Nouvelles Du Monde

Le coût réel des billets d’avion vers Lisbonne

Le coût réel des billets d’avion vers Lisbonne

De nombreuses compagnies aériennes proposent des billets d’avion en janvier au départ de Montréal ou de Toronto à destination de Lisbonne, au Portugal, à partir de seulement 2 $ à 25 $. Toutefois, une fois les différentes taxes et surcharges ajoutées, le prix total augmente à environ 500 $ à 600 $ pour un aller-retour, en fonction des dates. Il s’agit toujours d’un prix attrayant pour un vol vers l’Europe, mais beaucoup plus élevé que le tarif de base. Jeff Verman, PDG de l’agence de voyages Groupe de voyage Plus, accuse les transporteurs de rabaisser les tarifs de base et d’augmenter les surcharges pour éviter de payer des commissions aux agences de voyages. “Nous avons besoin de cette commission pour être rentables”, dit-il, expliquant qu’il ne reçoit que 0,18 $ de commission lorsque le tarif de base est de 3,50 $. Air Transat est l’une des compagnies aériennes, avec TAP, qui ont réduit leur tarif de base à 25 $ ou moins pour Lisbonne en janvier. Air Transat verse aux agents de voyages une commission de 5 % sur le tarif de base, et non sur le prix total du billet. “Le prix des vols fluctue selon l’offre et la demande, c’est bien connu”, rétorque Bernard Côté, porte-parole d’Air Transat. “Nos estimés partenaires et professionnels de l’industrie du voyage comprennent la nature changeante de nos tarifs.” Le transporteur affiche le prix total du billet sur Internet, ajoute-t-il.

Lire aussi  Politique monétaire : le directeur de la Fed, Bowman, veut encore augmenter les taux d'intérêt

Le chargé de cours John Gradek affirme qu’en matière de surcharge, c’est le “Ouest lointain” dans l’industrie. “[Les transporteurs] se servent des surcharges comme outil pour la concurrence et augmenter les profits pour leurs liaisons”, dit-il. “Ils préfèrent augmenter les surcharges que les tarifs de base.” Les transporteurs préfèrent que le client réserve directement auprès d’eux plutôt que par le biais d’une agence de voyages à laquelle ils doivent verser une commission, souligne M. Gradek. Cela dit, la réduction des tarifs de base n’a pas d’impact sur le prix du billet payé par le client, note-t-il. En effet, depuis 2012, l’Office des transports du Canada exige que les transporteurs affichent le prix total du billet. “En d’autres mots, le consommateur doit voir le prix total, et le gouvernement se fout de la façon dont ce prix est composé”, explique-t-il. De son côté, M. Verman a porté plainte auprès du Bureau de la concurrence du Canada, préconisant que les transporteurs versent une commission minimum aux agents de voyages.

L’Institut économique de Montréal accuse, pour sa part, Ottawa de faire exploser le prix des billets d’avion au pays en imposant divers frais aux compagnies aériennes et aux aéroports. “Ottawa préfère voir nos aéroports comme une vache à lait, plutôt que l’infrastructure de transport essentielle qu’ils représentent”, affirme Gabriel Giguère, analyste pour le groupe indépendant, dans un communiqué.
#Des #vols #pour #lEurope #tarif #base #janvier
publish_date]

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT