Nouvelles Du Monde

Le chanteur d’American Pie, Don McLean, en tête d’affiche au Birchmere le mois prochain

Le chanteur d’American Pie, Don McLean, en tête d’affiche au Birchmere le mois prochain

2023-06-08 22:11:13

Promotion de la tournée de Don McLean (image via Don McLean/Facebook)

Dans pas si longtemps à partir de maintenant

Dans un Birchmere local

Don McLean se produira en direct…

Musicien Don Mc Lean fête les 50 ans de sa chanson à succès Tarte américaine avec un visite venir à Alexandrie.

McLean doit se produire au Birchmere (3701 Mount Vernon Avenue) le vendredi 21 juillet.

Les billets coûtent 69,50 $.

McLean n’est pas le seul musicien de rock américain classique à se rendre au Birchmere : Amérique joue ce week-end, mais les billets sont déjà épuisés.

Pendant ce temps, le 21 août, le groupe de funk Guerre — le plus connu pour “Cavalier bas” et “Pourquoi ne pouvons-nous pas être amis» se dirige également vers le Birchmere. Les billets coûtent 79,50 $.

À peine deux jours plus tard, le 23 août, l’auteur-compositeur-interprète Steve Earle se produit au Birchmere. Les billets coûtent 65 $.

Enfin, pour les autres fans de jeux vidéo d’ALXnow, Portail musicien Jonathan Coulton se produit le 13 septembre. Les billets coûtent 39,50 $.

Lire aussi  Retardé en raison d'un problème de lumière

Le calendrier complet du Birchmere pour les prochains mois est disponible en ligne.

Image via Don McLean/Facebook

#chanteur #dAmerican #Pie #Don #McLean #tête #daffiche #Birchmere #mois #prochain
1686252222

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Donnez un titre à ce contenu
        
 
 
  Mathieu Blanchard
  
          
            
                
                  
                  
                
              
                  
                    
                    Mathieu Blanchard a participé à l’Ultra Trail du Mont Blanc (UTMB), une course d’endurance renommée dans les Alpes, à 4 occasions, terminant d’ailleurs au second rang à l’édition 2022.
                  
                  
                    
                    PHOTO FOURNIE PAR MATHIEU BLANCHARD
                  
              
            
          
        
  
  36 ans – Montréal
  D’origine française, coureur professionnel et aventurier
  · Ultra Trail du Mont Blanc · Marathon des Sables · TransMartinique
  Pourquoi?
  «Le monde de l’aventure nous sort de notre zone de confort. J’ai trouvé le plus de plaisir et de l’épanouissement dans la pratique de l’ultra trail. C’est ma nature et personnalité qui peut s’exprimer.»
  
        
        
  
  Il n’y a pas si longtemps, l’ingénieur Mathieu Blanchard arpentait à la course les rues de Montréal pour se rendre au boulot et les sentiers du Québec pour s’amuser. Une pandémie, une exotique émission de téléréalité française et de nombreux records en poche plus tard, il figure parmi l’élite mondiale de son sport en se mesurant à des défis extrêmes.
  En France, son pays d’origine avant de s’exiler vers le Québec et obtenir sa citoyenneté canadienne, son nom n’est plus à faire. Il s’inscrit parmi les vedettes des courses d’ultra très prisées et médiatisées à travers l’Europe.
  Chez nous, il s’est fait connaître, entre autres, à l’Ultra-Trail Harricana (UTHC), où il avait établi un record à l’épreuve de 80 km en 2016, en plus des autres courses d’endurance auxquelles il avait participé.
  En 2022, il a inscrit son nom dans le livre d’histoire de la prestigieuse course de l’Ultra-Trail du Mont-Blanc (UTMB) en franchissant le fil d’arrivée en moins de 20 heures, précédé d’un autre grand nom de sa discipline, Kilian Jornet, membre du top 3 mondial.
  
          
            
                
                  
                  
                
              
                  
                    
                    En août 2022, Mathieu Blanchard célèbre en terminant l’Ultra-Trail du Mont-Blanc, une course de 171 km en montagnes, au second rang. Avec Kilian Jornet, ils deviennent les premiers coureurs de l’histoire de cette compétition à fracasser la barre des 20 heures.
                  
                  
                    
                    “Photos d’archives, AFP”
                  
              
            
          
        
  
  De l’argent au chocolat
  À sa manière, Blanchard détient le record du nombre de médailles à l’UTMB, la course en sentiers la «plus mythique et prestigieuse au monde». Celle-ci s’étire sur 171 km en sentiers dans les montagnes de trois pays en avalant 10 000 mètres de dénivelé positif. Elle fait le tour du légendaire Mont-Blanc, ayant comme point de départ et arrivée Chamonix.
  «En fait, je possède la médaille d’argent, la médaille de bronze et la médaille de chocolat pour la quatrième place. Il ne me manque que la plus importante, l’or», résume avec humour l’athlète ayant passé chez les pros en 2019, en entrevue téléphonique avec Le Journal depuis un camp perché dans les Alpes.
  Justement, parlant de cacao, Blanchard estime que, pour lui, courir des épreuves d’ultra lui procure autant de plaisir que de manger du chocolat. Chacun ses plaisirs!
  
          
            
                
                  
                  
                
              
                  
                    
                    Le coureur d’ultra-trail québécois d’origine française, Mathieu Blanchard. COURTOISIE MATHIEU BLANCHARD
                  
                  
                    
                    “PHOTO FOURNIE PAR MATHIEU BLANCHARD”
                  
              
            
          
        
  
  «C’est là où j’ai trouvé le plus de plaisir et d’épanouissement. C’est ma nature et ma personnalité qui s’expriment dans ce sport. Le monde de l’aventure nous sort de notre zone de confort, souligne celui qui compte aussi la médaille de bronze au Marathon des Sables (2023) et des victoires à plusieurs courses, dont la TransMartinique (2017) et la Trace du Nord Basse-Terre de Guadeloupe (2018).
  «Il faut savoir s’adapter à tous les types de terrains et les conditions climatiques difficiles», ajoute l’athlète de 36 ans.
  
          
            
                
                  
                  
                
              
                  
                    
                    En avril 2023, à sa deuxième participation au Marathon des Sables sur 250 km dans le désert du Sahara au Maroc, Mathieu Blanchard a terminé au 3e rang.
                  
                  
                    
                    “Photos d’archives, AFP”
                  
              
            
          
        
  
  Aventurier de nature
  Aujourd’hui, il se promène à travers l’Amérique et l’Europe pour participer aux plus grandes épreuves d’ultra-trail. Dès qu’un défi de taille se présente, il lève la main.
  En 2022, il était parti à l’aventure dans une expédition polaire de 240 km dans «l’œil du Québec». Accompagné d’un ami et aventurier français, il avait fait le tour du réservoir Manicouagan à la fin février quand le mercure plongeait loin sous le point de congélation.
  Blanchard n’a donc jamais froid aux yeux. Il a déjà participé à un triathlon Ironman pour «s’amuser».
  «En le comparant aux courses de trail, ce n’est pas le même engagement physique et mental, croit-il.
  «Ce n’est plus la distance qui me fait peur, car j’ai développé mon corps pour la franchir, assure celui qui gambade sur des centaines de kilomètres. Ce qui m’effraie, c’est la vitesse pour y arriver. On peut se faire très mal. Le corps met des semaines et des mois à s’en remettre», explique celui qui diminue ses présences par année.
  
          
            
                
                  
                  
                
              
                  
                    
                    Le coureur d’ultra trail québécois d’origine française, Mathieu Blanchard. COURTOISIE MATHIEU BLANCHARD
                  
                  
                    
                    “PHOTO FOURNIE PAR MATHIEU BLANCHARD”
                  
              
            
          
        
  
  Dans sa préparation, il explique qu’il doit bien gérer son énergie. La charge d’entraînement doit respecter l’équation du volume et de l’intensité. Il prend aussi grand soin de sa nutrition et son sommeil en plus de reposer sa tête.
  «Pour progresser, il faut réparer la maison avec du ciment après avoir cassé les briques durant l’entraînement», image-t-il.
  Record à Chamonix
  Retour sur ce fait d’armes à la fin août 2022 devant des milliers de spectateurs à Chamonix. Blanchard a franchi la ligne d’arrivée cinq minutes après le vainqueur, Jornet, et 40 minutes devant son plus proche poursuivant.
  En courant sous la barre des 20 heures à l’UTMB, Jornet et Blanchard sont devenus les premiers à y arriver.
  S’affaissant d’exténuation à l’arrivée, le Québécois raconte avoir pris des mois à retrouver sa pleine vitalité, sa hargne et sa motivation.
  
          
            
                
                  
                  
                
              
                  
                    
                    L’Espagnol Kilian Jornet accueille Mathieu Blanchard, au sol, après que ce dernier eut traversé le fil d’arrivée en moins de 20 heures à l’édition 2022 de l’Ultra-Trail du Mont-Blanc.
                  
                  
                    
                    “Photos d’archives, AFP”
                  
              
            
          
        
  
  «Mon foie et mes reins avaient beaucoup souffert. Côté psychologique, c’est aussi très difficile, car à un certain moment, la tête ne suit plus. Le corps se remet plus vite que la tête en fait.»
  Double tranchant
  À l’automne 2020, un an après sa décision de laisser son emploi d’ingénieur à Montréal et devenir coureur professionnel, Blanchard est bloqué par la pandémie. Il s’inscrit et figure finalement parmi les 24 participants à la populaire émission française de téléréalité Koh-Lanta : Les 4 Terresaux îles Fidji, diffusée sur la chaîne TF1 et regardée par plus de cinq millions de téléspectateurs.
  Une expérience frappante, tant positive que négative sur sa nouvelle carrière.
  «D’abord, ça m’a amené une plus grande visibilité médiatique et ajouté des membres à ma communauté sur les réseaux sociaux. Mes contrats ont été négociés à la hausse avec mes partenaires, car les paysages magnifiques que j’affiche et la création de contenu a beaucoup d’importance peur eux, explique-t-il.
  «De l’autre côté, cette émission m’a collé une étiquette de gars de téléréalité sur le circuit ultra-trail. J’étais bon et beau pour sourire à la télé, mais je ne valais rien sur les sentiers. Les médias et les gens n’étaient pas tendres envers moi.
  «Ma troisième place à l’UTMB, le Super Bowl de ma discipline, tout de suite après Koh-Lanta en 2021, a changé cette image de mec de télé. C’était un bon pied de nez à ceux qui disaient du mal de moi. Et ça démontre ma passion tant pour ce sport que le trail.»
  
          
            
                
                  
                  
                
              
                  
                    
                    Sur le podium de l’édition 2022 de l’Ultra-Trail du Mont-Blanc, Mathieu Blanchard est accompagné de l’Espagnol Kilian Jornet et du Britannique Thomas Evans.
                  
                  
                    
                    “Photos d’archives, AFP”
                  
              
            
          
        
  
  Une transformation
  Très populaire en Europe, l’ultra-trail est en forte croissance. «Les enjeux financiers sont énormes, dit-il alors que l’UTMB a récemment fait l’objet d’un appel au boycottage. Le sport se reconstruit avec les enjeux politiques.»
  Cette année, Blanchard souhaite relever un nouveau défi. En plus de sa quête de l’or à l’UTMB, il veut enfin participer à la Diagonale des Fous sur l’île de La Réunion. Il ne s’y est jamais mesuré malgré ses deux présences aux réunions d’information.
  
  À l’assaut des montagnes: troquer les souliers pour les planches
  
          
            
                
                  
                  
                
              
                  
                    
                    L’épreuve de la Patrouille des Glaciers se déroule dans les Alpes suisses.
                  
                  
                    
                    “Photo COURTOISIE LA PATROUILLE DES GLACIERS – ARLETTAZ YANNICK”
                  
              
            
          
        
  
  Ayant fait sa marque dans les courses d’ultra un peu partout sur la planète, Mathieu Blanchard s’est lancé un nouveau défi cette année. Il troque les souliers pour les skis en participant à la célèbre épreuve militaire de la Patrouille des Glaciers, dans les Alpes suisses, à la mi-avril.
  La compétition en équipe de quatre se déroule en haute montagne. Deux parcours sont proposés: la petite patrouille reliant Arolla à Verbier, longue de 39,6 km et grugeant 2200 mètres de dénivelé positif, et la grande patrouille raccordant la populaire station de Zermatt à Verbier. Ce trajet de 57,5 km exige de monter 4380 mètres de dénivelé positif.
  La Patrouille des Glaciers est en quelque sorte le prolongement des épreuves ultra-trail du Mont-Blanc et du Tor des Géants, mais sous la formule du ski-alpinisme.
  «C’est du nouveau pour moi, car je n’ai jamais vraiment skié de ma vie, affirme Blanchard alors qu’il se trouvait dans la station des 2 Alpes au moment de l’entrevue avec Le Journal. Il y suivait des cours intensifs de ski alpin depuis le début de l’hiver.
  «Je veux y participer pour découvrir la discipline. L’objectif, c’est de terminer la course», indique celui qui y va pour le long trajet, évidemment.
  Équipé pour skier l’Everest!
  Cette compétition se caractérise par sa longueur, son dénivelé et le profil de son parcours.
  Le trajet de la petite patrouille a été réalisé dans un temps record de 3 heures 32 minutes et 7 secondes en 2018. La distance de la grande patrouille a été franchie en 5 heures, 35 minutes, 27 secondes la même année.
  En plus de courir avec leur équipement durant l’épreuve, les cordées montent et dévalent les cols enneigés. Elles font aussi de périlleux portages en haute altitude.
  
          
            
                
                  
                  
                
              
                  
                    
                    L’épreuve de la Patrouille des Glaciers se déroule dans les Alpes suisses.
                  
                  
                    
                    “Photo COURTOISIE LA PATROUILLE DES GLACIERS – JULIEN FRANZINI”
                  
              
            
          
        
  
  Avec l’équipement de ski et tout le matériel nécessaire d’alpinisme, dont une pelle, un piolet et une sonde à neige, les participants doivent être en mesure d’évaluer les dangers en montagne, techniquement et tactiquement. Ils sont aussi appelés à s’orienter, se déplacer en sécurité, à skis, encordés, jour et nuit, en plus de savoir juger les situations d’avalanche et des conditions de neige.
  Tous les ingrédients sont donc réunis pour une compétition extrême, haute en émotions, courue par des milliers de spectateurs.
  
          
            
                
                  
                  
                
              
                  
                    
                    L’épreuve de la Patrouille des Glaciers se déroule dans les Alpes suisses.
                  
                  
                    
                    “Photo COURTOISIE LA PATROUILLE DES GLACIERS – ARLETTAZ YANNICK”

Donnez un titre à ce contenu

Mathieu Blanchard

MATHIEU BLANCHARD

Mathieu Blanchard a participé à l’Ultra Trail du Mont Blanc (UTMB), une course d’endurance renommée dans les Alpes, à 4 occasions, terminant d’ailleurs au second rang à l’édition 2022. PHOTO FOURNIE PAR MATHIEU BLANCHARD

36 ans – Montréal

D’origine française, coureur professionnel et aventurier

· Ultra Trail du Mont Blanc · Marathon des Sables · TransMartinique

Pourquoi?

«Le monde de l’aventure nous sort de notre zone de confort. J’ai trouvé le plus de plaisir et de l’épanouissement dans la pratique de l’ultra trail. C’est ma nature et personnalité qui peut s’exprimer.»

Il n’y a pas si longtemps, l’ingénieur Mathieu Blanchard arpentait à la course les rues de Montréal pour se rendre au boulot et les sentiers du Québec pour s’amuser. Une pandémie, une exotique émission de téléréalité française et de nombreux records en poche plus tard, il figure parmi l’élite mondiale de son sport en se mesurant à des défis extrêmes.

En France, son pays d’origine avant de s’exiler vers le Québec et obtenir sa citoyenneté canadienne, son nom n’est plus à faire. Il s’inscrit parmi les vedettes des courses d’ultra très prisées et médiatisées à travers l’Europe.

Chez nous, il s’est fait connaître, entre autres, à l’Ultra-Trail Harricana (UTHC), où il avait établi un record à l’épreuve de 80 km en 2016, en plus des autres courses d’endurance auxquelles il avait participé.

En 2022, il a inscrit son nom dans le livre d’histoire de la prestigieuse course de l’Ultra-Trail du Mont-Blanc (UTMB) en franchissant le fil d’arrivée en moins de 20 heures, précédé d’un autre grand nom de sa discipline, Kilian Jornet, membre du top 3 mondial.

MATHIEU BLANCHARD

En août 2022, Mathieu Blanchard célèbre en terminant l’Ultra-Trail du Mont-Blanc, une course de 171 km en montagnes, au second rang. Avec Kilian Jornet, ils deviennent les premiers coureurs de l’histoire de cette compétition à fracasser la barre des 20 heures. “Photos d’archives, AFP”

De l’argent au chocolat

À sa manière, Blanchard détient le record du nombre de médailles à l’UTMB, la course en sentiers la «plus mythique et prestigieuse au monde». Celle-ci s’étire sur 171 km en sentiers dans les montagnes de trois pays en avalant 10 000 mètres de dénivelé positif. Elle fait le tour du légendaire Mont-Blanc, ayant comme point de départ et arrivée Chamonix.

«En fait, je possède la médaille d’argent, la médaille de bronze et la médaille de chocolat pour la quatrième place. Il ne me manque que la plus importante, l’or», résume avec humour l’athlète ayant passé chez les pros en 2019, en entrevue téléphonique avec Le Journal depuis un camp perché dans les Alpes.

Justement, parlant de cacao, Blanchard estime que, pour lui, courir des épreuves d’ultra lui procure autant de plaisir que de manger du chocolat. Chacun ses plaisirs!

MATHIEU BLANCHARD

Le coureur d’ultra-trail québécois d’origine française, Mathieu Blanchard. COURTOISIE MATHIEU BLANCHARD “PHOTO FOURNIE PAR MATHIEU BLANCHARD”

«C’est là où j’ai trouvé le plus de plaisir et d’épanouissement. C’est ma nature et ma personnalité qui s’expriment dans ce sport. Le monde de l’aventure nous sort de notre zone de confort, souligne celui qui compte aussi la médaille de bronze au Marathon des Sables (2023) et des victoires à plusieurs courses, dont la TransMartinique (2017) et la Trace du Nord Basse-Terre de Guadeloupe (2018).

«Il faut savoir s’adapter à tous les types de terrains et les conditions climatiques difficiles», ajoute l’athlète de 36 ans.

MATHIEU BLANCHARD

En avril 2023, à sa deuxième participation au Marathon des Sables sur 250 km dans le désert du Sahara au Maroc, Mathieu Blanchard a terminé au 3e rang. “Photos d’archives, AFP”

Aventurier de nature

Aujourd’hui, il se promène à travers l’Amérique et l’Europe pour participer aux plus grandes épreuves d’ultra-trail. Dès qu’un défi de taille se présente, il lève la main.

En 2022, il était parti à l’aventure dans une expédition polaire de 240 km dans «l’œil du Québec». Accompagné d’un ami et aventurier français, il avait fait le tour du réservoir Manicouagan à la fin février quand le mercure plongeait loin sous le point de congélation.

Blanchard n’a donc jamais froid aux yeux. Il a déjà participé à un triathlon Ironman pour «s’amuser».

«En le comparant aux courses de trail, ce n’est pas le même engagement physique et mental, croit-il.

«Ce n’est plus la distance qui me fait peur, car j’ai développé mon corps pour la franchir, assure celui qui gambade sur des centaines de kilomètres. Ce qui m’effraie, c’est la vitesse pour y arriver. On peut se faire très mal. Le corps met des semaines et des mois à s’en remettre», explique celui qui diminue ses présences par année.

MATHIEU BLANCHARD

Le coureur d’ultra trail québécois d’origine française, Mathieu Blanchard. COURTOISIE MATHIEU BLANCHARD “PHOTO FOURNIE PAR MATHIEU BLANCHARD”

Dans sa préparation, il explique qu’il doit bien gérer son énergie. La charge d’entraînement doit respecter l’équation du volume et de l’intensité. Il prend aussi grand soin de sa nutrition et son sommeil en plus de reposer sa tête.

«Pour progresser, il faut réparer la maison avec du ciment après avoir cassé les briques durant l’entraînement», image-t-il.

Record à Chamonix

Retour sur ce fait d’armes à la fin août 2022 devant des milliers de spectateurs à Chamonix. Blanchard a franchi la ligne d’arrivée cinq minutes après le vainqueur, Jornet, et 40 minutes devant son plus proche poursuivant.

En courant sous la barre des 20 heures à l’UTMB, Jornet et Blanchard sont devenus les premiers à y arriver.

S’affaissant d’exténuation à l’arrivée, le Québécois raconte avoir pris des mois à retrouver sa pleine vitalité, sa hargne et sa motivation.

MATHIEU BLANCHARD

L’Espagnol Kilian Jornet accueille Mathieu Blanchard, au sol, après que ce dernier eut traversé le fil d’arrivée en moins de 20 heures à l’édition 2022 de l’Ultra-Trail du Mont-Blanc. “Photos d’archives, AFP”

«Mon foie et mes reins avaient beaucoup souffert. Côté psychologique, c’est aussi très difficile, car à un certain moment, la tête ne suit plus. Le corps se remet plus vite que la tête en fait.»

Double tranchant

À l’automne 2020, un an après sa décision de laisser son emploi d’ingénieur à Montréal et devenir coureur professionnel, Blanchard est bloqué par la pandémie. Il s’inscrit et figure finalement parmi les 24 participants à la populaire émission française de téléréalité Koh-Lanta : Les 4 Terresaux îles Fidji, diffusée sur la chaîne TF1 et regardée par plus de cinq millions de téléspectateurs.

Une expérience frappante, tant positive que négative sur sa nouvelle carrière.

«D’abord, ça m’a amené une plus grande visibilité médiatique et ajouté des membres à ma communauté sur les réseaux sociaux. Mes contrats ont été négociés à la hausse avec mes partenaires, car les paysages magnifiques que j’affiche et la création de contenu a beaucoup d’importance peur eux, explique-t-il.

«De l’autre côté, cette émission m’a collé une étiquette de gars de téléréalité sur le circuit ultra-trail. J’étais bon et beau pour sourire à la télé, mais je ne valais rien sur les sentiers. Les médias et les gens n’étaient pas tendres envers moi.

«Ma troisième place à l’UTMB, le Super Bowl de ma discipline, tout de suite après Koh-Lanta en 2021, a changé cette image de mec de télé. C’était un bon pied de nez à ceux qui disaient du mal de moi. Et ça démontre ma passion tant pour ce sport que le trail.»

MATHIEU BLANCHARD

Sur le podium de l’édition 2022 de l’Ultra-Trail du Mont-Blanc, Mathieu Blanchard est accompagné de l’Espagnol Kilian Jornet et du Britannique Thomas Evans. “Photos d’archives, AFP”

Une transformation

Très populaire en Europe, l’ultra-trail est en forte croissance. «Les enjeux financiers sont énormes, dit-il alors que l’UTMB a récemment fait l’objet d’un appel au boycottage. Le sport se reconstruit avec les enjeux politiques.»

Cette année, Blanchard souhaite relever un nouveau défi. En plus de sa quête de l’or à l’UTMB, il veut enfin participer à la Diagonale des Fous sur l’île de La Réunion. Il ne s’y est jamais mesuré malgré ses deux présences aux réunions d’information.

À l’assaut des montagnes: troquer les souliers pour les planches

MATHIEU BLANCHARD

L’épreuve de la Patrouille des Glaciers se déroule dans les Alpes suisses. “Photo COURTOISIE LA PATROUILLE DES GLACIERS – ARLETTAZ YANNICK”

Ayant fait sa marque dans les courses d’ultra un peu partout sur la planète, Mathieu Blanchard s’est lancé un nouveau défi cette année. Il troque les souliers pour les skis en participant à la célèbre épreuve militaire de la Patrouille des Glaciers, dans les Alpes suisses, à la mi-avril.

La compétition en équipe de quatre se déroule en haute montagne. Deux parcours sont proposés: la petite patrouille reliant Arolla à Verbier, longue de 39,6 km et grugeant 2200 mètres de dénivelé positif, et la grande patrouille raccordant la populaire station de Zermatt à Verbier. Ce trajet de 57,5 km exige de monter 4380 mètres de dénivelé positif.

La Patrouille des Glaciers est en quelque sorte le prolongement des épreuves ultra-trail du Mont-Blanc et du Tor des Géants, mais sous la formule du ski-alpinisme.

«C’est du nouveau pour moi, car je n’ai jamais vraiment skié de ma vie, affirme Blanchard alors qu’il se trouvait dans la station des 2 Alpes au moment de l’entrevue avec Le Journal. Il y suivait des cours intensifs de ski alpin depuis le début de l’hiver.

«Je veux y participer pour découvrir la discipline. L’objectif, c’est de terminer la course», indique celui qui y va pour le long trajet, évidemment.

Équipé pour skier l’Everest!

Cette compétition se caractérise par sa longueur, son dénivelé et le profil de son parcours.

Le trajet de la petite patrouille a été réalisé dans un temps record de 3 heures 32 minutes et 7 secondes en 2018. La distance de la grande patrouille a été franchie en 5 heures, 35 minutes, 27 secondes la même année.

En plus de courir avec leur équipement durant l’épreuve, les cordées montent et dévalent les cols enneigés. Elles font aussi de périlleux portages en haute altitude.

MATHIEU BLANCHARD

L’épreuve de la Patrouille des Glaciers se déroule dans les Alpes suisses. “Photo COURTOISIE LA PATROUILLE DES GLACIERS – JULIEN FRANZINI”

Avec l’équipement de ski et tout le matériel nécessaire d’alpinisme, dont une pelle, un piolet et une sonde à neige, les participants doivent être en mesure d’évaluer les dangers en montagne, techniquement et tactiquement. Ils sont aussi appelés à s’orienter, se déplacer en sécurité, à skis, encordés, jour et nuit, en plus de savoir juger les situations d’avalanche et des conditions de neige.

Tous les ingrédients sont donc réunis pour une compétition extrême, haute en émotions, courue par des milliers de spectateurs.

MATHIEU BLANCHARD

L’épreuve de la Patrouille des Glaciers se déroule dans les Alpes suisses. “Photo COURTOISIE LA PATROUILLE DES GLACIERS – ARLETTAZ YANNICK”

Rewrite this content in French Mathieu Blanchard Mathieu Blanchard a participé à l’Ultra Trail du Mont Blanc (UTMB), une course d’endurance renommée dans les Alpes,

ADVERTISEMENT