Nouvelles Du Monde

La mort du leader des « Frères musulmans » au Yémen, Abdul Majeed Al-Zindani

La mort du leader des « Frères musulmans » au Yémen, Abdul Majeed Al-Zindani

Le prédicateur yéménite Abdul Majeed al-Zindani, éminent dirigeant des Frères musulmans au Yémen et religieux le plus controversé, est décédé à Istanbul à l’âge de 82 ans des suites d’un accident vasculaire cérébral.

Les militants et les dirigeants du parti « Islah » ont pleuré le prédicateur en chef de l’organisation, qui l’a fondé en 1990 et a dirigé le Conseil de la Choura du parti, l’un des plus grands partis politiques du pays.

Cheikh Abdul Majeed Al-Zindani est né en 1942 dans le village d’Al-Dhahabi, dans le district d’Al-Sha’ar du gouvernorat d’Ibb (nord-ouest). Il a fait ses études universitaires en Égypte et a obtenu un diplôme en charia islamique à Al-. Université d’Azhar, période qui a formé son association avec le groupe des « Frères musulmans » avant son retour au Yémen après la révolution de septembre 1962.

Alors qu’il se trouvait en Égypte, il a été arrêté par les autorités égyptiennes et expulsé de l’université avant de quitter le pays pour plusieurs chefs d’accusation, notamment son association avec les Frères musulmans.

Al-Zindani a lié son appel aux objectifs de l’organisation politique du parti « Islah », qui est une branche de l’organisation des « Frères musulmans » à Sanaa, et a consacré ses efforts à « évangéliser » l’organisation à l’époque. par le « Califat islamique », la bonté et la prospérité, selon ses sermons diffusés sur Internet.

Il était connu pour son extrême hostilité envers les forces de la gauche sud-yéménite, qu’il qualifiait de communistes. Il est largement rapporté au Yémen qu’il émet des fatwas en termes religieux explicites et implicites contre les peuples du Sud, en plus de nombreuses questions controversées aux niveaux politique et religieux.

La religion est le cheval de la « réforme »

Après son retour d’Égypte, il a joué un rôle majeur sur la scène politique yéménite, notamment lors de la guerre de l’été 1994, avant et pendant laquelle il s’est consacré à se déplacer entre les gouvernorats yéménites pour le combat, la mobilisation politique et populaire contre les forces du sud du Yémen. , représenté par le Parti socialiste au pouvoir, qui a conclu une unité volontaire avec le Yémen du Nord en 1990.

Lire la suite

Cette section contient des articles connexes, placés dans le (champ Nœuds associés)

Suite à l’invasion du sud du Yémen et à l’expulsion de ses forces, l’influence, la présence et l’activité de son parti se sont développées, caractérisées par un langage qui parlait du socialisme et de ses dirigeants, priant pour sa destruction et son approche, et félicitant « le le retour des gens à la religion et au chemin de la vérité et de la guidance.

Lire aussi  La baisse souhaitée des taux d'intérêt | Entreprise

Selon l’histoire des événements de cette étape, l’aile religieuse alliée au régime du défunt président Ali Abdallah Saleh a cherché à donner à cette guerre un caractère religieux, en prononçant des discours enthousiastes exigeant l’élimination du marxisme et du communisme du sud de manière pour pousser les gens à s’opposer aux forces du Parti socialiste au pouvoir dans le sud avant l’unité, et il est apparu à cette époque des enregistrements d’Al-Zindani appelant le Parti socialiste à « se rendre à la mosquée la plus proche avant qu’on ne lui dise de le faire ». rendez-vous au camp le plus proche. » Les combats ont pris fin le 7 juillet 1994, avec l’invasion des forces fidèles au président Abdallah Saleh et le renversement du régime de son allié socialiste, ce qui a provoqué une profonde blessure au sud dont les émanations sont encore présentes aujourd’hui. , et le célèbre prédicateur y est accusé d’un rôle de premier plan.

Des Arabes afghans au terrorisme

Al-Zindani était l’une des figures les plus marquantes de « l’ère du Réveil » en tant que dirigeant éminent et influent du parti, classé par Washington et les États du Golfe comme parti terroriste, et il a joué un rôle de premier plan dans la formation du parti arabe. Mouvement afghan dans les années 1980.

Il était classé par les États-Unis sur la liste des personnes les plus recherchées par les services de sécurité comme partisan du « terrorisme » et était considéré comme le « parrain » du chef d’Al-Qaïda, Oussama ben Laden.

Lire aussi  Pete Alonso revient au Home Run Derby à la recherche d'un troisième titre

Le régime yéménite avait reçu des demandes de Washington pour extrader Al-Zindani, mais Abdullah Saleh avait alors refusé de l’extrader et insisté pour le juger au Yémen. Durant ces jours, le parti Islah a organisé des manifestations massives à Sanaa et dans plusieurs villes yéménites pour rejeter l’accusation américaine.

“Miracle médical”

Quant au niveau médical, dans ses sermons et conférences, Al-Zindani a toujours mentionné les découvertes du Coran et de la Sunna sur un certain nombre de sujets insolubles de la vie, tels que la pauvreté et les maladies. Il a également annoncé de temps à autre des découvertes scientifiques. « La médecine islamique et le miracle du Coran » pour les maladies chroniques comme le SIDA, dont la dernière en date était l’annonce de la découverte d’un traitement définitif contre le virus corona.

Il était également connu pour « l’Université Al-Iman », qu’il a fondée à Sanaa en 1993 et ​​qu’il a dirigée, et grâce à laquelle il a formé des milliers de diplômés du Yémen et d’un certain nombre de pays arabes et internationaux.

Al-Zindani réside avec sa famille depuis 2020 en Turquie, pays devenu l’un des refuges de la majorité des dirigeants de l’organisation « Fraternité » ayant quitté le pays suite au coup d’État des Houthis en 2014.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT