Nouvelles Du Monde

Les Rohingyas célèbrent l’Aïd dans les limbes indonésiens après un voyage en mer dangereux

Les Rohingyas célèbrent l’Aïd dans les limbes indonésiens après un voyage en mer dangereux

MEUABOH (INDONÉSIE) — Dans un abri temporaire endommagé à l’ouest de l’Indonésie, des hommes rohingyas se lissent les cheveux avec du gel tandis que des femmes se maquillent et portent des hijabs colorés pour se mettre en forme lors des prières du début des festivités de l’Aïd al-Fitr.

Mais le groupe de réfugiés passe les célébrations de fin du Ramadan loin de leurs familles après avoir survécu à un dangereux voyage en mer depuis des camps sordides du Bangladesh vers un avenir incertain dans le pays à majorité musulmane le plus peuplé du monde.

Au moins 75 réfugiés séjournent dans le bureau d’un responsable local dans la province ultra-conservatrice d’Aceh, où atterrissent chaque année de nombreuses minorités persécutées du Myanmar.

La plupart d’entre eux ont survécu au chavirage de leur bateau branlant le mois dernier et sont restés bloqués sur sa coque rouillée pendant plus d’une journée.

Hommes, femmes et enfants ont déployé des nattes près des abris de tentes pour une sombre prière matinale au début de la fête musulmane, certaines mères dessinant des tatouages ​​au henné sur les mains de leurs jeunes filles.

Lire aussi  L'EIIL revendique l'attentat à la bombe au Pakistan qui a tué 54 personnes | Nouvelles des talibans pakistanais

Alors qu’un prédicateur commençait à chanter les notes de la prière du matin devant des tentes de fortune, des larmes coulaient sur les visages des hommes rohingyas qui regardaient le sol, les bras croisés.

“Ici, nous n’avons pas de frères et sœurs. Ma famille n’est pas là, c’est pour ça que j’ai pleuré”, a déclaré M. Mohammad Rizwan, 35 ans.

“Certains ont également pleuré plus tôt parce que leur mère, leur père ou leurs frères et sœurs sont morts à cause du chavirage du bateau. Un de mes amis a perdu six ou sept membres de sa famille.”

Les Rohingyas, majoritairement musulmans, sont lourdement persécutés au Myanmar, et des milliers de personnes risquent leur vie chaque année lors de voyages maritimes longs et coûteux pour tenter d’atteindre la Malaisie ou l’Indonésie.

De mi-novembre à fin janvier, plus de 1 700 réfugiés rohingyas ont débarqué sur les côtes indonésiennes, selon l’agence des Nations Unies pour les réfugiés.

‘VOULOIR ALLER’

Les hommes Rohingyas dorment sur des nattes sur un sol en ruine jonché d’ordures à l’intérieur du bâtiment du refuge, après avoir été transférés d’un ancien établissement de la Croix-Rouge en raison de la colère locale.

Lire aussi  La marine indonésienne chasse un bateau rohingya

Mais certains tentent encore de tirer le meilleur parti d’une mauvaise situation.

“Dans notre ville natale, il y a une fête pour l’Aïd. Il y avait des mères, des pères, des frères et sœurs, des proches. Maintenant, même ici, je ressens toujours du bonheur, malgré le désastre en mer”, a déclaré Dostgior, qui porte un seul nom. Il a ajouté qu’il était reconnaissant de « se régaler et de discuter » avec les autres survivants.

“Si Dieu l’avait voulu, je serais peut-être mort en mer. Mais mon sort est bon, donc je suis en vie.”

D’autres priaient pour poursuivre leur voyage vers un autre pays, l’Indonésie ne leur accordant pas de séjour permanent et les habitants d’Aceh ayant organisé des manifestations contre leur présence ces derniers mois.

“Le peuple indonésien nous a beaucoup aidés en nous fournissant de la nourriture et des vêtements. Ils nous montrent leur humanité”, a déclaré M. Zlabul Hoque, 33 ans.

“L’Aïd frappe à la porte. Je ne sais pas où ils nous emmèneront après l’Aïd. Nous voulons aller en Malaisie.”

Lire aussi  Découverte du corps d'un réfugié ukrainien, ayant fui la guerre dans son pays pour la Belgique, le long d'une route.

‘NOUS SOMMES SILENCIEUX’

Les agences humanitaires ont appelé Jakarta à en accepter davantage, mais l’Indonésie n’est pas signataire de la Convention des Nations Unies sur les réfugiés et déclare qu’elle n’est pas obligée d’accueillir des réfugiés du Myanmar.

A la fin des prières, les hommes se levèrent de leurs nattes et s’essuyèrent le visage. Le prédicateur au micro s’est également mis à pleurer.

Les hommes se sont embrassés, hurlant de chagrin en se souvenant des proches perdus au cours du périlleux voyage océanique.

Après avoir prié derrière les hommes, les femmes retournèrent à leur tente, se tenant les unes les autres et pleurant à l’unisson. L’une d’elles a pleuré de façon si hystérique qu’il a fallu l’aider à regagner l’une des tentes de l’abri.

“Ici, nous ne comprenons aucune langue. Nous ne savons encore rien. Alors nous restons silencieux, nous ne pouvons même pas aller nulle part”, a déclaré Dilkayas, 17 ans.

“Que ferons-nous d’autre pendant l’Aïd ? Nous n’avons pas de maison ici.” AFP

#Les #Rohingyas #célèbrent #lAïd #dans #les #limbes #indonésiens #après #voyage #mer #dangereux

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT