu avec une chanson rap de 2 minutes à László Pityinger, mieux connu sous le nom de Dopeman, qui rappait sur Puzsér en février dernier. composé par Pityinger des lignes telles que, entre autres, on pouvait entendre

  • Tu harcèles mes parents, tu me dégrades… Regarde-toi dans le miroir, Símicska tsicskagyász.”
  • “L’argent de personne ne pue pour vous, vous vous attaquez toujours aux gens méprisés.”
  • “Ne t’inquiète pas, citrouille, je ne suis pas en colère, car le Bouddha est mon meilleur ami.”

Ce dernier a peut-être inspiré le titre du nouveau numéro de Puzsér : Si la bouddhéité fait mal. Puzsér y considère Pityinger comme “l’échec d’une génération”, lui demande des comptes sur la façon dont le rappeur qui a débuté comme opposant est devenu “l’assistant du NER”, et estime que Pityinger ne devrait même pas mentionner le nom de Béla Hamvas, le légendaire Écrivain hongrois.

Lire aussi  Formule 1, GP de Chine 2024 : Norris en pole lors de la Sprint Race à Shanghai. Sainz 5ème

Récemment, le rappeur, qui fait de plus en plus l’éloge de Viktor Orbán, a récemment posté : “si le gouvernement tombe après 9 heures du matin, je lècherai encore le cul d’Orbán”.