Nouvelles Du Monde

La grande évasion de Wall Street, JP Morgan a aussi changé de cap

La grande évasion de Wall Street, JP Morgan a aussi changé de cap

Seul le Wall Street Journal a pu certifier que «Wall Street a abandonné Wall Street». À cette chaîne de références, on pourrait ajouter le marchand de journaux Sunil Rally, qui vend depuis 1991 des journaux dans cette rue de huit pâtés de maisons et longue de 800 mètres, devenue un symbole (et pas seulement) de la finance américaine. “Le trafic piétonnier a diminué de 50 % après la pandémie”, explique Rally au journal qui, en 1896, a commencé à publier les cours de la bourse naissante.

Aujourd’hui, la nouvelle est que JP Morgan Chase, la plus grande banque américaine, a également quitté Wall St. (vendredi dernier) après 150 ans d’histoire et d’affaires.

La tragédie du 11 septembre (le World Trade Center est à quelques pas) et l’exode massif dû au Covid avaient déjà conduit la majorité des courtiers et des banquiers à abandonner les immeubles de cette rue mythique, qui doit son nom à un bois. mur » : une palissade de 10 pieds de haut construite par des esclaves noirs et des colons blancs lorsque New York s’appelait encore New Amsterdam et était gouvernée par les Néerlandais.

Lire aussi  Le chaos de la loi de chauffage assure une baisse de la demande

Nous étions en 1653, époque des guerres anglo-hollandaises. De la guerre à l’argent : dès 1711, le premier marché aux esclaves de la ville ouvrait à l’angle de Wall et Pearl Street. En 1789, « la Wall Road » fut choisie pour l’investiture du président George Washington. Un siècle plus tard, l’ouverture de la Bourse à l’initiative de Charles Dow consacre son statut de « capitale monétaire de l’Amérique ». Pour le meilleur ou pour le pire : la crise mondiale de 1929 n’est-elle pas entrée dans l’histoire comme « l’effondrement de Wall Street » ?

Aujourd’hui, les huit blocs sont toujours là. Mais à la place des limousines et des marchands de cigares, de Gordon Gekkos (Michael Douglas dans le film de 1987) et des Loups de Wall Street (Leonardo DiCaprio réalisé par Scorsese en 2013), ce sont désormais des pancartes « À louer ». Il n’y a personne au numéro 23, juste en face du bâtiment de la Bourse, là où J. Pierpont Morgan et son fils ont créé le géant financier qui porte encore son nom. La banque abandonne désormais également sa dernière succursale : les bureaux qu’elle occupait au numéro 45 depuis 2006 vont déménager ailleurs.

Lire aussi  le pouvoir d'achat chutera d'environ 4 % en 2022 et 2023, malgré un plafonnement des prix

“C’est une sorte de bowling, nous avons décidé qu’il était temps”, a déclaré la manager Sarah Roselli au Wall Street Journal. Bank of America et Toronto-Dominion restent, mais pour combien de temps ? Pour les promoteurs immobiliers, les banques occupent aujourd’hui moins de vingt mille mètres carrés dans la « Strada del Muro » ; en 2000, ils disposaient d’un demi-million de mètres carrés de bureaux. Au numéro 14, dans l’ancien siège du Bankers Trust, les clients de la salle de sport Equinox transpirent. Naturellement, tout ce que représente Wall Street demeure, elle n’a changé de résidence qu’en raison de problèmes de coûts et d’espace. Ou non?

Il y a quelques jours, The Economist rapportait que le nombre de sociétés cotées en bourse est en constante diminution, tandis que des géants comme ByteDance et OpenAI préfèrent rester privés. Le titre de l’article : “Pourquoi la bourse disparaît”. Le marchand de journaux de Wall Street l’a-t-il lu ?

Lire aussi  Signa Group : Pourquoi le manager le plus important de Benko doit partir

2024-04-21 23:40:33
1713742941


#grande #évasion #Wall #Street #Morgan #aussi #changé #cap

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT