Nouvelles Du Monde

L’ICBF demande de laisser les enfants hors du conflit après les attaques à Cauca

L’ICBF demande de laisser les enfants hors du conflit après les attaques à Cauca

Il Institut colombien de protection de la famille (ICBF) a condamné les actes de violence enregistrés ces derniers jours dans les départements du Cauca et du Valle del Cauca.

Les attaques ont été menées par des dissidents des FARC. L’entité classée urgente la « nécessité de laisser l’enfance et l’adolescence en dehors du conflit ». « Les attaques terroristes aveugles contre la population civile constituent une violation flagrante du droit humanitaire international », a-t-il déclaré.

A lire aussi : Nouveau harcèlement au commissariat de Cauca

Dans sa déclaration, l’entité a souligné que Des mineurs ont également été victimes, au milieu de ces agressions. Par exemple, à Jamundí (Valle), trois adolescents ont été blessés et un enfant est mort dans la municipalité de Miranda (Cauca).

L’organisation a déclaré que, dans le contexte de la résurgence de la violence, a dû suspendre ses services d’accueil de la petite enfance dans les villes de Robles et Potrerito de Jamundí. C’est une mesure prise pour préserver la sécurité des plus petits.

Lire aussi  La légende d'Arsenal Thierry Henry identifie le problème de Joao Felix dans le Real Madrid contre Chelsea

Par ailleurs, dans sa déclaration, Family Welfare a souligné que ses « équipes professionnelles ont fourni un soutien psychosocial, “tant aux proches de l’enfant décédé qu’aux adolescents blessés dont les droits ont été vérifiés.”

L’entité a appelé les groupes armés à ne pas négliger le fait que leurs actions ont un impact direct sur les enfants, à respecter le droit international humanitaire (DIH) et à ne pas recruter de mineurs.

D’intérêt: Ils demandent la suspension des dialogues avec les dissidents et la destitution du Mindefensa, après les attentats de Cauca

En outrea exhorté les organisations illégales à ne pas entraver l’aide humanitaire ni attaquer les écoles, les hôpitaux ou autres complexes « qui représentent des espaces sûrs pour les enfants et les adolescents. »

Le ministère de l’Éducation a demandé aux acteurs armés « mettre fin aux attaques, au recrutement et à l’exploitation des filles, des garçons, des adolescents et des jeunes, ainsi que de respecter la neutralité des milieux scolaires.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT