Nouvelles Du Monde

L’actionnaire pakistanais de K-Electric déclare que le tribunal le soutient dans un différend avec le conseil d’administration

L’actionnaire pakistanais de K-Electric déclare que le tribunal le soutient dans un différend avec le conseil d’administration

Une vue du siège social de K-Electric, avec des panneaux solaires sur le parking, à Karachi, au Pakistan, le 24 janvier 2023. REUTERS/Akhtar Soomro/File Photo Acquérir des droits de licence

KARACHI, Pakistan, 18 août (Reuters) – Un tribunal des îles Caïmans a ordonné aux investisseurs minoritaires du service public pakistanais K-Electric (KELE.PSX) d’abandonner une affaire au Pakistan visant à empêcher l’actionnaire majoritaire de la société de nommer des administrateurs, a déclaré vendredi l’actionnaire. , mais un investisseur minoritaire a donné un récit contradictoire.

Le Fonds d’infrastructure et de capital de croissance SPV21 (IGCF) a déclaré à Reuters qu’un tribunal des îles Caïmans avait rendu une décision en sa faveur mercredi. Reuters n’a pas été en mesure de vérifier immédiatement la décision du tribunal.

IGCF détient une participation de 53,8 % dans KES Power Limited (KESP), enregistrée aux îles Caïmans, qui à son tour détient 66,4 % de K-Electric. Le gouvernement du Pakistan détient 24,4% de K-Electric.

La structure de holding de K-Electric a été largement considérée comme un obstacle à son acquisition par la société d’État chinoise Shanghai Electric (601727.SS), un accord qui a été retardé pendant des années par des obstacles réglementaires et juridiques au Pakistan.

Lire aussi  La Fed maintient ses taux inchangés, Powell se protège contre la fin possible de la campagne de resserrement

Selon un document judiciaire fourni par l’IGCF, la Grande Cour des îles Caïmans a ordonné aux actionnaires minoritaires de “mettre fin” à la requête devant la Haute Cour de la province pakistanaise du Sindh. Il a cherché à empêcher l’IGCF de nommer ses candidats au conseil d’administration de K-Electric.

En octobre 2022, le tribunal du Sindh a rendu une ordonnance de suspension empêchant tout changement au conseil d’administration de K-Electric en raison du procès. Il y a trois emplacements libres sur le plateau.

“Nous espérons que cette ordonnance dissipera tous les doutes qui avaient été créés par l’ordonnance de suspension (de la Haute Cour du Sind) quant aux droits de l’IGCF de nommer ses candidats au conseil d’administration de K-Electric”, a déclaré l’IGCF dans un communiqué.

Le procès au Pakistan a été intenté par les actionnaires minoritaires de KESP, la société holding saoudienne Al-Jomaih et Denham Investment, basée en Arabie saoudite et au Koweït. Denham n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire. K-Electric a refusé de commenter.

Lire aussi  Les campagnes de don rapportent beaucoup : il s'agit d'un reliquat de la somme collectée

Shan Ashary, directeur des investissements d’Al-Jomaih, a déclaré que la décision Cayman n’avait “que partiellement accordé” ce que l’IGCF recherchait, mais il n’a pas précisé les détails. Il a déclaré que le tribunal des Caïmans avait reconnu que le tribunal pakistanais devrait trancher certaines “questions importantes de politique publique”.

Il a déclaré que la décision Caïman permet à l’affaire pakistanaise de passer par la commission de privatisation et la division du pouvoir du gouvernement.

Ashary a déclaré qu’une deuxième audience aurait lieu aux îles Caïmans en octobre, mais cela nécessiterait d’abord un appel de la décision du tribunal.

K-Electric est le seul fournisseur d’électricité de Karachi, la plus grande ville du Pakistan, et de ses zones adjacentes, et le seul fournisseur d’électricité répertorié au Pakistan. Elle a été privatisée en 2005 et a une capitalisation boursière de 53 milliards de roupies (195 millions de dollars).

En juillet, l’IGCF a engagé une procédure judiciaire pour obtenir une participation directe dans K-Electric en dissolvant KESP.

Lire aussi  La bande-annonce de la saison 3 montre Upper Moons, nouvelle ouverture

L’IGCF a refusé de commenter directement si elle soutenait l’offre de longue date de Shanghai Electric pour K-Electric.

“Nous soutenons tout effort qui mène à une électricité abordable pour Karachi et nous nous opposons à toute transaction qui conduit à augmenter la souffrance des consommateurs de Karachi”, a-t-il déclaré.

En juin, Shanghai Electric a réitéré son engagement envers l’accord, qui valait environ 1,77 milliard de dollars en 2016.

Reportage d’Ariba Shahid à Karachi; Montage par Mark Potter, Matthew Lewis et Cynthia Osterman

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

Acquérir des droits de licenceouvre un nouvel onglet

Ariba Shahid est une journaliste basée à Karachi, au Pakistan. Elle couvre principalement l’actualité économique et financière du Pakistan, ainsi que des histoires centrées sur Karachi. Ariba a précédemment travaillé chez DealStreetAsia et Profit Magazine.

2023-08-18 22:30:00
1692396213


#Lactionnaire #pakistanais #KElectric #déclare #tribunal #soutient #dans #différend #avec #conseil #dadministration

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT