Nouvelles Du Monde

La Caixa et le RACC reviennent à la Chambre de Barcelone après la perte du pouvoir des indépendantistes | Économie

La Caixa et le RACC reviennent à la Chambre de Barcelone après la perte du pouvoir des indépendantistes |  Économie

La Caixa, à travers sa société holding d’investissement Criteria Caixa, revient à la Chambre de Commerce de Barcelone. Il occupera l’un des deux sièges payants que l’une des institutions les plus établies du capital catalan réserve aux entreprises prêtes à payer un minimum de 75 000 euros pour avoir une représentation directe dans sa séance plénière. Le RACC (Royal Automobile Club de Catalunya) occupera l’autre siège également disponible…

Abonnez-vous pour continuer la lecture

Lire sans limites

La Caixa, à travers sa société holding d’investissement Criteria Caixa, revient à la Chambre de Commerce de Barcelone. Il occupera l’un des deux sièges payants que l’une des institutions les plus établies du capital catalan réserve aux entreprises prêtes à payer un minimum de 75 000 euros pour avoir une représentation directe dans sa séance plénière. Le RACC (Real Automobile Club de Catalunya) occupera l’autre siège également disponible. Le mouvement est pertinent, car il résout une situation inhabituelle de plus de six mois avec laquelle les grandes entreprises ont voulu montrer leur colère contre la précédente direction de la Chambre, sous le mandat de la plateforme indépendantiste Eines de País, laissant vide le ainsi -appelées chaises argentées

La réintégration des deux entités signifie normaliser l’institution, après que l’ancien directeur des assurances Josep Santacreu a remporté les élections de septembre et mis fin au contrôle maintenu par la plateforme indépendantiste parrainée par l’Assemblée nationale catalane (ANC), qui en 2019 avait dévasté lors du précédent appel électoral. Cette victoire a permis à Joan Canadell puis à Mònica Roca de présider l’institution avec des dispositions différentes, mais avec la même perspective indépendantiste et un discours très dirigé contre les petites et moyennes entreprises qui ont bouleversé les grandes entreprises, qui se considéraient ignorées et sous-évaluées. .

Lire aussi  La coalition supprime les aides fiscales à l'électricité pour l'industrie

Cette équipe de direction a décidé de modifier le régime interne de l’institution avant les élections et de réduire de quatorze à deux le nombre de sièges représentant les entreprises ayant la contribution volontaire la plus élevée (comme ces sièges sont officiellement appelés en séance plénière) et d’augmenter le montant qui ils ont dû débourser jusqu’à 150 000 euros pour l’occuper. En contrepartie, le nombre d’entreprises pouvant être élues au suffrage a été augmenté. En signe de protestation, aucune entreprise n’a voulu participer à l’appel et ces deux sièges sont restés vides jusqu’à l’ouverture d’un nouvel appel, fin avril.

L’un des objectifs du mandat de Santacreu, soutenu par les grandes entreprises catalanes traditionnelles lors des élections, était de restaurer la stabilité de la Chambre de Commerce, et en avril il a réouvert un appel pour tenter de remédier au problème. Mais auparavant, il avait abaissé les prétentions économiques et fixé un plafond d’entrée à 75 000 euros par entreprise. Le 14 mai, le délai pour présenter les candidatures a expiré et seuls Criteria et le RACC ont fini par se présenter, recevant ce lundi la confirmation officielle de l’acceptation de leur proposition, comme a pu le confirmer EL PAÍS. La séance plénière de la Chambre de Commerce sera informée de cette décision lors de la réunion ordinaire qui se tiendra mercredi prochain, mais n’aura pas à ratifier la décision.

Lire aussi  Benfica B "écrase" le FC Porto B pour faire ses adieux à la saison 2023/24

À l’avenir, l’intention de l’équipe gouvernementale actuelle est de modifier à nouveau le régime interne avant les prochaines élections et d’augmenter à nouveau le nombre de sièges payants, même s’il ne devrait pas atteindre les 14 sièges du passé.

Des sources de critères ont indiqué ce lundi que son retour à la séance plénière de la chambre est un acte de normalité, puisque la Chambre de Commerce est l’une des entités fondatrices de La Caixa, et en fait une présidence tournante du Conseil d’Administration est distribuée aux côtés d’autres institutions. À la fin du mandat précédent, le représentant de Criteria, Josep Maria Coronas, avait élevé le ton de ses interventions en séance plénière et s’était montré très critique à l’égard de certaines positions de l’équipe d’Eines del País, comme lorsqu’il a décidé de mettre il fera voter en 2022 en séance plénière l’approbation du Consell de la República, le mouvement politique fondé par l’ancien président Carles Puigdemont.

Au cours de ce mandat, des étincelles ont jailli dès le début entre les dirigeants de la Chambre et le milieu des grandes entreprises. Les douze chaises d’argent étaient occupées par Banco Sabadell, Banco Mediolanum, CaixaBank, Criteria Caixa, Deloitte, la Barcelona Hotels Guild, Indra, PwC, RACC, Damm, Agbar, Naturgy, Catalonia Hotels et Abertis. Les trois derniers ont annoncé l’abandon de l’institution en 2021, en invoquant des raisons différentes, même si tous les hommes d’affaires ont exprimé la rupture entre le monde des affaires traditionnel et celui représenté par l’institution, où prédominaient les petites entreprises.

Lire aussi  EDP prévoit de fournir de l'énergie solaire à Google aux Pays-Bas.

La réincorporation de Criteria et du RACC coïncide avec une période de dégel politique en Catalogne après les dernières années du processus et juste au moment où le PSC tente d’entamer des négociations pour former un gouvernement en Catalogne, après avoir remporté les élections régionales du 12 mai. La grande inconnue de cette transition vers la normalisation est de savoir si elle signifiera l’annulation du transfert massif de sièges sociaux que des milliers d’entreprises ont réalisé à l’automne 2017. Beaucoup d’entre elles figuraient parmi les occupants des chaises d’argent de la Chambre, qui avaient exerçait auparavant la vice-présidence de la Chambre de commerce espagnole, qu’il n’occupe plus depuis 2022.

Les nouvelles ressources fournies par les deux sociétés serviront à alléger les comptes de la Chambre de Commerce de Barcelone, qui a accumulé des pertes d’environ quatre millions d’euros au cours des quatre dernières années, une période difficile à évaluer en raison des efforts qui ont dû être déployés pour être fait pour aider les entreprises en pleine crise économique liée à la pandémie. L’année dernière s’est terminée avec des chiffres rouges de 2,5 millions d’euros.

Suivez toutes les informations sur l’Economie et les Affaires sur Facebook oui Xou dans notre newsletter hebdomadaire


2024-05-29 05:04:21
1716948805


#Caixa #RACC #reviennent #Chambre #Barcelone #après #perte #pouvoir #des #indépendantistes #Économie

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT