La marche silencieuse programmée des footballeurs devient violente

Une marche silencieuse planifiée par un groupe de "footballeurs" anti-islam à travers le centre de Londres a sombré dans la violence.

Le rassemblement de l’Alliance du football démocratique (DFLA) est devenu incontrôlable après que ses partisans eurent été escortés par la police et combattus avec des officiers.

Des centaines de partisans, principalement des hommes d'âge moyen, marchaient de Park Lane à Whitehall avant que certains manifestants ne se libèrent des escortes policières du Pall Mall avec beaucoup de chants: «À qui sont les rues? Nos rues ".

Les camionnettes et les officiers anti-émeute ont dû séparer les contre-manifestants, pour la plupart masqués, qui ont crié: «Meurtres nazis dans nos rues» à la DFLA.

Sur la place Trafalgar Square, les manifestants du DFLA ont échangé de vives insultes avec les contre-manifestants, les deux camps se faisant des gestes hostiles alors que la police anti-émeute cherchait à les maintenir à distance, arrêtant la circulation autour du célèbre monument.

Scotland Yard a déclaré n'avoir encore procédé qu'à une seule arrestation.

Le manifestant Peter Mantell, âgé de 53 ans, de Crayford, a déclaré à la Press Association: «Je déteste certaines des personnes avec lesquelles je marche. Beaucoup détestent les gens à cause de la couleur de leur peau.

«Je suis un gaucher. Mais je crois que nous devrions avoir une voix contre les personnes qui veulent faire du mal à tout le monde et causer du tort. "

M. Mantell a déclaré être un partisan de l'ancien chef de la Ligue de la défense anglaise, Tommy Robinson.

De nombreux membres de la foule de la DFLA semblaient crier à la police pour son inaction perçue contre «les pédo et les bandes de toilettage».

Sur Facebook, les organisateurs de la marche ont déclaré qu'ils protestaient contre les «djihadistes de retour», les «milliers de migrants Awol», les «bandes de violeurs et les toiletteurs» et les «anciens combattants traités comme des traîtres».

Le rassemblement a perdu son élan aux alentours de 16 heures, avec une centaine de personnes présentes à Whitehall, où une scène improvisée avait été érigée pour divers orateurs.

Un organisateur sur la scène a affirmé qu'ils avaient été «installés» par la police et que des manifestants antifascistes les avaient bloqués dans leur promenade.

Avant la marche, Andy Walker, surintendant principal de la police métropolitaine, a déclaré: «Nous surveillons des centaines de manifestations et de manifestations chaque année et nous facilitons toujours les manifestations pacifiques.

«Nous adopterons une politique d’intervention solide pour tous ceux qui assisteront à la fête et qui sont attentifs à la violence et au désordre.»

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.