Nouvelles Du Monde

Les fées adorent les mots en F, quotidien Junge Welt, 3 avril 2024

Les fées adorent les mots en F, quotidien Junge Welt, 3 avril 2024

2024-04-03 01:00:00

Gordon Timpen, SMPSP/Constantin Film

Suis-je belle? Chantal (Jella Haase)

Tout le monde veut aller au pays des contes de fées. Mais personne ne veut y rester. Surtout pas Chantal Ackermann (Jella Haase). Pour elle, le détour au royaume des sorcières persécutées, des princesses harcelées et des princes homosexuels n’est qu’un simple voyage d’affaires – le premier et certainement le dernier de sa carrière. Car Chantal est une influenceuse bien connue dans la ville. Connue en raison du nombre microscopique de ses adeptes. Le matin on la voit devant le miroir avec son smartphone. Elle explique à ses fans imaginaires les avantages de la superglue quand on ne peut pas se permettre du Botox pour une moue sexy. Non seulement c’est génial, mais c’est aussi drôle parce que ses cheveux, ses mains et ses pieds collent à l’endroit où elle se tient. Une belle métaphore sur leur situation de vie actuelle.

Dans le château

Mais en même temps, c’est aussi son premier pas vers la gloire, car tout le monde connaît soudain la fille au museau de canard qui est collée à l’évier. Et c’est ainsi qu’il est accueilli par un grand bonjour au sein du club des jeunes. Un miroir ancien à taille humaine vient d’y être livré pour la brocante du week-end prochain. Comme déjà mentionné, Chantal n’aime pas trop les miroirs ces jours-ci. Et hop, elle et son amie Zeynep (Gizem Emre) disparaissent grâce à un pouvoir surnaturel de la chose et s’envolent dans des robes colorées et flottantes vers un pays de conte de fées, où elles se retrouvent sur un immense lit dans un château de rêve. La fée, qui se précipite alors avec sa baguette magique, est accueillie par Chantal avec un mot en F, que Wiglaf Droste a décrit ainsi : “Cela ressemble au nom abrégé des chauffeurs de taxi berlinois pour la Potsdamer Straße.” est-ce que « Chantal au pays des contes de fées » n’est pas un film primitif. Et quand les choses deviennent vulgaires, il y a un sens à cela : de plus gros gags sont préparés. C’est l’ingrédient le plus important d’un scénario réussi : il peut être absurde, et c’est ce qu’il devrait être, mais il est toujours concis et structuré. Bien entendu, l’héroïne est encore plus importante que le scénario.

Lire aussi  'She-Hulk' fait la blague, mais ne comprend peut-être pas

Alors que Chantal était la préférée de son professeur bizarre et aussi celle du public du cinéma dans les trois parties de “Fack Ju Göhte”, elle est progressivement devenue trop vieille pour le rôle de l’étudiante pleine d’entrain. Le réalisateur Bora Dagtekin, qui a débuté sa carrière comme scénariste, aime adapter les rôles de ses films aux acteurs qu’il connaît. Cela a parfaitement fonctionné cette fois aussi. Chantal garde son langage d’adolescente foutue, mais avec les fées et les princesses, elle a soudain autour d’elle des femmes qui aiment ce mode d’expression parce qu’il n’est pas compris par leurs collègues masculins des contes de fées. Parfois, cependant, pas par n’importe quelle femme. Dagtekin rapporte à propos du tournage : « Il y avait déjà des mots de jeunesse que les actrices ne connaissaient pas encore. Je suppose que j’ai fait trop de recherches. » Ce qui peut difficilement être dit étant donné l’intrigue.

Lire aussi  Le test NEET-PG prévu pour aujourd’hui est reporté en raison de la spirale du désordre des examens

Outre les personnages des contes de Grimm, Aladdin joue également un rôle majeur. Seulement, au moins pendant les premiers chapitres, il ne parcourt pas le monde des contes de fées avec une lampe à huile, mais avec un bassin doré. Et le prince, qui veut embrasser la Belle au bois dormant, c’est-à-dire Chantal, réveillée, se fait gifler parce qu’il ne s’est pas présenté ni n’a frappé. Mais il range les liasses sans aucun souci : de toute façon, il préférerait de loin se rouler dans la paille avec son écuyer. Le dragon cracheur de feu, dont Dagtekin ne peut se passer, aime aussi les hommes, mais uniquement au petit-déjeuner. Outre la chair humaine, il y a une autre chose qui l’intéresse beaucoup ces derniers temps : le téléphone portable de Chantal.

Collier chic

Il y a donc toutes les choses dans ce conte de fées qui nous énervent vraiment. Et pourtant, le film a un charme considérable car, comme le dit le réalisateur : « Nous jouons avec les contes de fées, mais nous ne les détruisons pas. » Là où il veut « intermédiaire », ce sont les prétentions monopolistiques des producteurs Disney. Dagtekin indique clairement « que les contes de fées nous appartiennent un peu plus qu’Hollywood. » Cette ambition presque culturelle et politique explique pourquoi Chantal « Chanti » Ackermann invente parfois des dictons qui donnent même un manche rouge à la lampe dorée d’Aladdin. Le mot F orne également son collier. Lorsqu’elle veut le donner à Aladdin languissant lors de leur dernière rencontre, il demande : “C’est ton vrai nom ?” – “Non”, dit-elle. « Mon vrai nom est Chantal. » C’est loin d’être la fin, mais j’aime bien cette fin.

Lire aussi  L'armée de l'air des forces armées ukrainiennes a averti que les occupants sont susceptibles de stocker des missiles pour une nouvelle frappe massive



#Les #fées #adorent #les #mots #quotidien #Junge #Welt #avril
1712118760

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT