Nouvelles Du Monde

Les grands-mères de Terre-Neuve savent gémir à l’accordéon. Un historien les veut sur scène

Les grands-mères de Terre-Neuve savent gémir à l’accordéon.  Un historien les veut sur scène

S’il y a un cercle de Terre-Neuviens réunis dans la cuisine de quelqu’un dans la communauté de pêcheurs de Flatrock, il y a de fortes chances que Madonna Wilkinson soit le point central, claquant des doigts pour indiquer la prochaine chanson qu’elle chantera et jouera sur son accordéon.

Cette femme de 79 ans joue de cet instrument depuis l’âge de 15 ans, lorsqu’elle en a récupéré un qui avait été abandonné lors d’une fête animée par ses parents dans la ville au bord de l’océan, à environ 25 kilomètres au nord de St. John’s. Elle a joué aux messes dominicales, aux fêtes de la Saint-Patrick et à des événements communautaires de toutes sortes.

“Vous êtes invité à beaucoup de fêtes et ils vous disent : ‘Apportez votre accordéon !'”, a déclaré Wilkinson en riant dans une interview. “Je l’aime toujours. La musique peut faire beaucoup de merveilles pour toi. C’est ce que je ressens, en tout cas.”

Wilkinson est exactement le genre de personne que l’historienne et musicienne Heidi Coombs avait en tête lorsqu’elle et deux amis ont lancé I’s Not the B’y, une séance de performances mensuelle pour les femmes, les musiciennes non binaires et de divers genres jouant de la musique traditionnelle de Terre-Neuve à un pub du centre-ville de St. John’s.

“J’avais l’habitude de remarquer que dès que je prononçais le mot ‘accordéon’, les gens disaient : ‘Ma grand-mère jouait de l’accordéon !'”, a déclaré Coombs, 49 ans, dans une récente interview. “Cela, combiné à mon expérience personnelle de très peu de femmes participant aux séances ici en ville, m’a fait réfléchir : si tout le monde a une grand-mère qui jouait de l’accordéon, pourquoi y a-t-il si peu de femmes aux séances ?”

Lire aussi  Sunak sous le feu des critiques pour la gestion des retombées – POLITICO

Coombs et Wilkinson disent tous deux avoir grandi dans des familles de musiciens de la campagne de Terre-Neuve. Quand elle était petite, a déclaré Wilkinson, son père la rassemblait avec ses deux sœurs dans le salon, et elles dansaient pendant qu’il jouait de l’harmonica et que sa mère préparait le dîner du dimanche.

Elle s’est achetée son propre instrument à l’âge de 19 ans, en utilisant son tout premier chèque de paie de ce qui est devenu une carrière d’enseignante de 32 ans. C’était un accordéon à boutons d’occasion, et il coûtait 20 dollars – une extravagance à l’époque. “C’était horrible de payer 20 dollars pour un accordéon !” dit-elle en riant.

Coombs se souvient que sa grand-mère jouait de l’accordéon quand elle était enfant et que son père est batteur. Ses parents allumaient la radio tous les samedis matins et écoutaient les programmes musicaux de Terre-Neuve. Elle a appris à jouer du piano, de la guitare et du bodhran, un tambour traditionnel irlandais.

Ce n’est que lorsqu’elle a déménagé au Nouveau-Brunswick pendant quelques années en tant qu’adulte qu’elle a vraiment compris à quel point la musique de Terre-Neuve est centrale dans la culture de l’île – comment elle devient le ciment social de tant d’événements, des fêtes à la maison aux danses au bord du lac. la régate royale de St. John’s.

Lire aussi  Girona Next se présente officiellement comme une association ayant pour objectif de "créer une communauté"

Mais lorsque Coombs est revenue chez elle, elle a eu du mal à participer aux sessions du centre-ville, où les gens montent sur scène et jouent de la musique ensemble sans aucune invitation ni réservation préalable. Bien qu’elle ait joué lors de nombreuses sessions au Nouveau-Brunswick, Coombs a déclaré qu’elle se sentait intimidée par le calibre de la musique à St. John’s et par la domination souvent masculine sur la scène.

Wilkinson dit qu’elle se concentrait davantage sur sa famille que sur ses performances, même si elle a joué à quelques reprises sur scène avec Shanneyganock, un groupe de rock traditionnel terre-neuvien à succès.

“C’était ma seule gloire”, a-t-elle déclaré. “J’ai aimé être sur scène, je n’étais pas timide ou quoi que ce soit… Je n’ai tout simplement pas eu l’occasion.”

Wilkinson a élevé trois enfants – une fille et deux fils – et elle a maintenant six petits-enfants. Lorsqu’elle a pris sa retraite de l’enseignement aux écoliers, elle a commencé à enseigner aux personnes âgées comment jouer de l’accordéon.

Elle a dit que c’était une joie de découvrir grâce à TikTok que de nombreuses autres femmes de Terre-Neuve jouent de cet instrument, et que de nombreux jeunes s’y mettent également.

Les Nans avec des accordéons sont “une chose”

Les Terre-Neuviens qui jouent de l’accordéon sont définitivement « une chose », a déclaré Coombs. Elle a récemment lancé un projet de recherche à leur sujet et a déclaré que l’histoire de Wilkinson lui était familière. Beaucoup de ces femmes se concentraient sur l’éducation de leur famille, mais étaient des actrices reconnues dans leur communauté.

Lire aussi  Les quartiers accessibles à pied réduisent le risque de cancers liés à l'obésité chez les femmes

Minnie White, la « première dame de l’accordéon » de Terre-Neuve, est peut-être l’exemple le plus connu, a déclaré Coombs. White a enregistré plusieurs albums et fait des tournées dans la province, mais pas avant d’avoir la cinquantaine et d’avoir fini d’élever ses enfants. Elle était sur scène jusqu’à 80 ans, avant de mourir en 2001.

Avant sa mort, Belle Fennelly a reçu l’œuvre de sa vie au Festival folklorique de Terre-Neuve-et-Labrador 2014. (Festival folklorique de Terre-Neuve-et-Labrador/Ray Fennelly)

Et même si les chansons d’accordéon de Terre-Neuve font partie de l’inspiration de Coombs pour les sessions I’se Not the B’y, qui ont lieu le premier dimanche de chaque mois au pub Ship à St. John’s, elle a déclaré que le but était de créer un lieu accueillant et inclusif pour chaque femme, joueuse de musique non binaire et de genre divers, quel que soit l’instrument qu’elle joue.

Elle et ses co-créateurs de l’événement, Than Brown et Heather Patey, tentent de « construire une masse critique », a-t-elle déclaré. “Il y a tellement de femmes et de personnes de tous genres qui restent seules à la maison à jouer de leurs instruments, et il n’y a pas eu d’espace comme celui-ci pour qu’ils se réunissent.”

Wilkinson était enthousiasmé par l’idée. Si elle pouvait se rendre en ville, elle a dit qu’elle y irait sans hésiter.

“Je pense que c’est merveilleux”, a-t-elle déclaré. “J’adorerais ça.”

Téléchargez notre Application gratuite CBC News pour vous inscrire aux alertes push de CBC Terre-Neuve-et-Labrador. Cliquez ici pour visiter notre page d’accueil.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT