Nouvelles Du Monde

Le cauchemar de Colomb pour convaincre les Rois Catholiques de son voyage

Le cauchemar de Colomb pour convaincre les Rois Catholiques de son voyage

2024-04-19 10:28:24

C’était une histoire universelle, celle qui doit être capitalisée. Le 17 avril 1492 se termine une époque bien connue, celle médiévale. Et tout cela, dans le feu de l’accord signé à Grenade entre les Rois Catholiques et Don Christophe Colomb. Le document en question est entré dans l’histoire sous le nom de Capitulations de Santa Fe ; cinq chapitres dans lesquels leurs majestés ont approuvé le voyage du marin à travers l’Atlantique et – entre autres vicissitudes – lui ont accordé des titres sur les terres découvertes. En eux, le titre d’Amiral des territoires conquis était donné aux Génois, on lui donnait une dîme sur les trésors trouvés… Et son long « chemin de croix » de deux décennies à la recherche de soutien pour commencer sa quête prenait fin.

«À Santa Fe, le monde était achevé. Sur le papier, les Rois Catholiques ont donné à Colomb le pouvoir d’entreprendre sa grande aventure ; En pratique, ils ont marqué le début d’une nouvelle ère : celle des temps modernes. José Soto Chica – docteur en histoire médiévale, professeur contractuel à l’Université de Grenade et chercheur au Centre d’études byzantines, néo-grecques et chypriotes de Grenade – est clair sur le fait que cette ville était clé pour l’avenir de l’Espagne. Et c’est pourquoi il a promu la célébration du 1er Festival de littérature historique dans la ville. L’événement s’ajoute également au programme avec lequel la région commémore chaque année la signature des Capitulations et qui est célébrée depuis 1961.

« Le festival naît d’une question que l’on nous pose souvent : les Capitulations étaient-elles importantes ? Aujourd’hui, il y a un besoin d’histoire. Et c’est normal, car historiquement, beaucoup de choses ont été manipulées. La société veut savoir et nous allons répondre à ce besoin avec une infinité de présentations, de dédicaces, de visites de lieux clés et de tables rondes”, explique l’expert. L’événement, ce “point de rencontre” que Soto Chica met en avant, a débuté jeudi dernier par une proclamation et se terminera dimanche. “En fin de compte, l’idée est que Santa Fe est le point de rencontre de la littérature”, affirme-t-il.

Lire aussi  Calmer la sciatique : conseils et astuces

Route horrible

Mais le futur amiral a dû beaucoup ramer pour atteindre Santa Fe. Car oui, on a beaucoup parlé du voyage de découverte de Colomb, mais peu de l’épreuve qu’il a vécue pour convaincre la monarchie de la réalisation de son projet : la découverte d’une nouvelle route vers l’Inde. – était plausible. En fait, ses premiers pas n’ont pas été faits dans cette Espagne originelle qui luttait contre les musulmans, mais au Portugal. Là, vers 1470, il commença son voyage par une série d’audiences avec le monarque portugais Jean II. Et toutes se sont terminées par un désastre, comme l’expliquait quelque temps plus tard le même navigateur dans une lettre manuscrite: «Je suis allé chez le roi du Portugal, qui comprenait la découverte plus que quiconque, mais en quatorze ans, je n’ai pas pu lui faire comprendre ce que je dit. “.

Colomb a quitté le Portugal piqué et vilipendé. Pour Jean IerMoi et ses acolytes de cour, n’étions rien de plus qu’un « homen falador e glorioso » ; un fanfaron digne de « peu de crédit » qu’il fallait expédier à la vitesse de l’éclair. Les documents que nous avons laissés de cet épisode – une lettre qu’il reçut quelques années plus tard – confirment également que le navigateur portait sur son dos certains crimes perpétrés sur les terres portugaises ; difficile de savoir lequel. Au-delà des ragots et des ragots, la réalité est qu’il a déjà établi sa résidence royale sur les terres espagnoles au printemps 1485 dans le but de présenter le même projet aux Rois Catholiques.

Le changement de camp n’aurait pas pu être plus sanglant ; À cette époque, et même si la Reconquista était au sommet des problèmes de leurs majestés, l’Atlantique était aussi un plateau de jeu clé.

Lire aussi  Samsara Joyride - Le subtil et le dense

Mais la vieille Castille n’était pas un lit de roses ; bien au contraire. La première chose que fit Colomb fut de visiter le couvent franciscain de La Rábida, à Huelva. Son choix n’est pas fortuit puisque des expéditions maritimes partaient déjà de ces terres vers l’Afrique et certaines îles de l’Atlantique. Qui de mieux que ces religieux pour comprendre leurs projets. Le hasard voulut que dans ce lieu saint elle rencontrât Juan Pérez, l’ancien confesseur de la reine, et qu’il fut ébloui par son projet. À partir de là, la roue des contacts s’est mise à tourner. Après mille rencontres, son nouvel ami lui écrit une lettre d’introduction à Hernando de Talavera, alors l’un des plus proches confidents d’Isabel. Et ainsi, grâce à des faveurs, la rumeur parvint à la monarchie selon laquelle un type qui se disait navigateur avait un étrange plan pour traverser la soi-disant Mer Noire.

Il s’agit d’une version de l’histoire, mais pas la seule. Il y a encore une discussion en direct entre les experts qui défendent que son premier partisan était Juan Pérez, et ceux qui soutiennent qu’il s’agissait en réalité du cosmographe et humaniste Antonio de Marchena. Et cela a un certain sens, puisque le second a également rencontré Colomb et a été attiré par son projet dès le début. Le fait que les deux personnages aient été fusionnés par erreur par les historiens n’a pas aidé à révéler l’énigme. Bien au contraire : il a jeté de l’essence sur le feu. Au-delà des théories des uns et des autres, les chroniques racontent que le marin a laissé son fils Diego avec sa belle-sœur et s’est rendu à Cordoue, où se trouvaient alors Isabel et Fernando. Là, ce parfait inconnu était aux frais du Conseil Royal, le corps itinérant chargé d’étudier les affaires de leurs majestés.

Mille possibilités

La lettre de recommandation fit son effet ; Grâce à elle, les rois demandèrent au Conseil d’entendre le marin « plus particulièrement et de constater la qualité de l’affaire et les preuves qu’il donnait ». Bien qu’ils n’aient pas précisé que c’était rapide et que le navigateur a dû attendre des semaines jusqu’à ce qu’il soit reçu par l’agence. On sait peu de choses sur cette première rencontre. Lourdes Díaz-Trechuelo, biographe de Colón, soutient que le requérant a dû être clairsemé et qu’il n’a pas révélé les points les plus décisifs du projet. C’est peut-être pour cela que la résolution n’était pas favorable. Cela aurait pu être la fin du chemin, mais le navigateur s’est montré aussi tenace qu’insistance et, par l’intermédiaire de ses amis, a exigé un entretien avec Isabel et Fernando. Cette fois, la déesse Fortuna lui sourit et les monarques acceptèrent de lui accorder une brève audience à Alcalá de Henares.

Lire aussi  Le sort incertain des Jeux d'hiver de 2030, les Jeux maudits qui ont bien failli se terminer dans les Pyrénées

L’entretien avec les Rois Catholiques a été le germe du voyage, mais pas la fin du chemin. Entre janvier 1486 et avril 1492, Colomb est contraint de vivre dans la misère en Andalousie. Pendant des mois, son seul revenu était les maigres maravédis que les monarques lui donnaient de temps en temps – entre 3 000 et 4 000 à chaque fois qu’ils se souvenaient de lui – et les pièces de monnaie qu’il gagnait grâce à la vente des « maraves » (cartes marines) qu’il possédait. il dessinait et vendait dans différents ports. Peu de temps après, il devint marchand de livres imprimés, qui étaient encore rares malgré le fait que l’imprimerie commençait déjà à étendre ses tentacules sur la moitié de l’Espagne.

La clé est qu’il n’est jamais resté immobile. À chaque voyage, il déplaçait ses contacts comme un nid de frelons pour gagner des adeptes à sa cause. L’exemple le plus clair est celui du duc de Medina Sidonia, Don Enrique de Guzmán. Et ce n’était qu’un parmi tant d’autres. Puis vinrent finalement les Capitulations de Grenade.



#cauchemar #Colomb #pour #convaincre #les #Rois #Catholiques #son #voyage
1713599823

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT