Nouvelles Du Monde

La saison extrême des incendies de forêt au Canada offre un aperçu de nouveaux risques dans un avenir plus chaud et plus sec

La saison extrême des incendies de forêt au Canada offre un aperçu de nouveaux risques dans un avenir plus chaud et plus sec

La saison extrême des incendies de forêt au Canada a récemment mis en lumière les nouveaux défis et risques que l’avenir plus chaud et plus sec pourrait apporter. Alors que le pays fait face à des incendies de forêt de plus en plus fréquents et intenses, il est devenu crucial d’examiner de près ces nouveaux risques et de trouver des solutions pour les atténuer. Cette saison offre un aperçu des défis auxquels le Canada et d’autres régions du monde pourraient être confrontés à mesure que le changement climatique continue de s’accentuer.

(The Conversation est une source indépendante et à but non lucratif d’informations, d’analyses et de commentaires d’experts universitaires.)

(LA CONVERSATION) La couverture de fumée des incendies de forêt qui s’est propagée sur une grande partie des États-Unis et du Canada en 2023 a été un signal d’alarme, montrant à quoi pourrait ressembler le changement climatique dans un avenir proche pour des millions de personnes. Un ciel orange apocalyptique et des niveaux de pollution atmosphérique qui forcer les gens à rentrer à l’intérieur mais ne raconte qu’une partie de l’histoire.

À mesure que les températures mondiales augmentent, les incendies se propagent également plus au nord et dans l’Arctique. Ces incendies ne brûlent pas uniquement dans les arbres et les herbes. Nouvelle recherche sur l’Arctique exceptionnel saisons de feu de 2019 et 2020 indiquent également que les incendies se propagent dans le sol.

Publicité

L’article continue sous cette annonce

Ces incendies souterrains sont connus sous le nom de « feux zombies » et il y a plusieurs raisons de s’inquiéter de cette tendance.

Premièrement, à mesure que les sols arctiques, riches en matières organiques, s’assèchent en raison des conditions climatiques changeantes, ils peuvent brûler lentement et libérer de grandes quantités de fumée dans l’atmosphère.

Deuxièmement, les incendies de sol qui se propagent sous terre sont plus difficile à apprivoiser et à éteindre pour les pompiers, exigeant ainsi plus de ressources pendant des périodes plus longues. Les pompiers de l’Alberta, au Canada, où les tourbières riches en carbone sont courantes, ont été confrontés à des incendies qui couvent jusqu’à des dizaines de pieds de profondeur sous terre en 2023. Parce que les feux de tourbe peut rendre le sol instablel’utilisation d’équipements lourds pour creuser les zones d’incendie devient également risquée.

Lire aussi  Palisch Garners Baseball America All-America Status - Texas A&M Athletics

Enfin, ces incendies de sol ne meurs pas facilement. Recherche récente constate que les incendies de sol dans l’Arctique peuvent couver pendant l’hiver et se rallumer au début du printemps lorsque les températures augmentent, d’où le surnom de « feux zombies ».

Publicité

L’article continue sous cette annonce

L’Arctique est de plus en plus inflammable

Les incendies de forêt font naturellement partie des écosystèmes des forêts et de la toundra du Nord depuis des milliers d’années. Cependant, le gravité, fréquence et types La fréquence des incendies de forêt dans les régions du Nord et de l’Arctique a changé au cours des dernières décennies.

L’une des principales causes est la hausse des températures : l’Arctique se réchauffe près de quatre fois plus vite que le reste du monde, un phénomène connu sous le nom de Amplification arctique.

Alors que les instances dirigeantes qui s’efforcent de freiner le rythme du changement climatique s’inquiètent du dépassement du seuil de 1,5 degré Celsius (2,7 degrés Fahrenheit) à l’échelle mondiale, l’Arctique a déjà dépassé une augmentation de 2 °C (3,6 °F) par rapport à l’époque préindustrielle. Cette augmentation de la température entraîne un certain nombre de changements dans l’environnement qui rendent la forêt et la toundra plus susceptibles aux incendies, pendant plus longtemps et de manière plus étendue qu’il y a quelques décennies à peine.

Publicité

L’article continue sous cette annonce

La tourbe brûlante élimine également la couche isolante du pergélisol, le sol gelé et riche en carbone de la région. Magasin des écosystèmes du Nord deux fois plus de carbone dans leur tourbe et leur pergélisol comme dans l’atmosphère, et tous deux sont de plus en plus vulnérables au feu.

Publicité

L’article continue sous cette annonce

À propos 70 % de la superficie enregistrée de tourbe arctique touchés par les incendies au cours des 40 dernières années se sont produits au cours des huit dernières années, et 30 % de ces incendies ont eu lieu en 2020 seulement, ce qui montre l’accélération.

La plupart des gens imaginent les incendies de forêt comme des flammes catastrophiques dévorant les arbres et les herbes. Les incendies au sol, en revanche, ne s’enflamment pas mais brûlent plus lentement et ont tendance à s’étendre profondément dans le sol et à se propager latéralement.

Le résultat est que les feux couvants au sol sont non seulement moins visibles, mais ils sont également moins accessibles et nécessitent déterrer et arroser avec beaucoup d’eau.

Publicité

L’article continue sous cette annonce

Ces feux couvants produisent également plus de fumée en raison de leur température de combustion plus basse. Les particules ultrafines présentes dans la fumée sont particulièrement nocif aux systèmes respiratoire et cardiovasculaire et peut être transporté très loin par les vents.

Certains de ces incendies au sol peuvent devenir si massifs qu’ils libèrent des panaches de fumée couvrant de vastes régions géographiques. En 1997, des incendies de tourbe en Indonésie ont provoqué niveaux de fumée dangereux en Asie du Sud-Est et dans certaines parties de l’Australie et augmentation des émissions de carbone. Ils ont été déclenchés par les activités de culture sur brûlis visant à planter des plantations de palmiers et amplifiés par les conditions de sécheresse lors d’un grave épisode El Niño.

Lire aussi  Le pied gauche magique de Saddil Ramdani enchante la Malaisie

Un peu d’espoir et de prudence suite aux leçons passées

Publicité

L’article continue sous cette annonce

J’ai étudié les effets de incendies de forêt à l’antenne et eau, y compris dans l’Arctique, depuis de nombreuses années. Mon travail et celui de nombreux collègues se concentrent cependant sur la combustion de la biomasse aérienne. Des travaux supplémentaires sont nécessaires pour comprendre toute l’ampleur des incendies zombies dans l’Arctique et leur potentiel d’émissions de carbone et de fumée à grande échelle. Une étude récente menée sur une poignée de sites canadiens a donné un certain espoir, suggérant des incendies souterrains dans ces endroits. brûlaient davantage dans les racines des arbres que dans le sol, ce qui suggère des émissions de carbone potentiellement plus faibles dans certaines régions.

Entre-temps, les vagues continues de brume de feux de forêt au Canada et aux États-Unis rappellent l’impact de ces incendies.

Davantage de régions auront besoin de l’aide de pompiers qualifiés, ce qui signifie partager les ressources de lutte contre les incendies. Le Canada a connu un niveau sans précédent d’appui-feu international en 2023. Des pratiques exemplaires pour lutter en toute sécurité contre les incendies de zombies sont également nécessaires, ainsi qu’une meilleure éducation du public sur les risques sanitaires liés à la fumée des incendies de forêt.

En tant que société, nous apprenons à vivre avec certains des effets du changement climatique, mais les risques augmentent partout dans le monde.

Publicité

L’article continue sous cette annonce

#saison #extrême #des #incendies #forêt #Canada #offre #aperçu #nouveaux #risques #dans #avenir #chaud #sec

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT