Nouvelles Du Monde

Le programme visant à éduquer les joueurs de hockey junior sur la violence sexuelle pourrait être amélioré, selon un expert

Le programme visant à éduquer les joueurs de hockey junior sur la violence sexuelle pourrait être amélioré, selon un expert

En 2016, la Ligue de hockey de l’Ontario a annoncé un plan visant à faire équipe avec des centres d’aide aux victimes d’agressions sexuelles de toute la province pour créer un programme qui éduquerait les joueurs sur les moyens de prévenir la violence sexuelle masculine envers les femmes.

Appelé OHL en jeule programme exigeait que les joueurs et un entraîneur des 20 équipes participent à une séance de formation de deux heures dirigée par une personne du centre local d’aide aux victimes d’agression sexuelle de leur ville.

À Londres, Anna Lise Trudell d’Anova – une organisation qui aide et abrite les femmes victimes de violence – a dirigé les sessions avec les joueurs des London Knights.

Trudell a déclaré qu’au moment de sa création, le programme Onside était considéré comme proactif, un moyen d’amener les joueurs à parler de sujets tels que la masculinité masculine toxique, le consentement et les origines de la violence sexuelle basée sur le genre.

“Nous savons par la recherche que l’adhésion sportive et l’adhésion à la fraternité sont les endroits où l’incidence des agressions sexuelles est la plus élevée”, a déclaré Trudell. “Et ce n’est pas parce que le hockey provoque le viol, mais c’est parce qu’il y a ces sous-cultures dans ces espaces qui ne s’appellent pas quand il y a un mauvais comportement.”

Lire aussi  Fajar/Rian contre Marcus/Kevin cet après-midi

L’idée primordiale n’était pas de diffamer les joueurs de hockey masculins en les traitant de prédateurs ou d’agresseurs, mais plutôt de mettre sur la table certains des problèmes entourant la violence sexuelle des hommes envers les femmes dès le début de leur carrière au hockey. Certains joueurs de l’OHL n’ont que 16 ans lorsqu’ils entrent dans la ligue.

La question de la violence sexuelle faite aux femmes dans le monde du hockey a fait la une des journaux ces dernières semaines. Le mois dernier, il a été révélé que Hockey Canada avait payé un règlement à l’amiable à une femme qui affirmait avoir été agressée par huit membres de l’équipe canadienne de hockey mondial junior à la suite d’un événement à London, en Ontario.

Les joueurs impliqués dans l’incident de Londres n’ont pas été identifiés. Inquiet de la façon dont la situation a été gérée et d’un manque de changement structurel dans l’organisation, le gouvernement fédéral a retiré son soutien financier à Hockey Canada. Depuis, les entreprises partenaires de Hockey Canada, dont Tim Hortons et la Banque Scotia, ont cessé leur soutien.

Lire aussi  Norco Factory Team ferme les programmes XC et DH

Quant au programme OHL Onside, certaines équipes de l’OHL n’ont pas pu tenir les séances au plus fort de la pandémie de COVID-19 l’hiver dernier. D’autres équipes l’ont repris ce printemps.

Les Knights de London ont contacté Anova l’automne dernier au sujet de la reprise du programme, mais Trudell dit avoir reçu un message de l’équipe avant Noël. À l’époque, il y avait un pic dans les cas de COVID-19 et l’équipe a déclaré que son emploi du temps était en pleine évolution. Il y avait une promesse de revenir avec des dates possibles une fois le calendrier de l’équipe repris, mais Trudell dit que cela ne s’est pas produit.

Les courriels de CBC News au service des relations avec les médias des Chevaliers pour clarification n’ont pas été retournés.

L’OHL reprendra son programme en marge

Dans un courriel à CBC News, un porte-parole de l’OHL a déclaré que le programme Onside avait “repris dans l’OHL cette saison” et que les équipes discutaient avec les animateurs de son expansion au cours de la saison 2022-23.

Lire aussi  Poutine exige une meilleure sécurité Pont de Crimée après l'explosion

L’amélioration du programme est une prochaine étape nécessaire, a déclaré Trudell. Alors que le programme était assez novateur lors de son introduction, mais depuis 2016, d’autres institutions sont allées plus loin avec des programmes similaires en les organisant plus fréquemment et en organisant des sessions de formation pour le personnel.

“Nous en sommes maintenant au point où sur les campus, nous faisons plusieurs heures de formation avec les étudiants au cours de très nombreux mois”, a-t-elle déclaré. “Ainsi, avoir cette approche ponctuelle… cela ne suffit plus. Une formation ponctuelle ne changera pas les comportements.”

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT