Nouvelles Du Monde

Le défi de la longévité espagnole : vivre plus longtemps et mieux

Le défi de la longévité espagnole : vivre plus longtemps et mieux

2024-05-27 09:56:17

Nous souhaitons de plus en plus vivre plus longtemps, mais avec la meilleure qualité possible. L’Espagne peut devenir l’une des « zones bleues », des régions du monde où les gens vivent beaucoup et trouvent des personnes âgées de 80, 90 et plus de 100 ans ayant une bonne qualité de vie. La médecine de la longévité englobe une approche globale de nombreuses disciplines médicales, chacune axée sur différents aspects de la santé et du traitement médical.

La longévité peut être influencée par divers facteurs, tels que la génétique, le mode de vie, la santé et l’environnement dans lequel vit le corps, explique le médecin. Déborah Nouveau, spécialiste en médecine interne et chef de l’unité de longévité et chef de l’unité de microbiote à Olympia Quirónsalud. Il ne s’agit pas de vivre plus longtemps, mais de vivre mieux, souligne Nuevo.

L’espérance de vie en Espagne a augmenté, tant chez les hommes que chez les femmes, “et nous voulons tous vivre plus longtemps et mieux”, souligne-t-il. «Nous voulons supprimer la connotation péjorative du vieillissement, qui semble supposer qu’il faut être pire. Évidemment, de nombreuses fonctions se détériorent, mais une très bonne qualité de vie peut être maintenue”, a déclaré le Dr Nuevo lors d’une conférence organisée par Olympia Quirónsalud et ABC Santé.

Olympia est le nouveau centre médico-chirurgical Quirónsalud situé dans la Tour Caleido, spécialisé dans les services personnalisés pour la prévention et la guérison des maladies, axés sur la santé physique, mentale et émotionnelle, divisé en trois centres : Centre Sportif, Lifestyle et Médical .

Les systèmes de santé se sont considérablement améliorés et la capacité de la médecine à guérir et à traiter les maladies, en les transformant en maladies chroniques, a permis aux gens de vivre plus longtemps, explique le médecin. François Peinado, chef du service de santé masculine d’Olympia Quirónsalud. Mais, précise-t-il, « le gros problème de notre système est qu’il est réactif ; Nous traitons lorsque le patient est malade. “Ce que nous entendons avec cette unité, c’est donner de la qualité de vie à ces années supplémentaires.”

La nouvelle Unité de Longévité Olympia Quirónsalud est organisée en programmes d’optimisation de la santé, “car notre intention est d’optimiser la santé du patient pour prévenir la maladie”.

En réalité, ajoute Débora Nuevo, “nous voulons devancer la maladie” et que “si elle apparaît, elle doit être le plus tard possible et sous sa forme la plus bénigne”. De même, il s’agit de répondre à « de nombreux patients qui, sans être malades, ne vont pas complètement bien ». Cela fait référence au fait que ne pas avoir une certaine maladie ne signifie pas que vous êtes dans votre « état de santé optimal ».

Ce sont des personnes qui se sentent fatiguées, souffrant d’insomnie, d’inconfort digestif et qui n’ont pas de maladie spécifique. “Toutes leurs analyses ou tests se situent dans les limites de la normale, mais il y a bien d’autres choses qui peuvent être faites pour eux.” Un exemple est le déclin hormonal, qui commence entre 30 et 35 ans. La ménopause et l’andropause sont déjà abordées en consultation, mais “atteindre la ménopause dans un bon état n’est pas la même chose qu’atteindre la ménopause dans un pire état”.

“Lorsque vous tombez malade, vous n’avez qu’un seul souhait, celui d’être en bonne santé”, explique Peinado. Ce qui est bien, c’est qu’aujourd’hui « nous disposons d’outils et de la capacité, grâce à ces unités, d’améliorer les années de qualité de vie ; Nous ne disons pas que vous ne tomberez pas malade, mais nous allons essayer de faire en sorte qu’à 80 ans, vous puissiez marcher, ne pas avoir de fractures, etc. Tout cela ne peut être réalisé que grâce à une unité composée de plusieurs spécialistes. Mais il faut y penser au moins 15 ans à l’avance.

Pour le médecin Gema García Gálvez, responsable du Service de Santé des Femmes d’Olympia Quirónsalud, ce qu’il faut promouvoir, c’est la médecine du style de vie : “C’est la philosophie avec laquelle notre centre a été créé.” Dans son cas, poursuit-elle, « je ne comprends pas la prise en charge des femmes autrement qu’à partir d’une vision globale et holistique. Chaque cas est une femme spécifique, à une étape spécifique de sa vie, avec une cartographie personnelle, professionnelle et relationnelle spécifique. García Gálvez assure que jusqu’à présent la santé s’est concentrée sur le symptôme, sur la maladie : “quand ça fait mal, nous arrivons en retard”. Pour cette raison, il opte pour « changer la puce ».

Dans son cas, poursuit-elle, « je ne comprends pas le souci des femmes sans une vision globale et holistique. Chaque cas est une femme spécifique, à une étape spécifique de sa vie, avec une cartographie personnelle, professionnelle et relationnelle spécifique.

Le gros problème du système, c’est qu’il est réactif : on traite lorsque le patient

il est malade

François Peinado

Responsable de la santé masculine à Olympia Quirón Salud

García Gálvez assure que jusqu’à présent la santé s’est concentrée sur le symptôme, sur la maladie : “quand ça fait mal, nous arrivons en retard”. Pour cette raison, il opte pour « changer la puce ».

Ainsi, dit François Peinado, nous, spécialistes, avons souvent « été concentrés sur notre affaire et n’avons pas vu le patient de manière globale. “Le but de cette unité est d’intégrer tout cela, c’est de vous apporter une réponse holistique complète à votre situation.” Comme le dit cet expert, « nous, médecins, sommes face à notre avenir. Je le dis toujours, je suis confronté à ce qui va m’arriver et je pense souvent à ce que je serai quand j’aurai 85 ans ; C’est pourquoi j’essaie de faire en sorte que cela n’arrive pas à mes patients. » N’oubliez pas que les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de décès dans le monde occidental et qu’elles sont évitables. « Pourquoi ne le faisons-nous pas ? C’est pourquoi les médecins doivent s’impliquer beaucoup plus. »

Lire aussi  2 façons simples et pratiques de créer un pied de page dans Word

Pour Gema García Gálvez, il s’agit « d’un changement de paradigme dans la manière de prendre soin de la santé, de l’état de santé et du bien-être des personnes ». Il reconnaît que “les médecins ont été formés de manière très organique, se spécialisant selon les systèmes reproducteur, digestif et respiratoire”. Dans son cas, dit-elle, « je ne suis pas une gynécologue habituelle et, en plus, après avoir obtenu le master en sexologie, je vais plus loin en abordant la sexualité et sa connotation dans la santé des femmes. “C’est cette vision plus humaniste que nous sauvons dans ces unités.”

Dans ce sens, Alphonse Carabel, responsable du service de nutrition du même centre, souligne que notre mode de vie a beaucoup changé et qu’il existe un facteur très important qui est parfois omis : le stress. Carabel prévient qu’il existe de nombreux aspects de la santé qui ne sont normalement pas observés, comme la qualité du sommeil, le type de sport pratiqué, clé de « la masse musculaire et donc de la masse osseuse à l’avenir », ou encore la « capacité cardiovasculaire ».

Preuve scientifique

Dans une société où il existe de nombreux gourous de l’anti-âge et des solutions miraculeuses pour vieillir, cette nouvelle unité se caractérise par son fondement scientifique.

En tant que spécialiste en médecine interne, le Dr Nuevo possède la capacité globale d’évaluer plusieurs maladies. «Nous ne parlons pas de médicaments spécifiques, pour soulager la douleur et c’est tout. C’est la médecine du futur ; Il s’agit d’instaurer des changements d’habitudes de vie pour l’avenir et qui ne durent pas un certain temps. En réalité, souligne-t-il, il n’existe aucun médicament au monde plus efficace que l’exercice et la nutrition pour prévenir les maladies. Si nous pouvions les mettre dans une pilule, ce serait la polypilule anti-âge. Le problème est que nous sommes parfois devenus un peu à l’aise.

L’unité travaille de manière coordonnée, abordant des aspects tels que le sommeil, le stress, la nutrition, la supplémentation, l’équilibre hormonal, l’exercice et la sphère émotionnelle-sexuelle. De plus, il promeut un patient expert qui assume la responsabilité de son traitement. C’est un effort conjoint entre le médecin et le patient, qui doivent s’engager pour leur bien-être au quotidien.

Alfonso Carabel souligne que ses traitements utilisent des menus et des directives nutritionnelles spécifiques aux objectifs de chaque patient, qu’il s’agisse de santé digestive, métabolique ou de modifications de la composition corporelle. De même, informez les patients que le sport est essentiel pour améliorer la santé et demande du temps et de l’intérêt. Il souligne qu'”un patient informé est plus conscient de l’importance de sa participation active au traitement”.

Souvent, les médecins peuvent prévoir les problèmes de santé et avertir les patients à temps de modifier leur mode de vie. Des problèmes tels que la dysfonction érectile ou sexuelle indiquent souvent de futurs problèmes de santé qui peuvent être modifiés.

Le Dr Nuevo souligne qu’il ne s’agit pas seulement de traiter des chiffres en analyse, mais d’améliorer le bien-être général du patient. Parfois, les valeurs normales sont larges et les gens peuvent ne pas se sentir bien même s’ils se situent dans les limites normales. L’Unité réalise des analyses exhaustives et corrèle les résultats pour offrir une vision plus complète.

âge biologique

Le concept d’âge biologique est important, car il mesure l’âge de l’organisme au niveau moléculaire et cellulaire. Connaître l’âge biologique nous permet de déduire la susceptibilité aux maladies liées au vieillissement.

L’alimentation et le microbiote jouent un rôle crucial dans ce processus. Le microbiote, constitué de millions de micro-organismes qui vivent avec nous, apporte des bienfaits et assure des fonctions vitales. L’interaction entre nous et notre microbiote est bidirectionnelle et peut être restaurée grâce à des prébiotiques, des probiotiques et des suppléments. Le maintien de l’équilibre du microbiote dépend de la nutrition et de l’exercice physique, liés à la longévité.

Un patient informé est plus conscient de l’importance de sa participation active au traitement

Alphonse Carabel

Chef du service de nutrition chez Olympia Quiron Health

Dans les populations plus âgées, les personnes de plus de 100 ans possèdent un microbiote similaire à celui des personnes de plus de 40 ans. Maintenir un microbiote jeune contribue à vivre plus longtemps et mieux. Il est crucial que les patients s’engagent dans leur alimentation. La maîtrise du stress et la sphère émotionnelle sont également essentielles. Le stress altère le microbiote, l’équilibre hormonal et le sommeil.

Enfin, le Dr Peinado conclut que les patients doivent être proactifs et prendre soin de leur santé. Le Dr Nuevo souligne que ne pas être malade n’est pas la même chose qu’avoir le meilleur état de santé et prône la médecine des quatre P : personnalisée, préventive, la médecine des quatre P : personnalisée, préventive, participative et proactive.



#défi #longévité #espagnole #vivre #longtemps #mieux
1716816562

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT