nouvelles (1)

Newsletter

L’alcool est «la cause de près de 40 000 nouveaux cas de cancer du sein» selon les données de l’OMS

Sept sur 100 cas de cancer du sein sont causés par la consommation d’alcool, selon de nouvelles données publiées par l’Organisation mondiale de la santé.

Dans le cadre du mois de sensibilisation au cancer du sein, l’OMS encourage les gens à comprendre que le risque de cancer du sein peut être considérablement réduit en réduisant simplement la consommation d’alcool.

Chaque année, près de 40 000 nouveaux cas de cancer du sein sont liés à la consommation d’alcool, tandis que les mêmes données montrent que le cancer du sein est devenu le cancer le plus répandu dans le monde.

Plus de 2 millions de nouveaux cas ont été signalés en 2020, dont environ 100 000 attribués à la consommation d’alcool.

Selon le Dr Marilys Corbex, responsable technique principale sur les maladies non transmissibles, OMS/Europe : « De nombreuses personnes, y compris des femmes, ne savent pas que le cancer du sein est le cancer le plus courant causé par l’alcool chez les femmes dans le monde.

« Les gens doivent savoir qu’en réduisant leur consommation d’alcool, ils peuvent réduire leur risque de développer un cancer. Peu importe le type, la qualité ou le prix de l’alcool.

L’alcool est «la cause de près de 40 000 nouveaux cas de cancer du sein» selon les données de l’OMS

L’alcool est classé parmi les cancérogènes humains du groupe 1 par le Centre international de recherche sur le cancer.

Outre le cancer du sein féminin, il augmente également le risque de développer les types de cancer suivants : bouche, gorge, œsophage, foie, larynx, gros intestin et rectum.

Il n’y a pas de niveau de consommation d’alcool sans danger, mais le risque de cancer du sein augmente avec chaque unité d’alcool par jour.

Plus de 10 % des cas de cancer attribuables à l’alcool en Europe sont dus à la consommation d’une seule bouteille de bière de 500 ml ou de deux petits verres de vin de 100 ml par jour.

Pour le cancer du sein, ce chiffre est encore plus élevé, 1 cas sur 4 de cancer du sein attribuable à l’alcool dans la Région étant causé par cette quantité.

« En termes simples, l’alcool est toxique. Il nuit à tous les organes lorsqu’il traverse le corps », a déclaré le Dr Carina Ferreira Borges, directrice par intérim pour les maladies non transmissibles et responsable du programme pour l’alcool et les drogues illicites à l’OMS/Europe.

« Il est donc parfaitement logique de limiter la quantité d’alcool consommée, de trouver des moyens de remplacer l’alcool par d’autres boissons et d’adopter des politiques nationales qui contribuent à réduire la consommation d’alcool ».

.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT