Nouvelles Du Monde

La majorité du Conseil de sécurité de l’ONU demande aux talibans d’annuler les décrets contre les femmes

La majorité du Conseil de sécurité de l’ONU demande aux talibans d’annuler les décrets contre les femmes

2024-02-27 09:08:02

NATIONS UNIES (AP) — Plus des deux tiers des membres du Conseil de sécurité des Nations Unies ont exigé lundi que les talibans abrogent toutes les politiques et décrets qui oppriment et discriminent les femmes et les filles, y compris l’interdiction de poursuivre leurs études dans l’enseignement primaire et le droit de travailler et de circuler librement.

La déclaration de 11 des 15 membres du Conseil a condamné la répression exercée par les talibans contre les femmes et les filles depuis leur arrivée au pouvoir en août 2021, et a une fois de plus insisté sur leur participation égale à la vie publique, politique, économique, culturelle et sociale, notamment aux décisions. des niveaux, pour faire progresser l’engagement international avec les dirigeants de facto de l’Afghanistan.

L’ambassadrice du Guyana auprès de l’ONU, Carolyn Rodrigues-Birkett, a lu la déclaration entourée de représentants des 10 autres pays, avant une réunion à huis clos du Conseil sur la conférence du secrétaire général António Guterres avec plus de 25 envoyés en Afghanistan qui s’est tenue le Les 18 et 19 février dans la capitale du Qatar, Doha.

Lire aussi  Wincent Weiss : Sa tournée est devenue un flop financier

Des représentants de la société civile afghane, notamment des femmes, ont participé à la réunion de Doha, ce qui a été salué par le Conseil. Les talibans ont refusé d’y assister et leur ministère des Affaires étrangères a indiqué dans un communiqué que leur participation ne serait « bénéfique » que s’ils étaient le seul représentant officiel du pays aux pourparlers.

Malgré son absence, la cheffe politique de l’ONU, Rosemary DiCarlo, a rencontré les représentants du groupe basé à Doha, a indiqué le porte-parole de l’institution, Stéphane Dujarric. DiCarlo a également informé le Conseil lors de la réunion à huis clos de lundi.

Les talibans n’ont été reconnus par aucun pays et l’envoyé de l’ONU pour l’Afghanistan a averti l’année dernière les dirigeants de facto que la reconnaissance internationale en tant que gouvernement légitime serait « presque impossible » à moins qu’ils ne lèvent les restrictions contre les femmes.

Les 11 pays qui ont signé la déclaration – l’Équateur, les États-Unis, la France, le Guyana, le Japon, Malte, la Sierra Leone, la Slovénie, la Corée du Sud, la Suisse et le Royaume-Uni – ont souligné qu’il ne peut y avoir de paix durable en Afghanistan que si le processus politique est inclusif et respecte les droits humains de tous les citoyens, y compris ceux des femmes et des filles.

Lire aussi  Drame familial autour d'Alain Delon : alerte sur son état de santé et l'arrêt de son traitement médical

Les quatre membres du Conseil qui n’ont pas soutenu cette déclaration étaient la Russie, la Chine, le Mozambique et l’Algérie.

Guterres a déclaré aux journalistes à Doha que parmi les participants – qui comprenaient des représentants de l’Union européenne, de l’Organisation de la coopération islamique et de l’Organisation de coopération de Shanghai – il y avait un « consensus complet » sur les conditions requises pour que l’Afghanistan rejoigne la communauté internationale.

Pour atteindre cet « objectif ultime », a-t-il expliqué, l’Afghanistan ne peut pas être « le foyer d’activités terroristes ayant un impact sur d’autres nations », ses institutions doivent inclure divers groupes tels que les Ouzbeks, les Tadjiks, les Pachtounes et les Hazaras, et les droits de l’homme doivent être respectés. surtout ceux des femmes et des filles.



#majorité #Conseil #sécurité #lONU #demande #aux #talibans #dannuler #les #décrets #contre #les #femmes
1709017873

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT