Nouvelles Du Monde

L’Allemagne et la politique avant le match de la DFB contre la Hongrie

L’Allemagne et la politique avant le match de la DFB contre la Hongrie

2024-06-19 14:51:58

Wie haben Sie den EM-Start erlebt?

Ich stehe noch ganz unter dem Eindruck des 5:1. Aber lassen Sie mich trotzdem anders anfangen: Ich bin frühmorgens am Spieltag mit dem Zug angereist, von Köln nach München, 6.44 Uhr, gegen acht bin ich dann mal vorsichtig durch den Wagen gegangen und habe sehr viel vom schottischen Liedgut mitbekommen. In einem Abteil lagen sechs schottische Fans mit dem Kopf auf der Tischplatte, und wenn ich das Leergut hätte einsammeln dürfen, hätte ich davon ein schönes Abendessen mit meiner Frau bezahlen können.

Gehören Sie zu denjenigen, die sich von dem Turnier, das für die DFB-Auswahl an diesem Mittwoch (18.00 Uhr im F.A.Z.-Liveticker zur Fußball-EM, in der ARD und bei MagentaTV) mit dem Spiel gegen Ungarn weitergeht, eine Wirkung auf die Gesellschaft über den Fußballplatz hinaus erhoffen, oder zu denjenigen, die sagen: Lasst uns einen tollen Sommer haben?

In dem Fall sehe ich mich zwischen den Extremen. Wir sind in einer Branche, die mit und durch die Öffentlichkeit viel Geld verdient. Das geht nur, solange wir die gesellschaftliche Anerkennung haben für das, was wir tun. Deswegen trifft beides zu: Auf der einen Seite dürfen wir das Turnier nicht so sehr überladen, diesen Stein kann keiner im Rucksack tragen. Auf der anderen Seite denke ich schon, dass von uns etwas ausgehen kann. Das merkt man, das spüre ich zumindest so.

Mit dem Spiel gegen Schottland als Auslöser?

Ich habe den Eindruck, dass am Freitagabend wieder etwas passiert ist. Das ist ein zartes Pflänzchen des Optimismus, das gesät wurde. Das habe ich kürzlich auch zu Robert Habeck (Bundeswirtschaftsminister/d. Red.) gesagt, als ich mit ihm zusammensaß. Auch wenn die Heim-EM vielleicht nur eine Steigerung von 0,1 Prozent des Bruttoinlandsprodukts bedeutet. Ich will das nicht nur an harten Fakten festmachen: Der Kopf ist das Entscheidende, die Psychologie, sowohl im Fußball als auch in der Wirtschaft. Wenn eine positivere Grundstimmung herrscht, hilft das in allen Lebensbereichen, im Privaten, im Wirtschaftlichen, im Sport.

Aber hilft es bei den fundamentalen Problemen einer Gesellschaft, die sehr stark auseinanderdriftet, bei der zunehmende Teile nicht mehr auf dem Boden der demokratischen Grundlage stehen?

Da haben Sie recht, das empfinde ich auch. Aber allein die Tatsache, dass wir einen Kapitän haben, der seine familiären Wurzeln auch im Ausland hat und die Binde mit Stolz trägt, der sich klug äußert, der anerkannt ist – das sind Dinge, die Mut machen. Ich finde, wir müssen die positiven Kräfte, die das verkörpern, stärken. Ich habe auch Sorge um den Zusammenhalt, das kann man nicht wegdiskutieren und das wird auch ein Fußballspiel nicht verändern können. Aber es kann zumindest helfen, Unentschlossene auf die richtige Seite zu ziehen.

Aucune obligation de chanter : Andreas Rettig sur la discussion sur l’hymnephoto alliance/dpa/Revierfoto

Je ne pense pas que nous soyons une équipe apolitique ou politiquement désintéressée. Vous ne le remarquerez peut-être pas autant parce que les joueurs ne s’expriment pas autant publiquement. J’ai beaucoup aimé les commentaires de Joshua Kimmich et Julian Nagelsmann sur l’enquête du WDR (un quart des personnes interrogées souhaitaient davantage de Blancs dans la sélection allemande/ndlr). Ils s’y sont clairement positionnés.

D’une part, il s’agissait d’une réaction formulée avec des mots forts et clairs. D’un autre côté, il semblait aussi : ne gâchez pas notre Championnat d’Europe avec ce sujet. En fin de compte, cela va à l’encontre de l’enquête en tant que telle, mais son origine est grave : le racisme est un problème qui ne cesse de s’aggraver au lieu de diminuer.

C’est une chose que les résultats soient effrayants et que la sonnette d’alarme devrait retentir pour tout le monde si ce n’est déjà fait. L’autre chose, cependant, c’est que les joueurs ne voulaient pas faire de calculs en direction du Championnat d’Europe, mais qu’ils avaient un besoin honnête de soutenir leurs collègues.

Néanmoins, on a le sentiment que lorsqu’une question politique se pose, la Fédération allemande de football est très préoccupée par les dommages que cela pourrait causer au sport. Après la Coupe du monde au Qatar en 2022, la DFB a procédé à un réalignement : elle a d’abord considéré l’équipe nationale comme une pure équipe sportive.

Nous ne disons à personne : retenez-vous. Il n’y aura pas de muselière et nous ne conseillerons pas ceci ou cela. Nous avons une équipe de réflexion, mais je pense que c’est avant tout la tâche de Völler (directeur sportif des équipes nationales/éd.), Neuendorf (président/éd.), Rettig ou les membres du comité exécutif de s’impliquer dans de tels cas. pour affronter le vent. J’ai appelé à participer aux élections européennes, nous avons fait de la publicité autour du périmètre et notre président a fait des déclarations sociopolitiques. Nous ne fréquentons pas les centres de plongée, la politique et le sport ne peuvent être séparés.

Le maillot extérieur le plus vendu de l'histoire de la DFB sera également utilisé lors du match de Championnat d'Europe contre la Hongrie.
Le maillot extérieur le plus vendu de l’histoire de la DFB sera également utilisé lors du match de Championnat d’Europe contre la Hongrie.Alliance photo

Des sociologues nous ont parlé de l’importance pour les joueurs de s’exprimer. Parce que ce sont eux qui servent de modèles et qui s’adressent aux plus jeunes. Si vous regardez l’équipe de France, elle dit très clairement certaines choses.

Heureusement, nous n’avons pas de nouvelles élections.

Bien sûr, la situation est différente. Mais on peut encore douter que les joueurs nationaux allemands réagiraient de manière aussi offensive.

La DFB a pris l’initiative sur la question des « discours de haine » sur Internet et la poursuit avec l’aide du ministère public. Récemment, il y a eu un problème avec les équipes U – maintenant aussi avec l’équipe A ?

Heureusement pas à ce point, mais plutôt par des protagonistes sélectionnés individuellement.

Le cas de Julian Reichelt, qui sur sa plateforme Nius accuse l’acteur national et fervent musulman Antonio Rüdiger d’un geste radical.

Je ne suis pas sur les réseaux sociaux et je ne remarque pas cette bulle d’utilisateurs anonymes – heureusement. Mais je n’ai pas entendu dire que le problème était plus grave que d’habitude.

Malgré tout l’enthousiasme, on ne sait pas ce que le Championnat d’Europe va apporter. Si des incidents xénophobes et racistes surviennent, encourageriez-vous les joueurs à dire quelque chose ? Se débarrasser d’un message spécifique ?

Non. Cela doit venir de l’intérieur. Nous nous opposerions en tant qu’association si cela devait se produire. Mais nous ne recommandons pas à l’équipe : faites ceci ou cela. Seul le coach donne des recommandations à l’équipe.

Sentez-vous également qu’il existe une certaine envie du public de voir une équipe de football avant tout comme une équipe de football ?

Je suis aussi un fan de football et je dirais : le plus important n’est pas seulement d’être heureux du triomphe, de la coupe ou de la victoire du week-end. Ce qui est toujours important pour moi : si vous croyez en une équipe et avez le sentiment que, oui, ce sont de bons gars qui défendent les bons problèmes, alors vous pardonnez plus même une mauvaise passe. Je le dis aussi aux joueurs. C’est important. Je crois qu’il y a d’un côté un désir d’orientation, d’identification à une équipe avec laquelle je peux m’identifier, mais d’un autre côté il y a aussi une expérience sociale, le désir de développer un sentiment de communauté, un sentiment d’unité. . Et bien sûr, nous voulons gagner des matchs.

Notre sentiment était qu’une partie de l’auditoire était très soulagée par le démantèlement de la superstructure politique du Qatar.

Ce qui se passait au Qatar était également extrême ; des mondes se sont heurtés. Mais je préfère parler de la situation ici et maintenant. Je pense que c’est un sentiment positif pour beaucoup de gens, que beaucoup attendaient. Nous avons besoin de nouvelles positives en ces temps sombres, et celle de vendredi en était une.

Qu’attendez-vous des prochaines semaines ?

J’attends avec impatience le prochain match contre la Hongrie. Et aussi que nous porterons le maillot rose et violet dans ce match.

J’aime beaucoup le maillot rose et violet.

C’est le maillot extérieur le plus vendu de l’histoire de tous les maillots DFB. Voyez-vous là un message qui dépasse l’esthétique ?

Eh bien, tout d’abord – également avec un clin d’œil – que nous et plus encore les gens d’Adidas avons compris à quoi ressemble le goût dans notre pays, en particulier chez les jeunes. Et plus sérieusement : cet exemple montre également que la scène des supporters de football est bien plus avancée que certains voudraient nous le faire croire.

Êtes-vous si optimiste à ce sujet ? Si l’on repense au match contre la Hongrie en 2021, qui devait se dérouler sous le signe de l’arc-en-ciel, il semble peu probable qu’autant de personnes se rassemblent encore derrière lui aujourd’hui.

Je n’y crois pas. Je veux le décomposer à un niveau personnel. J’ai suivi cela en tant que simple citoyen à l’époque, j’étais beaucoup plus proche de Willi Orban que de Viktor Orbán, et cela n’a pas changé.

La symbolique nationale est à nouveau au premier plan à la DFB. Les couleurs noir, rouge et or, le terme « Allemagne », l’hymne national. Dans quelle mesure est-ce une décision consciente ?

À cet égard, nos exigences sont différentes de celles des autres pays. Nous avons de la chance qu’en tant qu’ancien grand État voyou, nous ayons été réadmis dans la communauté internationale, c’est la plus grande réussite des années après 1945, c’est pourquoi nous avons toujours une perspective un peu particulière et un sentiment intérieur particulier lorsqu’il s’agit de l’hymne. : Avant, je ne faisais pas vraiment attention à savoir si un joueur chantait, fredonnait ou ne faisait rien du tout. Je pense que c’est complètement absurde que le niveau de volume et la ferveur du chant fournissent des informations sur l’issue du jeu. J’ai une attitude complètement libérale.

Nous pensons que beaucoup de gens ne le font pas. C’est précisément pourquoi la question se pose de savoir si le symbolisme national est délibérément mis en avant. Il existe un risque que cela crée une connectivité pour les mauvaises personnes.

Ce n’est pas une direction donnée consciemment. Ce que nous avons exprimé comme attentes, c’est que nous voulions être plus accessibles, plus terre-à-terre, plus accessibles, plus ouverts. C’est pourquoi nous nous sommes battus si dur pour que Rudi Völler reste plus longtemps avec nous, car c’est exactement ce qu’il incarne. Ce côté terre-à-terre inclut également la conscience d’où nous venons réellement. Lors de ma première réunion avec le conseil d’équipe, j’ai noté sur un tableau à feuilles mobiles les clubs d’origine des six joueurs : VfB Bösingen, Sperber Neukölln, etc. Pour ne pas oublier où tout a commencé. Et maintenant, nous pouvons redonner quelque chose. Pas comme une phrase, mais par conviction intérieure. L’équipe d’entraîneurs autour de Julian Nagelsmann tient également compte des racines des joueurs. C’est exactement ce que nous voulons.



#LAllemagne #politique #avant #match #DFB #contre #Hongrie
1718799300

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT