Nouvelles Du Monde

Les femmes subissant une chimiothérapie pourraient ne pas bénéficier des médicaments courants pour protéger la fertilité

Les femmes subissant une chimiothérapie pourraient ne pas bénéficier des médicaments courants pour protéger la fertilité

Une nouvelle étude du Karolinska Institutet en Suède n’a trouvé aucune preuve qu’un médicament couramment utilisé pour protéger les ovaires des femmes subissant une chimiothérapie augmente leurs chances d’avoir des enfants après un traitement contre le cancer. L’étude est publiée dans eMédecineClinique.

Des médicaments appelés agonistes de la GnRH sont parfois utilisés chez les femmes atteintes d’un cancer du sein et d’autres types de cancer au cours de leurs traitements de chimiothérapie, sur la base de petits essais suggérant qu’ils pourraient prévenir l’aménorrhée (absence de règles) et préserver la fertilité. Cependant, ces essais n’ont pas permis d’évaluer les chances d’avoir des enfants après un traitement contre le cancer. De plus, les études n’ont pas été menées en aveugle, ce qui signifie que toutes les femmes participantes savaient si elles recevaient ou non le traitement. Celles qui ont reçu le médicament pourraient donc avoir été plus motivées à essayer de concevoir que celles qui ne l’ont pas reçu.

Lire aussi  La nouvelle tournée Kids on the Block 2024 arrive à Jacksonville, Tampa

La nouvelle étude a utilisé des registres suédois basés sur la population pour comparer la probabilité de naissance vivante après un cancer chez près de 25 000 femmes âgées de 15 à 45 ans ayant reçu une chimiothérapie, dont 1,5 pour cent ont reçu un traitement supplémentaire avec un agoniste de la GnRH.

Les chercheurs n’ont trouvé aucune différence dans la probabilité d’avoir des enfants au cours des années de suivi suivant un traitement contre le cancer entre les deux groupes, après ajustement en fonction de facteurs tels que l’âge, le type de cancer et la parité antérieure.

Notre étude est la plus vaste et la plus complète à ce jour sur ce sujet et remet en question la pratique actuelle consistant à utiliser l’agoniste de la GnRH comme mesure de protection de la fertilité chez les femmes atteintes d’un cancer.

Kenny Rodriguez-Wallberg, professeur adjoint au Département d’oncologie-pathologie du Karolinska Institutet et premier auteur de l’étude

“Des essais cliniques randomisés en double aveugle et contrôlés par placebo plus rigoureux sont nécessaires pour évaluer l’efficacité de ce type de médicaments pour la protection de la fertilité”, ajoute la dernière auteure de l’étude, Frida Lundberg, spécialiste de recherche au Département d’épidémiologie médicale et de biostatistique du Karolinska Institutet. .

Lire aussi  On m'a diagnostiqué un cancer de l'intestin de stade quatre alors que j'avais la trentaine : c'est l'habitude qui m'a sauvé la vie

Source:

Référence du journal :

Rodriguez-Wallberg, KA, et coll. (2023) Agoniste de l’hormone de libération des gonadotrophines (GnRHa) pendant la chimiothérapie et les accouchements post-cancer – une étude de cohorte à l’échelle nationale portant sur 24 922 femmes diagnostiquées avec un cancer en Suède. eClinicalMedicine. doi.org/10.1016/j.eclinm.2023.102335.

2023-12-09 03:17:00
1702081607


#Les #femmes #subissant #une #chimiothérapie #pourraient #pas #bénéficier #des #médicaments #courants #pour #protéger #fertilité

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT