Nouvelles Du Monde

La Chambre souhaite que Van Rij maintienne l’impôt sur l’épargne, l’objectif actuel étant 2027

La Chambre souhaite que Van Rij maintienne l’impôt sur l’épargne, l’objectif actuel étant 2027

Le secrétaire d’État de l’ANP, Van Rij, en débat avec la Chambre des représentants.

NOS Nieuws•vandaag, 15:11

La Chambre des représentants souhaite discuter prochainement d’un projet modifié du secrétaire d’État sortant Van Rij concernant le nouvel impôt sur l’épargne. Ceci malgré le fait que le cabinet soit sortant et Van Rij a prévenu que ce n’était pas facile. Cela est devenu évident aujourd’hui lors d’un débat sur le nouvel impôt très controversé sur l’épargne, les investissements et l’immobilier. L’objectif est désormais que ces plans entrent en vigueur en 2027.

En septembre dernier, Van Rij a informé la Chambre que l’introduction d’un nouveau système avait encore une fois été retardée. Le projet était de prélever un impôt sur le rendement réel de l’épargne et des investissements de la case 3 à partir de 2026, mais cela s’est avéré irréalisable. La date de mise en œuvre avait auparavant été reportée de 2025 à 2026. Van Rij a mis en garde le mois dernier contre de nouveaux retards.

Mais les partis présents à la Chambre souhaitent que Van Rij fasse tout ce qu’il peut pour continuer. Grinwis, député de l’Union chrétienne : “Si nous ne parvenons pas à un accord maintenant, qu’allons-nous faire ? Je ne pense pas que nous aurons un secrétaire d’État plus intelligent.” Afin de parvenir à une mise en œuvre d’ici 2027, Van Rij souhaite présenter avant l’été un projet de loi modifié.

Lire aussi  Bahn soumet la première offre à l'EVG

Pas de tarif réduit pour la résidence secondaire

Pour les personnes possédant une résidence secondaire, l’un des ajustements attendus sera une moins bonne nouvelle. Il s’avère pratiquement impossible de les distinguer des investisseurs possédant de nombreux biens immobiliers. Le taux réduit pour les personnes possédant une résidence secondaire semble donc hors de question.

Une exception pour les actionnaires d’entreprises familiales semble également impossible. La Chambre voulait réglementer cela par crainte que les entreprises ne se retrouvent en difficulté à cause des nouvelles règles. Mais cela semble contraire aux règles européennes en matière d’aides d’État.

Pourquoi les partis veulent-ils adapter l’impôt sur l’épargne ?

Il s’agit de l’impôt sur les plus-values, aussi appelé impôt sur l’épargne, dans la case 3. A partir de 57 000 euros vous paierez l’impôt sur la déclaration, si vous avez un partenaire fiscal à partir de 114 000 euros.

Le fisc a basé le prélèvement sur un rendement fictif et non sur ce qui a été réellement réalisé. Cela supposait un retour fictif sous forme d’investissements, alors que de nombreuses personnes n’investissaient pas mais laissaient leurs actifs à la banque et épargnaient.

Lire aussi  Investissez comme les super-riches : c'est ainsi que les family offices investissent de l'argent

Avec des taux d’intérêt bas, l’épargne n’a rapporté que peu ou rien ces dernières années, même si les épargnants ont dû payer des impôts.

Dans une affaire intentée par des épargnants, la Cour suprême a jugé en décembre 2021 que l’impôt sur l’épargne était contraire à la loi. En conséquence, l’administration fiscale a dû au moins compenser les cotisations de tous les contribuables qui s’y opposaient. L’État perd ainsi 380 millions d’euros par an.

Après la décision de la Cour suprême selon laquelle l’impôt sur l’épargne était contraire à la loi, Van Rij a conçu un impôt temporaire sur la fortune afin de permettre à un peu d’argent d’entrer dans le Trésor public via la case 3. Mais ce système a également été contesté devant les tribunaux. Un nouveau jugement de la Cour suprême est attendu fin août. Jusque-là, les avis d’imposition de centaines de milliers de citoyens continuent d’être tenus depuis 2021. Les autorités fiscales ont recruté des centaines de personnes supplémentaires pour ce travail de réparation et d’autres.

Lire aussi  Le mécontentement grandit face au projet de la SNCB de maintenir les guichets des gares ouverts moins longtemps

Le fait que la modernisation des systèmes TIC au sein de l’administration fiscale ait également été retardée n’a pas facilité le processus, selon Van Rij. Il reconnaît n’avoir entendu personne dire aujourd’hui que le plan d’épargne fiscale est “génial avec un A+ du professeur”. Mais il est également heureux de n’avoir entendu personne dire « arrêtez ce commerce ».

Pour que la loi entre en vigueur en 2027, elle doit être discutée à la fois par la Chambre des représentants et par le Sénat en 2025. Van Rij va donc rapidement commencer à travailler sur les ajustements et les détails techniques et souhaite revenir au Parlement avec une nouvelle lettre à la mi-mai.

2024-04-18 16:11:08
1713449336


#Chambre #souhaite #Van #Rij #maintienne #limpôt #sur #lépargne #lobjectif #actuel #étant

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT