Nouvelles Du Monde

L’humeur contre les réfugiés est-elle en train de changer ?

L’humeur contre les réfugiés est-elle en train de changer ?

OSans les réseaux sociaux, les choses auraient été différentes. Les extrémistes n’auraient probablement pas marché à Lörrach, et les lettres de menaces et les insultes n’auraient probablement pas eu lieu. Personne ne se serait probablement soucié de la situation. Et la ville du sud de Baden ne serait pas devenue la source d’une conflagration sociale.

Tout a commencé par une lettre imprudente d’une société de logement à quarante locataires sociaux. Leurs baux dans un immeuble délabré ont été résiliés afin qu’une centaine de réfugiés ukrainiens puissent y être hébergés jusqu’à ce que l’immeuble soit démoli. Les locataires se sont vu offrir des appartements plus modernes et abordables. Elle s’attendait donc à une amélioration, pas à l’itinérance.

Mais en quelques heures, la nouvelle a court-circuité les esprits de nombreuses personnes. Une vague d’indignation monte. Beaucoup ont raconté l’histoire d’une manière beaucoup plus courte : que les réfugiés de guerre ukrainiens ont pris les appartements des locataires allemands. L’association de logement de Lörrach a reçu 1 500 appels en colère et le serveur de messagerie a reçu 250 e-mails insultants et menaçants. Il n’aura fallu que quelques jours à des jeunes hommes en sweat à capuche pour défiler devant le bureau de l’association du quartier vert. Ils se sont appelés “Wackre Schwaben”, ont déployé une banderole avec l’inscription “#Nous avons de la place – mais pas pour les Allemands” et ont allumé des bombes fumigènes. Les “Wackren Schwaben” sont attribués au “Mouvement identitaire” d’extrême droite et ils sont contrôlés par l’Office de protection de la Constitution.

Lire aussi  Manifestations d'agriculteurs : les Saxons libres manifestent à Dresde, l'AfD détourne la manifestation à Cottbus

Les Verts avaient pleinement soutenu la décision d’héberger les réfugiés dans l’immeuble délabré pendant une période transitoire au sein de la commission environnementale et principale. Mais ils n’étaient pas seuls dans ce cas. La décision a été unanime et un conseil local de l’AfD a également accepté. Le maire sans parti Jörg Lutz et le chef de l’association du logement étaient également convaincus de la décision de laisser les locataires déménager.

Sur 2 700 appartements, seuls 80 sont loués à des réfugiés

Selon la clé de répartition rigide, Lörrach doit accueillir 356 réfugiés cette année. En mairie, ils étaient d’avis que les logements ne pouvaient être fournis sans que les locataires sociaux déménagent dans de nouveaux appartements. De nombreux réfugiés de guerre ukrainiens ne veulent pas rester longtemps dans la ville. Le niveau des prix et des loyers à Lörrach est élevé, il est similaire à celui de la Suisse. Le taux de vacance n’est que d’un pour cent. L’hébergement des réfugiés n’est d’ailleurs pas l’activité principale de la Lörracher Wohnbaugesellschaft : la société communale gère et administre 2 700 appartements dans la ville aux portes de Bâle, prisée des frontaliers, dont 80 sont loués à des réfugiés.

Le lord-maire de Lörrach, Jörg Lutz, lors d'une conférence de presse le 22 février


Le lord-maire de Lörrach, Jörg Lutz, lors d’une conférence de presse le 22 février
:


Image : dpa

De nombreuses villes et communautés sont à peine capables d’accueillir les nombreux réfugiés de guerre et demandeurs d’asile. Les organisations faîtières municipales et certains politiciens de l’État avaient déjà mis en garde contre cette situation cet été. Du point de vue des municipalités, il s’est passé trop peu de choses depuis lors. Les attentes du gouvernement fédéral sont élevées. Cependant, les États et les municipalités sont responsables de l’hébergement et de la prise en charge des réfugiés. La ministre fédérale de l’Intérieur Nancy Faeser du SPD a invité à deux sommets sur les réfugiés, mais les résultats sont modestes. Le gouvernement fédéral fournit des biens immobiliers pour le logement : il y a maintenant environ 350 bâtiments avec un total de 70 000 places, certains bâtiments doivent encore être rénovés. Il a également été convenu que le gouvernement fédéral mettra cette année 2,75 milliards d’euros à disposition pour l’hébergement et la prise en charge des réfugiés. Du point de vue des faîtières municipales, cela ne suffit pas. Et l’argent seul ne résout pas le problème. L’affaire Lörrach le montre.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT