Nouvelles Du Monde

la première province à autoriser les obstétriciens à prescrire des médicaments abortifs

la première province à autoriser les obstétriciens à prescrire des médicaments abortifs

2023-12-02 03:24:03

Les diplômés en obstétrique de province de Neuquén prescrire de la mifépristone et misoprostol; les deux médicaments pour accéder à un avortement sûr et légal.

La nouvelle politique est due à une disposition du ministère de la Santé de la province qui a annoncé vendredi qu’il inclurait ces médicaments “dans le formulaire obstétrical”, ce qui fait de Neuquén la première province à permettre aux professionnels de prescrire ces médicaments.

Soledad Soberón, directrice générale des soins de santé primaires de Neuquén, a confirmé que « le misoprostol 25 pour le déclenchement du travail et le misoprostol 200 et la mifépristone comme traitement standard pour le traitement de l’interruption de grossesse » ont été incorporés dans la liste thérapeutique.

“La mise à jour du vademecum obstétrical de Neuquén serait un pas en avant dans la reconnaissance du potentiel professionnel des personnes diplômées en obstétrique en matière de soins de santé sexuelle et (non) reproductive”, a déclaré Redaas, un réseau de professionnels de la santé et du droit liés au public et à la communauté. services de santé en Argentine.

Lire aussi  Les dirigeants doivent empêcher les médecins et les infirmières de quitter le navire

Dans le même sens, Valeria Islas, directrice nationale de la Santé Sexuelle et Reproductive, a déclaré dans un dialogue avec l’agence de presse Télam : « Le travail des obstétriciens est essentiel pour garantir l’accès à la santé et aux droits sexuels et reproductifs ».

« Cette mesure participe également à légitimer la pratique. Nous faisons partie des équipes qui garantissent l’IVI/ILE – interruption volontaire et légale de grossesse, et comme nous ne pouvions pas prescrire, un médecin a dû le faire”, a expliqué Soberón.

Et il a ajouté que dans ce cas et avec cette approbation, ils pourront le faire. “Cela vient nous donner une reconnaissance d’un point de vue professionnel pour des pratiques que nous faisions déjà”, a-t-il conclu.

Débora De Grazia, diplômée en obstétrique, a rapporté que dans un travail conjoint avec Redaas, ils ont pu constater que les obstétriciens disposaient d’un élément permettant d’indiquer le misoprostol, et la présentation ne le disait pas. “Toutes les organisations internationales recommandent la participation des obstétriciens aux soins liés à l’avortement, mais ce qui donne le cadre à cette résolution, c’est que le misoprostol et la mifépristone sont explicitement inclus dans notre vademecum ?”, a complété le professionnel.

Lire aussi  Des chercheurs signalent des taux élevés de nouvelles infections tuberculeuses chez les adolescents en Tanzanie
ANMAT

Comment Neuquén va désormais travailler sur la question de l’avortement

“Il a été précisé que les sages-femmes de la province de Neuquén peuvent prescrire des médicaments pour l’avortement”, a déclaré De Grazia. « La garantie de pouvoir se rapprocher de la population, l’accessibilité ; Ce n’est pas la même chose que seuls les médecins puissent prescrire, mais que nous puissions le faire de manière indépendante et ainsi donner plus d’options à la population », a ajouté le professionnel.

En outre, il a souligné que les obstétriciens de tout le pays doivent avoir une réglementation de leur pratique professionnelle. “Pas seulement une loi, mais aussi un formulaire pour qu’ils puissent prescrire légalement et en toute sécurité les médicaments dont nous avons besoin”, a-t-il ajouté.

« Les sages-femmes sont exposées à des risques excessifs, à des violences, à des abus ou à des blessures corporelles dans l’exercice de leur travail. L’État et les autorités sanitaires ont le devoir de garantir que tous les agents de santé, y compris les sages-femmes, soient protégés », indique la directive.

Lire aussi  Vicks Vaporub et le football, la dernière tendance virale qui peut être dangereuse

À cet égard, Redaas a souligné que l’initiative est née d’une réunion avec des obstétriciens, qui est désormais formalisée par la disposition 2023-465 du ministère de la Santé de Neuquén.

Avec les informations de Agence Telam



#première #province #autoriser #les #obstétriciens #prescrire #des #médicaments #abortifs
1701477277

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT