Nouvelles Du Monde

La perception d’un double standard à Gaza élargit le fossé entre le Sud et l’Occident | International

La perception d’un double standard à Gaza élargit le fossé entre le Sud et l’Occident |  International

2023-11-29 09:24:50

La position des pays occidentaux concernant la réponse d’Israël à l’attaque du Hamas a accentué la perception d’un double standard de la part de l’Occident dans les pays du Sud. La comparaison entre la manière dont elle dénonce l’occupation illégale de territoires et les dommages infligés aux civils par la Russie en Ukraine et les arguments déployés concernant les actions d’Israël provoque dans les pays émergents et en développement un sentiment généralisé d’hypocrisie de la part des puissances occidentales.

Naturellement, ni la position occidentale n’est monolithique, ni celle du Sud global – une définition qui regroupe un groupe hétérogène – et les deux conflits ne sont pas non plus égaux. Mais il existe de nombreux éléments factuels pour alimenter ce sentiment de duplicité occidentale dans le reste du monde (et au sein de leurs propres sociétés). Cette tendance est un fait tangible – peu importe dans quelle mesure elle est justifiée – et représente un sérieux revers pour un Occident qui cherche depuis longtemps à renforcer ses liens avec les pays du Sud, au milieu d’une grande compétition de puissances qui sont il manœuvre également pour conquérir la faveur de cette nébuleuse de nations.

L’attitude occidentale n’est ni statique ni univoque. Au fil des semaines, alors que la réponse israélienne a infligé d’énormes dégâts aux civils à Gaza, les Occidentaux ont changé de ton et de position. Les États-Unis, grands partisans d’Israël, ont laissé passer une résolution de l’ONU appelant à une trêve sans condamner l’attaque du Hamas, et certains pays – comme l’Espagne, la Belgique ou l’Irlande – ont exprimé de claires critiques à l’égard du gouvernement Netanyahu. Le haut représentant des Affaires étrangères et de la sécurité de l’UE, Josep Borrell, s’est également exprimé clairement. Mais pour beaucoup, le redressement des principaux pays – comme les États-Unis, l’Allemagne, le Royaume-Uni ou l’Italie – est tardif et très insuffisant. Et certaines images – comme celle de la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, qui s’est rendue en Israël pour exprimer son soutien sans réserve alors que les bombardements étaient déjà brutaux et n’avait aucun intérêt à rencontrer l’Autorité nationale palestinienne – sont très difficiles à effacer.

« La position occidentale devient moins monolithique. Mais l’hésitation initiale à critiquer les souffrances infligées aux civils palestiniens, qui ont vite semblé massives, a suscité dans le Sud un sentiment d’hypocrisie en Occident, la perception qu’il n’applique pas le droit international universellement, mais plutôt sélectif », commente Oliver Stuenkel, professeur à l’École de relations internationales de la Fondation brésilienne Getúlio Vargas.

Lire aussi  La Chine à l'ONU a fait appel aux États-Unis avec une exigence concernant l'Ukraine - un scandale a éclaté -

« Il existe aujourd’hui une perception de deux poids, deux mesures à l’égard de Gaza, mais aussi une perception générale, avant l’actuelle flambée de violence, à l’égard de l’ensemble du conflit israélo-palestinien. À mon avis, ces perceptions sont largement fondées, et sont amplifiées par comparaison avec la réponse de l’Europe à la guerre russe en Ukraine», déclare Hugh Lovatt, expert principal sur le Moyen-Orient, le droit international et les conflits armés au Conseil des Affaires étrangères européennes.

Rejoignez EL PAÍS pour suivre toute l’actualité et lire sans limites.

S’abonner

« Chaque conflit a ses propres caractéristiques. Mais du point de vue du droit international, il existe des parallèles évidents [entre Ucrania y Gaza]non seulement en ce qui concerne les exigences visant à minimiser les dommages causés aux civils, mais aussi en ce qui concerne l’inadmissibilité des acquisitions territoriales par la force », poursuit Lovatt.

Les conflits en Ukraine et à Gaza sont différents, entre autres, parce que la Russie n’a pas subi d’attaque alors qu’Israël y répond. Cependant, le droit international exige en tout état de cause qu’une distinction soit faite entre les objectifs militaires et civils. Les punitions collectives sont un crime. L’ampleur des destructions causées par les bombardements israéliens et le blocus aveugle de l’approvisionnement en eau, en électricité, en nourriture et en médicaments, à de très rares exceptions près, constituent un tableau aux signes criminels, selon de nombreux experts. Il existe également de nombreux éléments permettant de considérer l’occupation israélienne de la Palestine comme illégale.

«Les Européens ont raison de dénoncer les actions de l’Ukraine en Russie. Cependant, lorsque vous voyez des scènes similaires en termes de souffrance civile à Gaza et que la réaction n’est pas la même ; Cela alimente la perception de deux poids, deux mesures et affaiblit l’Europe, qui se définit comme défenseur de certaines valeurs, et qui a souvent donné l’impression de donner des leçons aux autres en la matière, mais qui ne semble ensuite pas toujours cohérente”, dit-il. Lovatt.

Une histoire qui joue

L’épisode actuel revêt une importance particulière au vu de l’histoire sur laquelle il se déroule. Ce n’est pas isolé. « La guerre à Gaza a donné une nouvelle substance à la perception occidentale de deux poids, deux mesures, mais elle n’a pas commencé avec cette crise », ajoute Stuenkel. Bien que l’invasion illégale de l’Irak menée par les États-Unis en 2003 et soutenue par d’autres pays occidentaux – mais pas tous – soit l’exemple le plus cité ; Il existe des racines historiques plus profondes qui jouent un rôle à l’heure actuelle et qui sont liées au colonialisme.

Lire aussi  Église : le pape appelle à la paix lors de la messe de Noël

« Une partie considérable des dirigeants et des électeurs des pays du Sud voient la guerre à Gaza à travers le prisme de la logique colonisateurs contre colonisés », explique Stuenkel. « Il serait exagéré de considérer que le sentiment anticolonial est déterminant dans l’élaboration des stratégies de ces pays, mais c’est sans aucun doute l’un des éléments à travers lesquels ils construisent leur vision du monde. Son poids diffère selon les régions ; Par exemple, en Afrique de l’Ouest, elle est particulièrement marquée et la Russie a su en tirer profit. C’est en tout cas quelque chose que les observateurs occidentaux feraient bien de prendre en compte », conclut-il.

La référence aux actions de la Russie, très habile dans la propagation internationale et la manipulation de discours favorables à ses intérêts, met en évidence les risques de double standard perçu par l’Occident dans la compétition des grandes puissances mondiales.

Liens avec la Chine, la Russie et l’Inde

Dans cette compétition, chacun des grands pôles cherche à renforcer ses relations avec les pays de l’hémisphère Sud pour renforcer sa position par rapport aux autres. La Chine le fait depuis des décennies, en profitant du levier économico-technologique, avec des prêts, du commerce, la construction d’infrastructures, la fourniture de services technologiques. La Russie tente d’y parvenir en fournissant des services de sécurité, en vendant des armes (la guerre en Ukraine complique désormais cette voie) ou en faisant de la propagande. L’Inde est de plus en plus active sur le plan politique, essayant de émerger comme un acteur indépendant capable de représenter honnêtement les intérêts de ce groupe hétérogène.

« Il ne fait aucun doute que l’Occident a perdu de son influence dans les pays du Sud au cours des deux dernières décennies, notamment en raison de l’influence politique et économique croissante de la Chine, parallèlement à un déplacement général du poids économique vers l’Asie de l’Est », explique Stuenkel.

« Le monde s’éloigne de la situation d’hégémonie américaine et s’oriente vers un panorama multipolaire. Cela est particulièrement vrai au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Les gouvernements européens ont mis du temps à s’adapter à cette réalité changeante. La division, la poursuite persistante de l’intérêt national au lieu d’agir collectivement, est la clé. Les acteurs régionaux ont été plus rapides à exploiter la nouvelle situation », observe Lovatt.

Lire aussi  Le Croissant-Rouge palestinien déclare que 4 hôpitaux de Gaza ont été attaqués en 24 heures

L’Occident a pris conscience avec un certain retard de l’importance d’entretenir des relations avec cette partie du monde et tente de rattraper son retard. Une partie de cette stratégie réside par exemple dans les projets visant à promouvoir un corridor de transport, d’énergie et numérique entre l’Inde et l’Europe, ainsi qu’un autre, moins ambitieux, en Afrique de l’Ouest, tous deux annoncés lors du G20 en septembre dernier.

Le premier, qui aurait dû transiter par Israël, est compromis par le conflit actuel. D’autres initiatives ayant une logique similaire – comme celles attachées au projet de financement de l’UE Global Gateway – restent largement à l’état gazeux, alors que la Chine a déjà injecté un billion de dollars en une décennie dans l’initiative Belt and Road.

“Cependant, si vous regardez un pays comme le Brésil, l’UE ou les États-Unis continuent d’investir plus que la Chine, et le G7 investit plus que les autres partenaires des BRICS”, explique Stuenkel. « Quant à l’UE en particulier, elle a perdu beaucoup d’influence, mais si l’accord de libre-échange avec le Mercosur était ratifié, elle pourrait se rétablir au moins en partie », poursuit-il. « Malgré les défis, ce que l’Europe peut apporter ne doit pas être sous-estimé. C’est un acteur de grand poids économique. En Afrique du Nord notamment, elle ne sera pas remplacée par la Chine et la Russie », affirme Lovatt.

La perception de deux poids, deux mesures dans la crise de Gaza constitue un sérieux revers, car elle alimente une mauvaise image dans l’opinion publique de nombreux pays, dont certains sont déjà éloignés de la sphère occidentale. C’est un facteur important. Toutefois, ce n’est pas définitif. Les indications abondent selon lesquelles, au milieu de la grande compétition entre les puissances de l’hémisphère Nord, beaucoup dans le Sud cherchent à discerner ce qui est le mieux pour elles, en prenant des décisions comme beaucoup des précédentes : plus par intérêts que par valeurs.

Suivez toutes les informations internationales sur Facebook oui Xou notre newsletter hebdomadaire.

Abonnez-vous pour continuer la lecture

Lire sans limites

_




#perception #dun #double #standard #Gaza #élargit #fossé #entre #Sud #lOccident #International
1701239300

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT