Nouvelles Du Monde

L’apartheid contre les Palestiniens doit être démantelé maintenant

L’apartheid contre les Palestiniens doit être démantelé maintenant

2024-04-22 17:55:37

L’augmentation alarmante de la violence des colons israéliens contre la population palestinienne en Cisjordanie occupée ces derniers jours souligne la nécessité urgente de démanteler les colonies illégales et de mettre fin à l’occupation israélienne des territoires palestiniens occupés (TPO) et à sa prolongation. système d’apartheid», a déclaré Amnesty International.

Entre le 12 et le 16 avril, des centaines de colons israéliens ont lancé une vague d’attaques violentes et meurtrières contre des villages palestiniens de Cisjordanie, notamment Al Mughayyir, Duma, Deir Dibwan, Beitin et Aqraba. Lors de ces attaques, au cours desquelles des colons ont incendié des maisons, des arbres et des véhicules, les colons ou les forces israéliennes ont tué au moins quatre Palestiniens, dont Omar Hamed, 17 ans, près de Ramallah, et deux hommes – Abdulrahman Bani Fadel Mohammed Bani Jami’ – abattus près de Ramallah. Naplouse. Lors du dernier acte de violence, un secouriste palestinien a été abattu dans le village d’Al Sawiya, au sud de Naplouse, le 20 avril.

Des vidéos vérifiées par le laboratoire de test du programme de réponse aux crises d’Amnesty International montrent que les forces israéliennes présentes ne sont pas intervenues lors des attaques de colons à Deir Dibwan, à l’est de Ramallah. Des témoignages recueillis par l’organisation indiquent également que des membres de l’armée israélienne se sont joints aux attaques ou sont restés à l’écart, sans empêcher les violences, à Aqraba, au sud-est de Naplouse, et à Kufr Malik, au nord-est de Ramallah.

« L’horrible augmentation de la violence des colons contre la population palestinienne ces derniers jours fait partie d’une campagne de plusieurs décennies, soutenue par l’État, visant à déposséder, déplacer et opprimer les Palestiniens en Cisjordanie occupée, y compris à Jérusalem-Est, sous l’apartheid israélien. « Les forces israéliennes ont l’habitude d’alimenter la violence des colons et il est scandaleux qu’une fois de plus ces forces soient restées les bras croisés et, dans certains cas, aient participé à ces attaques brutales », a déclaré Heba Morayef, directrice régionale d’Amnesty International pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.

Lire aussi  Siemens Gamesa: Les éoliennes, une fois et demie plus larges que la cathédrale de Cologne, sont hautes

« L’établissement de colonies israéliennes dans les territoires palestiniens occupés constitue une violation flagrante du droit humanitaire international et constitue un crime de guerre. La violence fait partie intégrante de l’établissement et de l’expansion de ces colonies et du maintien de l’apartheid. Il est temps que le monde le reconnaisse et fasse pression sur les autorités israéliennes pour qu’elles respectent le droit international en suspendant immédiatement l’expansion des colonies et en éliminant toutes les colonies existantes. »

Au cours des six derniers mois, la violence des colons a augmenté de façon spectaculaire, mais la plus récente augmentation des attaques est survenue après la disparition d’un garçon israélien de 14 ans, Binyamin Ahimeir, de la colonie illégale de Mal’achei Hashalom, au nord-est de Ramallah, qui a été retrouvé mort le lendemain.

Violence des colons soutenue par l’État

Des incidents enregistrés sur vidéo à Deir Dibwan le 13 avril et vérifiés par Amnesty International montrent des soldats israéliens attendant pendant que des colons israéliens détruisent des biens palestiniens. Images de caméras de vidéosurveillance de l’ONG israélienne Yesh Din montrent deux personnes entrant dans un garage et incendiant une voiture, tandis que deux soldats israéliens se tiennent à proximité. Les soldats s’abstiennent également d’intervenir et regardent quand les colons israéliens ils ont mis le feu à une barricade bloquant ainsi la route principale qui mène à la ville. Une autre vidéo montre des civils palestiniens jetant des pierres sur les militaires tandis que des bruits probables de coups de feu se font entendre.

Lors d’un autre incident, des colons ont ouvert le feu sur deux jeunes hommes – Abd al Rahman Bani Fadel et Mohammed Bani Jami’ – dans le village de Khirbet Twayyil, près d’Aqraba, au sud de Naplouse, selon le maire d’Aqraba, Salah Bani. Dans une déclaration publiée sur les réseaux sociaux, les forces israéliennes ont déclaré qu’une enquête préliminaire avait indiqué qu’elles n’étaient pas responsables de ces décès. Des séquences vidéo vérifiées confirment que l’armée israélienne était sur les lieux lors de l’incident et montrent des groupes de Palestiniens fuyant tandis que des bruits probables de coups de feu se font entendre.

Lire aussi  les décombres, le feu, les voix. «Un missile du Jihad»- Corriere.it

Le maire a déclaré à Amnesty International qu’il avait vu des membres de l’armée israélienne se tenir là pendant l’attaque :

« Non seulement l’armée était là et n’a rien fait : aujourd’hui, il ne faut pas dire que les colons attaquent protégés par l’armée, mais que l’armée est sous la protection des colons. »

Il a ajouté que la relation entre l’armée gouvernementale israélienne et les colons est « complémentaire » et que les autorités israéliennes poursuivent des pratiques systématiques telles que la confiscation des terres, la démolition des maisons et l’interdiction de l’accès aux terres agricoles.

Muntaser al Maliki, un habitant de Kufr Malik, un autre des villages attaqués, a déclaré avoir vu des Israéliens vêtus d’uniformes militaires participer aux attaques du 14 avril. Il a déclaré à Amnesty International :

« Ce qui se passe actuellement, c’est l’effacement des êtres humains, des arbres, des pierres et de tout ce qui est palestinien, par les colons avec le soutien de l’armée. Ces attaques sont systématiques et bénéficient du soutien et de la protection de l’armée. Parmi les assaillants se trouvaient également des colons vêtus d’uniformes militaires. La situation est franchement désastreuse […] La solution est de déraciner et de démanteler toutes les colonies », a-t-il déclaré.

Des images fournies par un habitant de Kufr Malik et vérifiées par Amnesty International montrent des soldats donnant des coups de pied puis arrêtant un civil agenouillé au sol. Les soldats sont accompagnés d’un homme qui ressemble à un colon israélien.

Selon les médias, lors d’une attaque menée par des colons à Al Mughayyir, près de la colonie illégale de Mal’achei Hashalom, 25 personnes ont été blessées par des balles réelles et des maisons et des véhicules ont été incendiés. Les affrontements ont fait un mort, Jihad Afif. .Sedqui Abou Aliah.

Des images publiées sur les réseaux sociaux le 12 avril et vérifiées par Amnesty International montrent des colons israéliens encerclant une propriété du village et affrontant des Palestiniens qui se cachaient sur le toit.

Lire aussi  Après six mois, Falcao García débutera avec Rayo Vallecano

Les attaques des colons contre la population palestinienne en Cisjordanie, y compris à Jérusalem-Est, étaient déjà systématiques, mais se sont multipliées depuis l’attaque du 7 octobre. Selon B’Tselem, depuis cette date, la violence des colons a déjà déplacé près de 20 communautés.

De nombreux villages attaqués ces derniers jours – notamment Al Mughayyir, Kufr Malik et Khirbet Abu Falah – abritent des communautés bédouines palestiniennes récemment déplacées, chassées de leurs communautés du nord-est de Ramallah par la violence des colons.

Un Palestinien déplacé d’Al Muarrajat a déclaré à Amnesty International que ces attaques se sont intensifiées au cours des cinq dernières années.

Cette violence n’est pas nouvelle dans notre communauté. Nous subissons leurs attaques [de los colonos] à Al Muarrajat depuis 2018 et s’est intensifiée de manière effrayante depuis le 7 octobre […] Partout où nous allons, ils viennent nous déplacer à nouveau. Les gens viennent nous rendre visite et nous disent de tenir bon, mais comment pouvons-nous tenir bon lorsque nos vies, nos moyens de subsistance et celles de nos fils et de nos filles sont en danger ? Il s’agit d’une politique systématique qui permet aux colons d’attaquer les résidents et de tout incendier, et personne ne fait rien pour les arrêter.».

En février, le gouvernement de Les États-Unis imposent des sanctions à quatre colons israéliens des hommes violents accusés d’être impliqués dans des attaques en Cisjordanie. Le Royaume-Uni et la France ont emboîté le pas. L’administration Biden a imposé une nouvelle série de sanctions le 19 avril.

« Les attaques les plus récentes nous rappellent brutalement qu’imposer des sanctions à des colons violents ne s’attaque pas aux causes profondes de la violence, telles que l’expansion incessante des colonies, l’occupation israélienne et le système d’apartheid », a conclu Heba Morayef.

« Ne pas s’attaquer à ces causes profondes et tenir Israël pour responsable de ses violations du droit international revient à permettre la poursuite de la dépossession et de l’oppression de la population palestinienne. »




#Lapartheid #contre #les #Palestiniens #doit #être #démantelé #maintenant
1713943822

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT