Nouvelles Du Monde

La Russie aidera le Maroc à développer sa propre centrale nucléaire : un partenariat prometteur pour l’avenir énergétique du pays

La Russie aidera le Maroc à développer sa propre centrale nucléaire : un partenariat prometteur pour l’avenir énergétique du pays

Grâce à la technologie russe, le Maroc pourrait bientôt rejoindre le nombre très restreint de pays possédant leurs propres centrales nucléaires. Selon un accord signé le 12 octobre 2022 entre le Maroc et l’entreprise publique russe Rosatom, “la Russie aidera le Maroc dans la création et l’amélioration des infrastructures d’énergie nucléaire, la conception et la construction de réacteurs nucléaires, ainsi que d’usines de dessalement d’eau et d’accélérateurs d’énergie de particules élémentaires”, souligne La raison .

Moscou apportera également son aide à Rabat dans la gestion des déchets radioactifs et du combustible, ainsi que dans l’exploration et le développement des gisements d’uranium. Le Maroc exploite actuellement un réacteur de recherche TRIGA Mark II, intégré au Centre national de l’énergie, des sciences et des technologies nucléaires (CNESTEN). Ce réseau est la plus grande installation nucléaire du Maroc et contribue à la recherche et à la formation dans les domaines de la médecine nucléaire, des applications industrielles et de la gestion des déchets radioactifs.

Lire aussi  La Chine a fait un « coup de chevalier » lors d’un match contre les États-Unis sur le territoire de Davos

À lire : Dessalement à l’énergie nucléaire : le partenariat Maroc-Russie inquiète les îles Canaries

Lors du Forum scientifique 2023 organisé par l’Association internationale de l’énergie atomique (AIEA) en septembre, le Maroc a indiqué qu’il étudiait la possibilité d’intégrer l’énergie nucléaire dans son panier énergétique pour garantir un approvisionnement énergétique fiable. “Le Maroc s’engage clairement en faveur des petits réacteurs modulaires, car ils présentent de nombreux avantages, comme la flexibilité d’intégration”, a déclaré Leila Benali, ministre de la Transition énergétique et du développement durable.

La ministre a également annoncé la désignation par l’AIEA du CNESTEN en tant que Centre international basé sur les réacteurs de recherche (ICERR). “L’infrastructure nationale du Maroc, désormais renforcée par cette reconnaissance, est ouverte au bénéfice du continent africain et est axée sur le renforcement des capacités”, a ajouté Benali. D’ici quelques années, 12 ou 13 pays, dont le Maroc, le Ghana, le Nigeria, la Namibie, le Kenya, le Kazakhstan, l’Ouzbékistan et les Philippines, auront leurs centrales nucléaires, a annoncé mardi à Paris Rafael Mariano Grossi, le directeur général de l’AIEA.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT