Nouvelles Du Monde

Le président iranien Raisi et le CM du Sindh discutent des opportunités économiques bilatérales lors de la réunion de Karachi – Pakistan

Le président iranien Raisi et le CM du Sindh discutent des opportunités économiques bilatérales lors de la réunion de Karachi – Pakistan

Le président iranien Ebrahim Raisi a rencontré mardi le ministre en chef du Sindh, Syed Murad Ali Shah, lors de sa visite à Karachi et a eu une discussion détaillée sur les opportunités économiques entre le Pakistan et l’Iran, y compris les questions concernant les investissements.

Raisi effectue actuellement une visite de trois jours au Pakistan et est arrivé il y a un jour. Sa visite est la première du genre effectuée par un chef d’État après les élections générales du 8 février.

Raisi avait atterri plus tôt à l’ancien terminal de l’aéroport international de Jinnah où il avait été reçu par le gouverneur du Sindh Kamran Tessori, le ministre en chef Murad Ali Shah et les ministres provinciaux.

Il s’est ensuite rendu à Mazar-i-Quaid où il a déposé une couronne de fleurs et offert des prières accompagné des responsables provinciaux et de sa délégation.

La visite ultérieure de Raisi a eu lieu à la maison du ministre en chef du Sindh.

Une cérémonie a eu lieu au cours de laquelle un doctorat honorifique a été décerné au président iranien par le gouverneur Tessori.

Un communiqué publié par le porte-parole de CM Shah, Abdul Rasheed Channa, a déclaré que le président iranien et le chef provincial avaient tenu une réunion pour discuter des questions d’investissement et des opportunités économiques bilatérales.

Les ministres provinciaux étaient également présents à la réunion. CM Shah a déclaré que le gouvernement du Sindh avait toujours encouragé l’entreprise privée et qu’il existait de « vastes opportunités d’investissement » dans divers secteurs de la province.

Une cérémonie a ensuite eu lieu en l’honneur du président iranien qui a également pris la parole et « a exprimé sa joie » d’être accueilli dans le Sind.

S’adressant à la cérémonie, CM Shah a déclaré : « C’est une question de fierté et d’honneur pour moi d’accueillir aujourd’hui le président d’un pays frère, ami, sympathisant et bienfaiteur de longue date du Pakistan », ajoutant que les relations entre le Pakistan et l’Iran s’étend sur des « siècles ».

« Les liens religieux, académiques, culturels et économiques qui nous unissent sont forts et s’approfondissent avec le temps. Le Pakistan et l’Iran se soutiennent de tout cœur », a-t-il déclaré.

CM Shah a déclaré que les deux pays traversaient une « période importante de l’histoire » où la fraternité, l’unité et le soutien mutuel étaient « essentiels ».

« Nous sommes confrontés à divers problèmes, au premier rang desquels le terrorisme, le commerce illégal, le changement climatique et ses effets négatifs, ainsi que les atrocités croissantes en Palestine et au Cachemire.

« Le génocide des musulmans en Palestine et au Cachemire est un sujet de préoccupation. Aux yeux du Pakistan, une solution pacifique aux problèmes de Palestine et du Cachemire est la nécessité la plus importante du moment », a déclaré le ministre en chef.

Lire aussi  Cotes, choix, paris sur les accessoires de la semaine 1 de la NFL 2022

Il a ajouté que les musulmans devraient s’unir et soutenir les Palestiniens dans cette période difficile.

Shah a en outre déclaré que la « position ferme et de principe » du Pakistan était qu’il devrait y avoir un cessez-le-feu immédiat à Gaza et que les Palestiniens devraient bénéficier de leurs droits tandis que le problème des Cachemiriens devait être résolu à la lumière des résolutions de l’ONU.

Actualités PTVle secrétaire en chef du Pendjab Zahid Akthar Zaman, l’inspecteur général de la police Dr Usman Anwar et le consul général iranien à Lahore Mehran Movahhedfar figuraient parmi ceux qui l’ont reçu.

Le ministre provincial principal Marriyum Aurangzeb, le sénateur Pervaiz Rasheed et les ministres provinciaux Uzma Bukhari, Mujtuba Shujaur Rehman, Khawaja Sulaiman Rafiq, Bilal Yasin et Chaudhry Shafay Hussain étaient également présents à l’occasion.

Le président iranien s’est ensuite rendu au mausolée d’Allama Iqbal, où il a déposé une couronne de fleurs et a offert Fateh.

S’exprimant à cette occasion, Raisi a déclaré qu’il ne « se sentait pas du tout comme un étranger », ajoutant qu’il y avait « des émotions et des liens particuliers » avec le peuple pakistanais qui maintenaient les deux nations liées.

“Je voulais qu’un rassemblement public ait lieu pour pouvoir m’adresser au public, mais pour certaines raisons, les conditionnalités étaient telles que cela n’a pas pu être rendu possible”, a-t-il déclaré.

“Au nom du chef suprême de la République islamique d’Iran, je présente mes salutations au peuple du Pakistan et de Lahore”, a déclaré Raisi, appréciant “l’esprit révolutionnaire” présent dans la population d’ici.

Le président iranien a souligné qu’Allama Iqbal était une personnalité extrêmement importante pour l’Iran car il était une personne très inspirante. Il a également félicité le peuple et le gouvernement pakistanais pour « la position ferme prise avec nous (l’Iran) contre les forces sionistes ».

Selon Radio PakistanMaulana Abdul Khabeer Azad, le Khateeb de la mosquée Badshahi, a offert des prières spéciales pour le renforcement des relations entre le Pakistan et l’Iran et pour les Palestiniens de Gaza.

Raisi a écrit son admiration pour l’héritage littéraire d’Allama Iqbal dans le livre d’or, selon le rapport, ajoutant qu’il a également été informé des efforts de restauration en cours sur les sites historiques de Lahore, en particulier dans la vieille ville fortifiée.

Plus tard, Raisi a rencontré le gouverneur du Pendjab, Balighur Rehman, à la Maison du Gouverneur, où ils ont discuté de questions d’intérêt commun : Radio Pakistan signalé.

Le gouverneur Rehman a également organisé un déjeuner en l’honneur du président et de sa délégation, selon le rapport.

Le président iranien a ensuite eu une réunion avec CM Maryam au cours de laquelle les deux hommes ont réaffirmé leur engagement à renforcer les échanges culturels et à favoriser les contacts entre les peuples, a indiqué le ministère des Affaires étrangères.

La CM Maryam a expliqué les mesures prises dans la province pour le développement socio-économique et a exprimé le désir d’un engagement étroit avec les villes et les provinces iraniennes pour « un bénéfice mutuel et une prospérité ».

Raisi se rendra ensuite à Karachi, où il y rencontrera les dirigeants provinciaux. Il recevra également un doctorat honorifique de l’Université de Karachi, Radio Pakistan déclaré.

Le gouvernement du Pendjab et le gouvernement du Sind ont annoncé aujourd’hui (mardi) des jours fériés dans le district de Lahore et la division de Karachi, respectivement, afin « d’éviter les désagréments qui en résultent pour le grand public » avant la visite de dignitaires étrangers, dont Raïssi. Le gouvernement du Sindh a également imposé une interdiction totale des drones dans la division de Karachi du 22 au 28 avril.

Dans un poster sur X Aux premières heures de mardi, Raïssi a déclaré : « En raison des points communs entre l’Iran et le Pakistan, il existe une marge importante d’expansion et de promotion des relations entre les deux pays. »

Il a transmis ses salutations au peuple pakistanais qui, selon lui, « a toujours défendu l’Islam, les valeurs islamiques, les Palestiniens opprimés et le juste et l’équitable ».

Réunions de haut niveau le 1er jour

Il y a un jour, Raïssi avait passé une journée bien remplie à Islamabad, où les deux parties déterminé à augmenter le volume des échanges commerciaux à 10 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années.

Après son arrivée dans la capitale, il avait rencontré le Premier ministre Shehbaz Sharif et avait ensuite pris la parole lors d’une conférence de presse conjointe, s’engageant à renforcer les relations entre les deux pays à « des niveaux élevés ».

Plus tard, Raïssi aussi rencontré avec le président Asif Ali Zardari où ils ont convenu de renforcer les liens existants. Dans son réunion Avec le chef d’état-major de l’armée, le général Asim Munir, le président iranien a discuté de la stabilité régionale et de la sécurité des frontières.

Le ministre des Affaires étrangères Ishaq Dar avait également rendu visite à Raïssi, tandis que le ministre de l’Intérieur Mohsin Naqvi et son homologue iranien, le Dr Ahmad Vahidi, étaient d’accord sur l’interdiction par les deux pays des organisations terroristes dans leurs pays respectifs.

Par ailleurs, les voisins ont signé huit accords et protocoles d’accord (MoU) pour la coopération dans divers domaines. Le Premier ministre Shehbaz et Raisi ont également inauguré la partie nouvellement construite de la 11e avenue d’Islamabad après l’avoir rebaptisée Iran Avenue.

Importance de la visite

La visite de Raïssi au Pakistan était mise en doute alors que les tensions au Moyen-Orient augmentaient après que l’Iran a lancé un attaque de missiles et de drones sans précédent contre Israël il y a plus d’une semaine en représailles à une frappe aérienne contre le bâtiment consulaire iranien à Damas au début du mois. Puis, vendredi, le centre de l’Iran a subi ce qui était présumé être une attaque israélienne.

Téhéran a minimisé l’apparente attaque israélienne et a indiqué qu’il n’avait aucun plan de représailles, une réponse qui semble être conçue pour empêcher le conflit à Gaza de s’étendre à un conflit régional.

Le Pakistan a appelé toutes les parties au Moyen-Orient à « faire preuve de la plus grande retenue et à progresser vers une désescalade ».

La visite de Raïssi est également importante alors que le Pakistan et l’Iran cherchent à rétablir leurs relations après les frappes de missiles en janvier. Les frappes transfrontalières ont attisé les tensions régionales déjà attisées par l’offensive militaire israélienne à Gaza.

Téhéran a mené des frappes contre un groupe anti-iranien au Pakistan la même semaine où il a ciblé l’Irak et la Syrie. Le Pakistan a répondu par un raid contre des « cibles militantes » dans la province du Sistan-Baloutchistan. Les deux pays se sont accusés mutuellement d’avoir abrité des militants dans le passé.

Le Pakistan compte également sur un projet gazier commun avec l’Iran pour résoudre une crise énergétique de longue date qui a sapé sa croissance économique.

Un gazoduc Iran-Pakistan de 7,5 milliards de dollars destiné à alimenter les centrales électriques pakistanaises a été inauguré en grande pompe en mars 2013. Mais le projet a immédiatement stagné à la suite des sanctions internationales contre l’Iran.

Téhéran a construit sa propre section du gazoduc de 1 800 kilomètres, qui devrait à terme relier ses champs gaziers de South Pars à Nawabshah.

En février, le gouvernement intérimaire sortant du Pakistan a approuvé la construction d’un tronçon de 80 km de gazoduc, principalement pour éviter le paiement de milliards de dollars d’amendes à l’Iran en raison de plusieurs années de retards.

Washington a averti que le Pakistan pourrait faire face à des sanctions américaines, affirmant qu’il ne soutenait pas le projet de pipeline à l’avenir.


#président #iranien #Raisi #Sindh #discutent #des #opportunités #économiques #bilatérales #lors #réunion #Karachi #Pakistan

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT