Nouvelles Du Monde

La violence dans les écoles augmente

La violence dans les écoles augmente

2024-04-23 08:21:00

Stuttgart. Selon le ministère de l’Intérieur, le nombre de crimes violents dans les écoles a augmenté : l’année dernière, 2 545 crimes de ce type contre des étudiants et des enseignants ont été enregistrés dans le Bade-Wurtemberg. L’année dernière, il y en avait 2 243, soit une augmentation de 13,5 pour cent. Le nombre de victimes s’est élevé à 2.838 l’année dernière : 141 enseignants et 2.697 étudiants. L’année précédente, il y avait eu 2 557 victimes.

Unité publicitaire Mobile_Pos2

Contenu de l’unité publicitaire_1

Selon le rapport de sécurité, la plupart des crimes sont des crimes de brutalité : environ 52 pour cent sont des blessures corporelles mineures intentionnelles et environ 16 pour cent sont des blessures physiques dangereuses. Environ 18 pour cent constituent des menaces de crime. Comme les auteurs et les victimes se connaissent dans la plupart des cas, le taux d’élucidation est à un niveau très élevé, selon le rapport de sécurité.

Deux étudiants ont été tués l’année dernière. Cinq étudiants et 25 étudiants ont été grièvement blessés. Environ 56 pour cent des victimes ont été légèrement blessées, environ 41 pour cent ne l’ont pas été.

Lire aussi  The Roundup : Punishment promet les gros coups de Don Lee dont vous rêvez

plus sur le sujet

Autocollant de nouveauté

Tous les reportages de Rhin-Neckar

Procès à Offenbourg

Fusillade dans une école : un jeune de 15 ans devant le tribunal pour meurtre

Publié
Von
Christian Bohmer

crime

Les crimes à motivation politique ont fortement augmenté à Mannheim

Publié
Von
Lisa Wazulin

En novembre, le meurtre présumé d’un étudiant de 15 ans à Offenbourg a semé l’horreur dans toute la région. Un homme du même âge doit en répondre devant le tribunal depuis la semaine dernière. Le parquet accuse l’agresseur présumé, qui est en garde à vue, de meurtre et de tentative de meurtre. Il aurait tiré avec un pistolet sur son camarade de classe dans son école d’Offenbourg. La victime est décédée à l’hôpital. Le mobile de cet acte violent n’est pas encore clair.

Interrogé sur les raisons de l’augmentation du nombre d’actes de violence, le ministère de la Culture évoque la pandémie du coronavirus. “Lorsque les écoles étaient fermées, aucun crime ne pouvait bien sûr y être commis”, a déclaré un porte-parole. “Maintenant, les chiffres reviennent à des niveaux normaux.”

Lire aussi  La fierté des nations peut prendre Belmont Derby

Ces chiffres sont toutefois nettement plus élevés que ceux de 2019, la dernière année avant la pandémie. A cette époque, 1 975 cas de violences en milieu scolaire et 2 330 victimes ont été enregistrés.

Le ministère de l’Intérieur ne commente pas les raisons de cette augmentation. Le rapport de sécurité indique simplement : “Les enfants et les jeunes qui, selon des études, présentent un stress accru en raison de la pandémie de Covid-19, représentent plus de huit sur dix des suspects de violence dans les écoles.” Une porte-parole a également souligné que la population est plus consciente et que les victimes de crimes violents sont plus susceptibles de les signaler.

Le syndicat des enseignants GEW souligne également une augmentation de la violence chez les jeunes à l’échelle nationale et une augmentation de la violence via les médias sociaux et les plateformes de communication. Il s’agit de violence verbale et psychologique, notamment entre jeunes – mais aussi entre étudiants et enseignants, a déclaré le directeur de l’État Matthias Schneider. Il qualifie d’« inquiétante » l’augmentation générale des chiffres. De plus, il y a certainement beaucoup de choses qui ne sont pas rendues publiques et les écoles tentent de s’autoréglementer.

Lire aussi  Découvrir les secrets chimiques d'une galaxie avec une grande activité de formation d'étoiles

Le GEW appelle à un travail social scolaire dans toutes les écoles, y compris les écoles primaires. “Il n’est pas nécessaire que ce soit une position complète, mais au moins pendant une heure”, a déclaré Schneider. De plus, les services offerts par les psychologues scolaires après de tels actes de violence sont perçus comme très utiles. « Mais le nombre de collaborateurs dont nous disposons dans ce domaine est loin d’être suffisant. »

Le ministère de la Culture fait référence, entre autres, à des agents de prévention spécialement formés qui proposent aux écoles des formations dans le domaine de la prévention des violences. En outre, 1 550 enseignants-conseils conseilleraient les élèves et les parents et soutiendraient leurs propres collègues dans des cas mineurs de harcèlement. Il existe également 28 centres de conseil psychologique scolaires dans le pays. En outre, la police propose des visites en classe et des informations sur les actes de violence aux élèves, aux parents et aux enseignants. (dpa/lsw)



#violence #dans #les #écoles #augmente
1713852515

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT