Nouvelles Du Monde

Les mystères entourant l’armée russe: Rébellion avortée de Wagner, disparition de généraux et critiques acerbes

Les mystères entourant l’armée russe: Rébellion avortée de Wagner, disparition de généraux et critiques acerbes

L’armée russe est célèbre pour son penchant pour le secret, mais depuis l’échec de la rébellion du groupe paramilitaire Wagner, les mystères qui l’entourent se multiplient. Le général américain Mark Milley, président de l’état-major interarmées des États-Unis, a déclaré à un petit groupe de journalistes accompagnant sa visite en Asie que les dirigeants russes font face à un grand nombre de “frictions et de confusions” depuis la mutinerie du groupe mercenaire Wagner.

Des rumeurs de purges, de peur d’une deuxième révolte et de critiques acerbes circulent. Nous nous intéressons ici au sort de trois généraux.

Le général Sergueï Sourovikine, réputé impitoyable et vétéran des guerres brutales en Tchétchénie (1999-2009) et en Syrie, est l’un des commandants emblématiques de l’intervention militaire russe en Ukraine, qu’il a dirigée d’octobre 2022 à janvier 2023. Il est également considéré comme proche d’Evguéni Prigojine, le patron de Wagner, qui l’a épargné dans ses vidéos agressives visant l’état-major russe et a même dit de lui qu’il est “le seul homme portant l’étoile d’un général d’armée qui sait comment se battre”. Cependant, depuis l’échec de la rébellion, Sergueï Sourovikine a disparu. Sa dernière apparition publique remonte à une vidéo dans laquelle il exhorte les troupes de Wagner à abandonner, mais certains observateurs estiment qu’il avait déjà été arrêté, car il ne portait pas ses épaulettes dans la vidéo.

Lire aussi  Vladimir Poutine se débarrasse de ses inhibitions Un nouveau plus bas

Selon le New York Times qui cite les services de renseignement américains, le général Sourovikine était au courant de la mutinerie, mais le Kremlin nie ces informations et affirme que l’homme est toujours en poste. Cependant, de nombreuses rumeurs circulent, allant de son arrestation à une simple mise à pied. Les dernières spéculations sur son sort émanent du chef du Comité de défense de la Douma russe, Andreï Kartapolov, qui a affirmé que Sourovikine “se repose, il est indisponible en ce moment”.

Un autre général, Ivan Popov, a été suspendu de ses fonctions après avoir vivement alerté le haut-commandement sur les difficultés rencontrées en Ukraine, notamment les lourdes pertes humaines et le manque de matériel de pointe. La 58ème armée russe, dirigée par Popov et considérée comme l’une des plus performantes au combat, est positionnée dans la région ukrainienne de Zaporijjia, où elle subit la contre-offensive de Kiev. Suite à la diffusion publique d’un message audio dans lequel Popov accuse le chef d’état-major, le général Guerassimov, d’avoir “décapité l’armée au moment le plus difficile”, Moscou n’a pas apprécié que cette dispute soit rendue publique.

Lire aussi  La veuve d'Alexei Navalny craint qu'il n'y ait des arrestations lors de ses funérailles vendredi

Enfin, la mort du lieutenant-général Oleg Tsokov a suscité des critiques. Bien qu’il soit peu probable que l’armée russe confirme son décès, la télévision publique russe et des blogueurs militaires pro-Kremlin affirment qu’il a été tué le 11 juillet par une frappe ukrainienne sur un hôtel éloigné du front. Ces sources sont cruciales pour obtenir des informations en l’absence de commentaires officiels de Moscou. Cette nouvelle mort d’un général ciblé dans une attaque a suscité de vives critiques. Certains commentateurs estiment que les renseignements ennemis sont supérieurs à ceux de l’armée russe, et d’autres reprochent au haut-commandement russe de ne rien faire malgré la connaissance de l’existence de “cellules dormantes” informant Kiev depuis les territoires occupés et des capacités d’espionnage satellitaire des alliés occidentaux de l’Ukraine.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT