Nouvelles Du Monde

les dix négociations de paix secrètes après le coup d’État de Franco

les dix négociations de paix secrètes après le coup d’État de Franco

2024-06-23 10:27:26

Il y a cinq ans, un groupe de survivants se souvenait en détail sur ABC du jour de la fin de la guerre civile espagnole, le 1er avril 1939. L’une des dates les plus importantes de leur vie, sans aucun doute, même si la plupart d’entre eux étaient alors des enfants. Un de ces jours qui restent gravés dans les mémoires, comme cela s’est produit des décennies plus tard avec des tragédies comme les attentats contre les Twin Towers à New York, le 11 septembre 2001, et contre les trains d’Atocha, le 11 mars 2004. .

«Je m’en souviens parfaitement, ces choses restent enregistrées pour toujours. Ce jour-là, malgré mon âge, il était facile de sentir que quelque chose de très important se passait. J’avais le sentiment que tout avant n’était qu’un mauvais rêve”, a expliqué Carmen de Alvear, alors âgée de sept ans et résidant à Palma de Majorque. Là, il avait fui avec sa mère et quelques tantes pour sortir de « l’enfer » qu’était la péninsule, après un chemin de croix à travers cette Espagne qui saignait à mort : de Carthagène à Murcie, puis à Madrid, Marseille et Ceuta, jusqu’à pour finir aux Baléares, le plus loin possible des bombes.

«Le jour où la guerre a pris fin, toute la famille se trouvait autour d’une de ces vieilles radios – poursuit-il – dans une petite maison de campagne que nous avions louée. Soudain, tout le monde a commencé à me serrer dans ses bras, à pleurer et à répéter à quel point ils étaient heureux. “Je me demandais pourquoi ils pleuraient s’ils étaient heureux.” Il se souvient aussi que “toute la famille a commencé à manger des croûtons, comme quelque chose d’exceptionnel, pour fêter ça”. L’expression de sa mère, qui ne pouvait retenir ses larmes, était particulièrement émouvante. Elle pensait au jour où on lui avait appris que son mari avait été assassiné et à l’année où elle pensait qu’il était mort, jusqu’à ce qu’elle découvre qu’en réalité, ce n’était pas le cas. Il rentrerait bientôt chez lui.

Quelques minutes auparavant, à 10h30 précises du matin, la voix de l’acteur Fernando Fernández de Córdoba avait résonné à la radio, lisant le dernier reportage de guerre avec l’enthousiasme typique et l’émotion inhabituelle : « Le jour d’aujourd’hui, avec le L’Armée rouge captive et désarmée, les troupes nationales ont atteint leurs derniers objectifs militaires. La guerre est finie. Burgos, 1er avril 1939, année de la victoire. “Généralissime Franco.”

La première négociation

On a beaucoup écrit sur ce moment historique qui a mis fin à une guerre fratricide qui a fait un demi-million de morts et un demi-million de déplacés. Cependant, peu de choses ont été écrites sur les propositions de négociation de paix qui étaient sur la table de certaines puissances étrangères, d’une part, et des deux côtés, deuxièmement, depuis le coup d’État lui-même. Le conflit s’est en effet terminé à l’été 1936 par la négociation et non par les armes et aurait pu éviter bien des cadavres et des drames.

Dans son article « Plans de médiation internationale pendant la guerre civile » (2006), le directeur de l’Unité de recherche sur la sécurité et la coopération (Unisci), Antonio Marquina, recueille la première opportunité qui s’est présentée au ministre uruguayen des Affaires étrangères en août 1938. Celui-ci demandait l’avis des gouvernements américains concernant une médiation commune pour parvenir à la fin des hostilités. Si un accord était trouvé, ils le communiqueraient d’abord au « Gouvernement Républicain Légal » et, après son approbation, il serait transféré aux franquistes pour entamer les conversations. Les choses ne se sont pas aggravées, car l’Argentine, le Brésil, le Mexique, le Panama et les États-Unis ont jugé le moment inopportun et le Chili, Cuba et le Pérou ont accepté, mais avec de nombreuses réserves.

Lire aussi  Un passager envoyé à l'hôpital après qu'une voiture ait percuté un poteau sur l'autoroute 75

Début décembre 1936, une autre initiative émanant du gouvernement français, et remise aux Britanniques, proposait un rapprochement avec les gouvernements de l’URSS, de l’Allemagne, de l’Italie et du Portugal pour tenter une médiation entre les deux parties « dès qu’un accord favorable serait obtenu ». moment s’est présenté.” . Cette proposition avait une durée plus longue. Ils pensaient que, puisque la guerre ne se déroulait pas bien pour Franco au début, Hitler et Mussolini seraient heureux de voir la guerre se terminer. S’ils échouaient, au moins “cela créerait une atmosphère de tranquillité qui laisserait aux deux parties l’espoir d’une éventuelle intervention ultérieure”, a assuré Marquina.

“Pour l’intérêt suprême de la paix”

Dans le document rédigé, il était clair que « la participation de ces puissances impliquait la subordination de toute décision politique à l’intérêt suprême de la paix, le renoncement à toute action pouvant conduire à une intervention armée étrangère, l’amélioration des conditions déplorables existant en Espagne et la fin du conflit par un plébiscite au cours duquel la nation espagnole a exprimé de manière unie son désir national.

Le seul inconvénient de cette proposition est venu du ministre anglais des Affaires étrangères, Anthony Eden, qui estimait qu’il fallait compter sur les États-Unis pour qu’elle aboutisse. L’URSS l’a approuvé et l’Allemagne et l’Italie se sont engagées à l’étudier, même si elles avaient des doutes. Cela restait en suspens, mais dans les semaines suivantes, de nouvelles propositions sont apparues. La France, par exemple, a suggéré d’essayer de négocier une cessation générale des hostilités en obligeant les deux parties à convenir d’organiser de nouvelles élections générales. La Grande-Bretagne a ajouté une autre possibilité : une division de l’Espagne selon le statu quo, en essayant d’explorer et de parvenir à un gouvernement intermédiaire qui gouvernerait avec le soutien militaire étranger.

La possibilité de parvenir à un armistice pour une durée limitée dans le secteur de Madrid a également été évoquée, dans le but d’évacuer la population civile de la capitale. Une idée que Franco avait déjà réclamée et qui donnerait aux deux parties et aux puissances internationales impliquées une marge de réflexion pour une nouvelle solution, plus efficace. Cette proposition s’inscrivait également dans la lignée des propositions formulées par le ministre républicain de la Justice, Salvador Madariaga, qui soutenait que la médiation politique devait venir après la médiation humanitaire. L’idée finale était que cet armistice partiel serait ensuite étendu à d’autres secteurs du front et, enfin, à l’ensemble du pays, avec Noël entre les deux.

Lire aussi  L'année de la guerre en Ukraine a frappé l'économie mondiale

Le référendum

Cependant, une chose était ce que pensaient les puissances étrangères et une autre était ce que les deux parties étaient prêtes à faire. C’était la chose la plus compliquée. Ainsi, des doutes ont rapidement commencé à surgir autour du prétendu référendum pour les Espagnols et d’autres initiatives. Et pendant ce temps, les bombes tombaient, les morts se multipliaient et les premiers contingents étrangers commençaient à arriver sur la péninsule pour soutenir chacun des camps.

À la mi-avril 1937, Winston Churchill présenta un autre plan de médiation, le septième, qui concernait la formation d’un gouvernement de modérés en Espagne. Le parlementaire britannique de l’époque et futur Premier ministre était conscient qu’aucune des deux parties ne considérerait la proposition comme bonne, mais il pensait que peut-être les positions des puissances étrangères ne seraient pas si divergentes. La Grande-Bretagne a même donné son accord à l’Union soviétique pour procéder à une purge des anarchistes, estimant qu’ils constituaient le principal obstacle à cette médiation et à toute action humanitaire ultérieure.

Le ministre britannique des Affaires étrangères a alors ordonné à ses ambassadeurs de recueillir l’avis des gouvernements de Paris, Berlin, Rome et Moscou sur leur soutien à cette initiative visant à un armistice temporaire afin de préparer un retrait des volontaires étrangers. Le Vatican, par l’intermédiaire du pape Pie XI, a même accepté d’intervenir dans l’opération, mais les réponses de toutes ces puissances ont été négatives, déterminées à soutenir désormais le combat en Espagne. «Dans le cas d’une guerre civile internationalisée comme celle espagnole, le problème est plus difficile, car nous devons compter sur les pays qui aident les adversaires. S’il n’y a pas de volonté de régler le conflit, parce qu’il est plus avantageux qu’il continue sur la base d’autres intérêts et malgré les dépenses et les pertes, la médiation est totalement inutile”, a expliqué le directeur de l’Unisci dans son article.

Sans confiance

Au début de 1938, après l’attaque victorieuse des Républicains sur Teruel, le ministre français Léon Blum déclara à l’ambassadeur britannique à Paris que le conflit espagnol se terminerait par une impasse et que, par conséquent, la Grande-Bretagne et la France devraient être disposées à engager une médiation avant la fin de la guerre. printemps. C’était la huitième tentative de mettre fin à la guerre par la parole. Ils convinrent que l’initiative devait être exclusive au gouvernement anglais. Ni l’Allemagne, ni l’Italie, ni la Russie n’ont pu participer, compte tenu de leurs engagements envers les parties en conflit et de leur intérêt à ce que la guerre se poursuive. Cette fois, ce sont les franquistes et les républicains, après les consultations pertinentes à Salamanque et Barcelone, qui ont décliné la proposition. Tous deux ont souligné que même s’ils savaient que le peuple était épuisé, aucun des deux gouvernements n’avait la moindre confiance dans l’autre.

En juillet 1938, le gouvernement britannique étudia à nouveau la possibilité de faire appel aux deux parties, cette fois pour des raisons humanitaires, chrétiennes et pacifiques, mais ne parvint à aucune conclusion dans ce qui aurait été la neuvième tentative de recherche de la paix. Le mécontentement au sein de la zone nationale et la situation de la Phalange semblaient soutenir cette procédure. Manuel Azaña a même prononcé un discours conciliant, faisant référence à l’honneur espagnol et se terminant par les mots « piété et pardon ». Mais Franco était inflexible, car la guerre apparaissait déjà comme la chronique d’une mort annoncée.

Lire aussi  Gérone est sur le point de confier son but à un char ukrainien

Pendant des années, on a supposé que le dictateur voulait prolonger la guerre, mais on n’a jamais vraiment expliqué pourquoi il n’avait pas pu y mettre fin plus tôt. L’Allemagne et l’Italie sabotaient déjà toute tentative de médiation de la Grande-Bretagne en faveur de la paix. L’Union soviétique semblait également intéressée à ce stade par la prolongation du conflit, comme en témoignent les obstacles continus qu’elle a placés devant le Comité de non-intervention et la proposition qu’elle a faite au milieu de 1938 de fournir davantage de matériel de guerre pour achever les soldats italiens. . sans dépenser pour la France, tandis que l’Italie perdait de l’argent et des hommes.

Les 13 points

Depuis la dernière phase de la bataille de l’Èbre, en novembre 1938, on connaît d’autres moyens de mettre fin à la guerre qui étaient sur la table des autorités républicaines et franquistes. Tout cela par la négociation. Le premier était celui du président de la République de l’époque, Juan Negrín, qui était soutenu par le Parti communiste espagnol (PCE) et une partie des socialistes. Elle s’exprimait dans un document qui contenait 13 points et dans lequel elle laissait ouverte la possibilité d’une médiation internationale, mais avec l’objectif caché de gagner du temps jusqu’à ce qu’éclate la Seconde Guerre mondiale.

C’était une forme de résistance en attente d’une aide supplémentaire, la même résistance dont Negrín avait fait preuve depuis qu’il avait pris la tête du gouvernement républicain avec le soutien du PCE. Ils devaient gagner la guerre, même si leur vie en dépendait, mais ils étaient confrontés au problème de l’opposition qui s’était créée au sein de leur propre camp – représenté par la plupart des commandants militaires, y compris les généraux Rojo et Miaja – et que ses dirigeants avait déjà abandonné l’Espagne face à une défaite imminente.

La deuxième position a été présentée par le Conseil de Défense, cet organe qui a assumé le rôle de gouvernement provisoire dans ce qui restait de la République après le coup d’État militaire du colonel Casado contre Negrín. Présidée par le général Miaja et soutenue politiquement par la coalition socialiste et anarchiste, elle s’appuyait sur la fatigue accumulée par plus de 30 mois de conflit. Elle a été baptisée « la paix honorable » et cherchait à mettre fin au conflit en échange d’une série de garanties pour la vie des combattants et de la population civile. Une mesure naïve si l’on considère qu’ils n’ont jamais obtenu de garantie écrite de Franco. Finalement, au printemps 1939, le futur dictateur ne laisse la porte ouverte qu’à une seule possibilité : la capitulation sans conditions de la République.



#les #dix #négociations #paix #secrètes #après #coup #dÉtat #Franco
1719182698

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT