Nouvelles Du Monde

La guerre entre Israël et Gaza est le conflit le plus meurtrier pour les journalistes depuis 30 ans : NPR

Des journalistes, des parents et des amis prient sur les corps des journalistes Sari Mansour et Hassouna Esleem après qu’ils ont été tués dans un bombardement israélien sur le camp de Bureij, dans le centre de la bande de Gaza, le 19 novembre.

Majdi Fathi/NurPhoto via Getty Images


masquer la légende

basculer la légende

Majdi Fathi/NurPhoto via Getty Images


Des journalistes, des parents et des amis prient sur les corps des journalistes Sari Mansour et Hassouna Esleem après qu’ils ont été tués dans un bombardement israélien sur le camp de Bureij, dans le centre de la bande de Gaza, le 19 novembre.

Majdi Fathi/NurPhoto via Getty Images

LONDRES — “C’est peut-être la dernière vidéo que je publie”, a déclaré Ayat Khaddoura, journaliste et podcasteur palestinien, dans une publication sur Instagram le 13 octobre.

C’était l’une des nombreuses vidéos que Khaddoura partageait avec ses centaines de milliers de followers sur les réseaux sociaux, parlant de sa vie sous les bombardements israéliens et de ses efforts pour survivre avec peu d’eau et d’électricité.

Le 6 novembre, dans une vidéo qu’elle a qualifiée de “dernier message au monde”, elle a déclaré : “Nous avions de grands rêves, mais maintenant notre rêve est seulement d’être tués en un seul morceau pour que les gens sachent qui nous sommes.” Une semaine plus tard, elle était morte. Une frappe aérienne israélienne sur sa maison dans le nord de Gaza l’a tuée.

Le Comité pour la protection des journalistes affirme que la guerre entre Israël et Gaza a « conduit au mois le plus meurtrier pour les journalistes » depuis qu’il a commencé à recueillir des données en 1992. Sur les 61 décès de journalistes et d’employés des médias enregistrés vendredi par le CPJ, 54 étaient des journalistes palestiniens, dont quatre. étaient israéliens et trois libanais.

À titre de comparaison, selon le CPJ, un total de 68 journalistes et professionnels des médias ont été tués dans le monde au cours de l’année 2022. Ce total comprend les décès dans les conflits à travers le monde, ainsi que ceux dus à des missions dangereuses, aux assassinats ciblés et aux tirs croisés.

Ce bilan croissant survient alors que la guerre entre Israël et le Hamas entre dans son troisième mois et qu’Israël poursuit ses bombardements sur la bande de Gaza, qui ont jusqu’à présent tué plus de 13 300 Palestiniens, selon le ministère de la Santé de Gaza. L’offensive israélienne est une réponse à l’attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre, au cours de laquelle 1 200 personnes ont été tuées et plus de 240 prises en otages, selon des responsables israéliens. Les défenseurs de la liberté de la presse ont dénoncé le fait que les journalistes, même lorsqu’ils sont visiblement qualifiés de journalistes, font partie des victimes à Gaza.

Le Comité pour la protection des journalistes, une organisation à but non lucratif basée à New York, affirme que la majorité des journalistes tués à Gaza depuis le début de la guerre ont été tués alors qu’ils faisaient leur travail. L’organisation classe 43 des 50 journalistes tués jusqu’à présent comme étant en mission “dangereuse”. Il indique que des enquêtes sur les circonstances de ces décès sont en cours et qu’il cherche à déterminer si certains d’entre eux étaient des attaques ciblées.

Lire aussi  Les étudiants membres du conseil d'administration bientôt rémunérés dans les districts scolaires de Californie

“L’armée israélienne fait des choix et ces choix d’utiliser la force meurtrière contre les journalistes et les médias doivent être justifiés et proportionnés. Ne pas le faire constitue de possibles crimes de guerre”, a-t-il ajouté. dit Chérif Mansour, coordinateur du programme Moyen-Orient du CPJ.

Parmi les personnes tuées, 90 % étaient des journalistes et des professionnels des médias palestiniens à Gaza. L’organisation affirme que les quatre journalistes israéliens ont été tués lors de l’attaque du Hamas le 7 octobre en Israël. Il a été confirmé que deux d’entre eux travaillaient à ce moment-là. Les trois journalistes libanais ont été tués alors qu’ils étaient en service au Liban, à la frontière israélienne, dans ce que leurs organisations respectives considèrent comme des attaques ciblées. Farah Omar, journaliste à la télévision Al-Mayadeen, a fait le point en direct une heure avant d’être tuée dans une frappe aérienne israélienne.

L’armée israélienne nie avoir pris pour cible des journalistes palestiniens ou autres et affirme qu’elle essaie d’éviter les pertes civiles.

Youtube

Reportage et vie de la guerre

Les journalistes de Gaza ont assumé la responsabilité de dire au monde ce qui se passe tout en subissant des pertes personnelles et des tragédies pendant la guerre. Leur tâche de collecte d’informations a été rendue plus difficile par les coupures de communication à Gaza, où les liaisons téléphoniques et Internet ont été périodiquement coupées tout au long de la guerre. Les responsables palestiniens accusent Israël d’avoir rompu les lignes et limiter les livraisons de carburant pour alimenter les tours de télécommunications et les générateurs.

Certains journalistes de Gaza, y compris ceux travaillant pour des médias internationaux, peuvent recevoir un soutien tel que la fourniture d’équipements et d’équipements de protection. D’autres qui travaillent en indépendant ne le font pas. Les journalistes basés à Gaza peuvent également travailler pour des médias locaux qui sont eux-mêmes bombardés.

Mais les risques sont élevés pour tous dans le territoire assiégé : la plupart des habitants de Gaza ne peuvent pas sortir. L’armée israélienne a déclaré à Reuters et à l’Agence France-Presse qu’elle ne pouvait pas garantir la sécurité de ses journalistes opérant dans la bande de Gaza, après que les agences de presse aient demandé l’assurance que leurs journalistes ne seraient pas visés par des frappes israéliennes, a rapporté Reuters.

Nour Swirki, une journaliste indépendante qui vit actuellement dans un refuge à Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, affirme qu’il est devenu de plus en plus difficile de continuer à faire des reportages lorsqu’elle craint pour sa vie et celle de sa famille. Elle est mère de deux enfants.

“Je joue deux rôles dans cette guerre : celui professionnel en tant que journaliste et celui de mère. J’ai peur de me perdre en tant que civile, en tant que journaliste”, a-t-elle déclaré à NPR dans un message vocal. “Je me demande toujours : et si quelque chose arrivait à mes enfants. Ce n’est pas une situation facile pour nous, en tant que journalistes, hommes et femmes, et en tant que mères et pères.”

Lire aussi  Les progrès de la police scientifique : quand la certitude absolue reste hors d'atteinte

Salman al-Bashir, journaliste à la chaîne de télévision de l’Autorité palestinienne, a arraché son équipement de protection en pleine diffusion en direct lorsqu’il a appris que son collègue Mohammed Abu Hatab avait été tué dans une frappe aérienne israélienne.

“Nous sommes des victimes, en direct à l’antenne”, a-t-il crié. “Ce n’est qu’une question de temps avant que nous soyons tués. Nous attendons notre tour, l’un après l’autre.”

Wael al-Dahdouh, correspondant d’Al Jazeera à Gaza, était en train d’émettre lorsqu’il a appris que sa famille avait été tuée par une frappe aérienne israélienne. Sa femme, son fils, sa fille, son petit-fils et au moins huit autres membres de sa famille ont tous été tués dans une attaque israélienne contre la maison dans laquelle ils s’étaient réfugiés.

Quelques instants après avoir appris la nouvelle, la chaîne a diffusé des images de lui, toujours vêtu de sa veste de presse, agenouillé sur le corps de son fils.

Lorsqu’il est revenu à l’antenne quelques jours plus tard, il a déclaré aux téléspectateurs que malgré sa douleur et sa « blessure ouverte », il estimait qu’il était de son devoir de revenir devant la caméra et de continuer à faire le reportage.

Des journalistes étrangers sont arrivés, intégrés aux forces israéliennes

Hind Khoudary, une journaliste indépendante de 28 ans, dit qu’elle se sent découragée que des correspondants internationaux aient pu rejoindre l’armée israélienne alors que les journalistes locaux à Gaza n’avaient aucune information sur ce qui se passait. ce qui arrive aux maisons et aux familles qu’ils ont été forcés d’abandonner dans le nord de Gaza.

Khoudary, comme beaucoup d’autres, a fui sa maison dans la ville de Gaza après que l’armée israélienne a ordonné aux habitants de se déplacer vers le sud. Sa maison a été détruite par les frappes aériennes israéliennes. Les coupures de communication font qu’il est difficile pour les habitants de Gaza de savoir ce qui se passe dans d’autres parties du territoire.

“Je me sens tellement triste de voir les correspondants de Fox News et de CNN visiter Gaza et rapporter ce qui se passe, alors que moi et mes collègues journalistes palestiniens sommes ici depuis le premier jour”, dit-elle.

“Nous avons été contraints de fuir nos maisons, nous ne savons rien de ce qui se passe dans le nord, nous ne savons rien de nos familles. Nous ne savons pas ce qui a été bombardé, ce qui ne l’est pas, qui a été blessé, qui a été tué. , nous ne savons littéralement rien”, dit Khoudary.

Certains journalistes à Gaza affirment que porter des gilets de presse les rend dangereux

Plestia Alaqad, une journaliste palestinienne indépendante de 22 ans, a publié la semaine dernière une photo de sa veste de presse sur Instagram. “Je portais toujours ma veste de presse et mon casque… mais dernièrement, j’ai arrêté de les porter”, a-t-elle écrit dans une légende qui l’accompagnait. “Je ne me sens pas en sécurité à Gaza quoi qu’il arrive… surtout quand je porte [the] gilet de presse et casque.”

“J’espère que ce cauchemar se terminera bientôt, j’espère que nous ne perdrons plus de journalistes”, a-t-elle écrit.

Alaqad a depuis quitté Gaza. Elle a déclaré à ses abonnés sur les réseaux sociaux qu’elle avait quitté l’événement par crainte que son rôle de journaliste ne lui fasse courir de plus grands risques, ainsi qu’à sa famille.

Lire aussi  Le changement climatique pourrait rendre les pandémies comme le COVID-19 beaucoup plus courantes

Avant de partir, Alaqad avait documenté la guerre à Gaza auprès de ses 4 millions d’abonnés sur Instagram, qui l’ont vue fuir sa maison, se promener dans son quartier réduit en ruines et s’abriter dans le noir pendant les coupures de courant. Dans la plupart de ses postes, elle portait sa veste de protection pour la presse.

D’autres journalistes palestiniens déclarent également qu’ils se sentent moins en sécurité en portant une veste de presse. Ils disent qu’ils pensent qu’être identifiés comme membres de la presse pourrait faire d’eux et de leurs familles des cibles pour les forces israéliennes.

“Je ne me sens pas du tout en sécurité avec le gilet de presse”, a déclaré Swirki à NPR. “En tant que journalistes ici, porter ce gilet est considéré comme faisant partie du danger et du risque.”

Elle pense que certains de ses collègues ont été pris pour cible par Israël.

“Il n’y a aucun endroit sûr dans la bande de Gaza. Et avec ces cibles pour nos collègues, nous savons que nous ne sommes pas protégés. Nous sommes confrontés à la mort à chaque instant sur le terrain”, déclare Swirki.

“Un schéma mortel qui devient de plus en plus meurtrier”

Mais le Comité pour la protection des journalistes affirme avoir trouvé des preuves montrant que l’armée israélienne a pris pour cible les journalistes dans le passé. Il pointe vers le cas de la journaliste d’Al Jazeera Shireen Abu Akleh, qui a été abattue l’année dernière alors qu’elle effectuait un reportage en Cisjordanie occupée. Des groupes de défense des droits humains et des médias ont conclu, après des enquêtes indépendantes, que le journaliste palestino-américain avait été tué dans une attaque ciblée des troupes israéliennes. Elle portait à l’époque une veste de presse.

L’armée israélienne a par la suite reconnu la “forte possibilité” qu’un de ses soldats ait abattu Abu Akleh, mais a déclaré qu’il n’y avait aucune preuve qu’ils l’avaient intentionnellement ciblée.

“Les FDI n’ont pas respecté [press] insignes dans le passé », déclare Sherif Mansour, coordinateur du programme Moyen-Orient du CPJ.

Un rapport du CPJ publié en mai a montré que la majorité des journalistes tués par l’armée israélienne au cours des 22 dernières années portaient des insignes de presse sur leur corps et sur leurs véhicules.

“Ce que nous avons vu dans cette guerre est un schéma meurtrier de plus en plus meurtrier”, dit Mansour.

Selon lui, il s’agit d’une tendance qui a des implications plus larges dans une guerre dans laquelle la presse étrangère a été largement incapable de rendre compte de ce qui se passe à Gaza et où il y a eu plusieurs coupures de communication.

« Cette tendance laisse les journalistes palestiniens dans une situation précaire et a un effet dissuasif sur la couverture des opérations de Tsahal », explique Mansour.

Mansour affirme que cela rend le travail des journalistes palestiniens à Gaza d’autant plus vital – et les attaques contre eux d’autant plus troublantes pour ceux qui tentent de comprendre le conflit.

“Des millions de personnes dans le monde comptent sur les journalistes pour obtenir des informations et des commentaires précis”, déclare Mansour. “Sans eux, nous nous retrouvons dans une mer de désinformation qui ne peut qu’alimenter le conflit.”

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT